Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: Filière Café-Cacao, la colère monte dans le milieu des producteurs, le SYNAPCI et l'ANAPROCI maintiennent leur grève du jeudi 28 mars
 

Côte d'Ivoire: Filière Café-Cacao, la colère monte dans le milieu des producteurs, le SYNAPCI et l'ANAPROCI maintiennent leur grève du jeudi 28 mars

 
 
 
 4178 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 26 mars 2024 - 18:03


L'Association nationale des producteurs de Côte d'Ivoire (ANAPROCI), a tenu ce 25 mars 2024 à Daloa son Assemblée générale ordinaire à l'issue de laquelle, les délégués venus des régions productrices de café-cacao, ont à l'unanimité, reconduit Kanga Koffi, Président du conseil d’administration (PCA) pour un nouveau mandat de 3 ans.


Cette Assemblée générale ordinaire a été marquée par la présence du président national du Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d'Ivoire (SYNAPCI), Koné Moussa et le président du Conseil national des syndicats agricoles de Côte d'Ivoire (CONASACI), Marcel Tia.


Cette AGO a été placée sous la supervision du représentant du Directeur régional (Dr) du ministère d’Etat, ministère de l'Agriculture, du développement rural et des productions vivrières du Haut Sassandra, Soro Babadjê, et du représentant du préfet de région, préfet du département de Daloa, Kenan Honoré.


La présence du représentant du préfet et celui du représentant du Directeur régional du ministère de l'Agriculture, du développement rural et des productions vivrières du Haut Sassandra a été saluée par Kanga Koffi.


« La présence de ces deux représentants de structures étatiques témoigne de la forte volonté du président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, et son gouvernement d’être aux côtés des producteurs agricoles notamment ceux du café et du cacao », a déclaré, Kanga Koffi.


Selon lui, les producteurs de café cacao sont connus comme les grands artisans du développement du pays. Mais hélas, ils peinent à sortir la tête de l’eau.


 

« Nous sommes reconnaissants au chef de l’Etat pour avoir pris, le 21 décembre 2011, l’ordonnance n° 2011-473 relative aux Organisations interprofessionnels agricoles. Nous sommes également reconnaissant au ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, du développement rural et des productions vivrières pour avoir pris l’arrêté de mise en œuvre effective de cette plateforme professionnelle appelée Interprofession », a souligné le PCA de l’ANAPROCI.


Trois résolutions ont été adoptées par les délégués au cours de cette Assemblée générale ordinaire. Au titre de la commercialisation, les délégués demandent « le bilan du système de la commercialisation et une relecture des textes, afin d'apporter les corrections nécessaires pour mieux les protéger ».


Concernant la mise en place de l’Interprofession, l’Ago a recommandé « le respect de la vision du chef de l'Etat consignée dans l'ordonnance relative à l'Interprofession dont la mission première est l'activité de développement des producteurs et des autres membres de la chaine des valeurs ».


Enfin, concernant la gestion de la filière café-cacao, les délégués exigent « aux acteurs ayant participé à la gestion de la filière de 2001 à 2008 de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire le bilan de leur exercice à leurs pairs. L'Anaproci, qui est l'émanation des délégués, se charge de convoquer ceux-ci et l'assemblée des délégués à cet effet ».


558 mille producteurs ont été, à ce jour, tracés et identifiés par l’Anaproci. Kanga Koffi invite les délégués à continuer le maillage du terrain.


En marge de cette AGO, le SYNAPCI et l’ANAPROCI ont annoncé, le maintien de la grève qu'ils projettent pour le jeudi 28 mars 2024. Et précisent que ce débrayage est la réponse au mépris des gestionnaires de la filière vis-à-vis des producteurs.


«Nous avons envoyé des courriers au ministre d’Etat, ministre de l'Agriculture, du développement rural et des productions vivrières et au Premier ministre. Mais depuis, nous n’avons pas eu de suite. C'est pourquoi nous avons fait appel à ceux qui nous mandatent afin de les informer de la conduite à tenir. Dans le courrier, nous avons demandé une relecture des textes et un bilan de la gestion de la stabilisation. Comme tout système, à un moment il faut faire un bilan. Ensuite, réexaminer les textes car nous estimons que la stabilisation a été mise en place au détriment des producteurs », a rappelé Koné Moussa.


 

« Nous avons beaucoup de vautours dans la filière café-cacao. Nous avons beaucoup de parvenus qui se disent producteurs et leaders de la filière de café-cacao, alors qu'en réalité ils ne le sont pas. Ces derniers se battent toujours à la Caistab au Plateau pour avoir des perdiems. C'est triste et déshonorable ce genre de comportement. C'est un comportement qui n'est pas digne d'un vrai paysan », a déploré, Marcel Tia.


Le prix du kilogramme de cacao a été fixé à 1000 FCFA. Les délégués ont exprimé leur mécontentement face à ce prix puisque selon eux, le prix du kilogramme de cacao est mieux rémunéré au Cameroun, 5100 FCFA, à Madagascar, 3000 FCFA et au Ghana deuxièmement producteur mondial à 2000 FCFA.


Face à ces écarts de prix, les délégués estiment qu'ils ne sont pas des planteurs mais des esclaves déguisés qui travaillent pour les autres qui s'enrichissent.


 


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire: Filière Café-Cacao, la colère monte dans le milieu des producteurs, le SYNAPCI et l'ANAPROCI maintiennent leur grève du jeudi 28 mars
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter