Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : 2ème phase du dialogue politique,  des organisations de la société civile emboîtent le pas à l'opposition en dénonçant la non signature du rapport final des discussions
 

Côte d'Ivoire : 2ème phase du dialogue politique, des organisations de la société civile emboîtent le pas à l'opposition en dénonçant la non signature du rapport final des discussions

 
 
 
 1631 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 8 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 26 février 2020 - 08:38

Quatre organisations de la société civile ayant pris part à la deuxième phase du dialogue politique sur le code électoral étaient face à la presse cet après-midi.


Il s'agit du GOFEHF, de PEACE, de POECI et de l'APDH, elles regrettent la non signature du rapport final lors du dernier jour des discussions et ce contrairement à l'objet du courrier adressé aux différents participants portant sur la validation et la signature du rapport final.


Tout en emboîtant le pas à l'opposition, ces plateformes et organisations après lecture et examen du rapport ont fait des observations.


Elles invitent le Gouvernement à poursuivre ses efforts de concertation inclusive en vue de l'organisation d'élections transparentes, inclusives et apaisées. Les organisations invitent toutes les parties , notamment le Parti au pouvoir et lez partis de l'opposition à taire leurs égos et intérêts personnels, à faire preuve de dépassement et ne considérer que le seul intérêt supérieur de la Côte d'Ivoire en vue de trouver un minimum de consensus relatif au code électoral en vue d'aboutir à des élections crédibles, transparentes, ouvertes et apaisées en 2020.

Les quatre structures appellent enfin les pouvoirs publics (Premier ministre, ministre de l'Administration du territoire, les groupes parlementaires ) à bien vouloir intégrer ses propositions dans le futur code.


 

Au nombre de ces propositions figurent entre autres, le marquage des documents électoraux du sceau de la CEI, la prescription d'une période d'au moins 2 semaines pour les inscriptions sur la liste électorale en année électorale, la publication des résultats par bureau de vote sur le site officiel d’la CEI au plus tard 72 heures après la clôture du scrutin, la proclamation des résultats provisoires au plus tard 72 heures après la fermeture des bureaux de vote, l'intégration dans la future loi, portant code électoral, d'un titre entier consacré aux dispositions pénales en vue d'adresser les nouvelles formes de violences et de fraudes constatées au cours des élections antérieures, la déchéance de la qualité d'élu pour tout candidat élu sous la bannière d'un parti politique ou élu à titre indépendant et qui change de parti politique au cours de son mandat.


Il s'agit également du toilettage du code électoral en vue de sa mise en conformité avec la constitution ivoirienne du 08 novembre 2016 (articles, 1,3,26,43,44,46,48, 53,65,67,68, 69,70,71,73, 78, 80,87,88,90, 92,97, 98,101,103) ainsi qu’avec la loi favorisant la participation politique des femmes.


Dans leur déclaration lue par Soro Mylène, Coordinatrice de PEACE, les organisations de la société civile ont rappelé les quatre points qui emportent leur adhésion dans le rapport.


Elle a cité, le relèvement du cautionnement dans une fourchette qui a été discutée et qui oscille entre 50 et 100 millions de FCFA, le principe du parrainage par des électeurs de tout candidat à la présidentielle, la baisse du taux de remboursement de la caution qui passerait de 10% à 0,5% et la question de la transhumance en matière électorale qui devrait faire l'objet d'un encadrement juridique rigoureux en vue de mettre fin à cette pratique.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Réussir à "casser" 500 bureaux de vote le 31 Octobre, objectif que peut atteindre l'opposition?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Après Soro, Bédié est-il entrain de "tuer" politiquement Affi N'Guess...
 
3852
Oui
76%  
 
1101
Non
22%  
 
128
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement