Afrique Culture
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Togo :  Un journaliste privé de liberté
 

Togo : Un journaliste privé de liberté

 
 
 
 3260 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 29 mars 2024 - 17:52

Le journaliste Apollinaire Mewenemesse (ph)


Un journaliste togolais, Apollinaire Mewenemesse, le directeur de publication du journal « La Dépêche » est en détention préventive suite à une audition par rapport à une publication d’un article de presse.


Afin que Mewenemesse retrouve sa liberté, l’organisation non gouvernementale internationale Reporters Sans Frontières (RSF) demande aux autorités togolaises d’abandonner les charges retenues contre lui.


La requête de RSF arrive au moment où nous apprenons que Mewenemesse, 71 ans, a été placé le jeudi 28 mars sous un mandat. Il est visé par sept chefs d’accusation dont « apologie contre la défense nationale et la sécurité de l’Etat ».


 

Convoqué le mardi 26 mars 2024 à la Brigade de Recherche et d’Investigation (BRI) pour affaire le concernant, Mewenemesse a été gardé à vue, trois jours durant avant son passage devant le procureur de la République et le doyen des juges d’instruction.


Selon RSF, Mewenemesse qui est placé sous un mandat de dépôt à la prison civile de Lomé en détention provisoire risque jusqu’à 30 ans de prison.


Cité par nos confrères de Togoscoop, Me Darius Atsoo, l’avocat du journaliste a déclaré qu’il a été retenu contre son client sept (7) chefs d’inculpation dont deux (2) qui relèvent du code pénal à savoir faux et usage du faux, diffusion de fausses nouvelles à effet de sédition.


Mewenemesse a vu son journal être suspendu le 04 mars dernier pour une durée de trois mois par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) pour violation des « règles de déontologie et d’éthique de la profession de journaliste » et « d’autres manquements professionnels ».


Ce qui vaut certainement l’ennui au doyen de la presse togolaise est un article de presse ayant trait à l’assassinat du Colonel Bitala Madjoulba, le Commandant du 1er Bataillon d’intervention rapide (BIR). Ce dernier avait été retrouvé mort dans son bureau le 4 mai 2020 au lendemain de l’investiture du Président du Togo. Le procès qui a suivi cette affaire en novembre 2023 s’est achevé avec la condamnation de cinq militaires à des peines de cinq à vingt ans de prison.


 Mensah,

Correspondant permanent de KOACI au Ghana, Togo et Nigeria

- Joindre la rédaction de koaci.com (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com -


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Togo : Un journaliste privé de liberté
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter