Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Abandonnées à leur sort de la fermeture de leur entreprise, des anciennes employées de Comium lancent un cri de cœur à Dominique Ouattara
 

Côte d'Ivoire : Abandonnées à leur sort de la fermeture de leur entreprise, des anciennes employées de Comium lancent un cri de cœur à Dominique Ouattara

 
 
 
 10631 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 8 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 13 mars 2020 - 09:05

siège de l'entreprise Comium à Abidjan (Ph KOACI)


Depuis la fermeture de l'entreprise de téléphonie mobile Comium, des anciens agents de cette maison broient du noir.


Plusieurs procédures judiciaires pour entrer en possession de leurs droits ont été à l'actif de ces employés.

Malgré la grosse du dernier procès qui leur a donné raison dans l'affaire qui les oppose à leurs patrons Libanais, ces déflatés continuent à ce jour d'attendre que leurs droits leur soit payés. 


Face à leur situation alarmante et dénonçant une probable corruption dans l'affaire qui les oppose à leurs anciens dirigeants, des femmes membres du collectif des 317 employés de Comium aujourd'hui à la rue ont décidé de monter au créneau pour défendre leurs droits.


Se confiant ce jour à la presse, elles ont décidé de lancer un cri de cœur à la première dame Dominique Ouattara.

Devant la réalité à laquelle elles font quotidiennement face et défaut de paiement de leurs droits estimés à environ 5 milliards (7 621 951 euros), plusieurs de ces femmes, disent être des cas sociaux. 


 

Se retrouvant seules avec des enfants et veuves pour la plupart, elles lancent un cri de cœur à la première dame Dominique Ouattara.


"Depuis la fermeture de Comium, il y a eu plusieurs cas de décès dans nos rangs. On pleure parce qu'on souffre et cette souffrance on est les seules à savoir ce que c'est. On parle au nom de tous les travailleurs de Comium. Au moins si on paye nos droits on peut rebondir dans la vie, beaucoup d'entre nous ont plus de 40 ans", a confié S. T. l'une des anciens agents de Comium.


Depuis 2019, date à laquelle les anciens employés de Comium ont obtenu la grosse leur permettant de vendre le siège de l'entreprise, seul actif de cette maison de téléphonie mobile, ces anciens agents se retrouvent face à une difficulté. Impossible de vendre le siège parce que le siège serait la propriété d'une autre entreprise fictive selon ces dames.


 

"Qu'on nous paye nos droits. La justice nous a donné raison. Il y a forcément de la corruption derrière parce que nos dirigeants sont des Libanais et on sait comment ils fonctionnent. Que les autorités se penchent sur notre cas. On a décidé d'expliquer ce qu'on vit pour elle en tant que femme puisse comprendre nos difficultés. On sait dit qu'elle peut nous aider dans nos souffrances", a lâché Y. K.


Désabusées et en face de leur situation qu'elles qualifient d'alarmante, ces dames, anciennes employées de Comium ont décidé de lancer un cri de détresse à la première dame Dominique Ouattara.


Jean Chrésus 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Abandonnées à leur sort de la fermeture de leur entreprise, des anciennes employées de Comium lancent un cri de cœur à Dominique Ouattara
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Youssef
Vraiment beaucoup de courage,car ce n'est pas facile !!!!!Je sais que les autorités compétentes ne resteront pas insensibles a cette situation et surtout la Première dame ,femme au bon cœur et pleine de bonté réagira afin qu'il y est un soulagement le plutôt possible !!!Que Dieu tout puissant et compatissant manifeste sa puissance .
 
 il y a 8 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Législatives à venir, le RHDP doit-il revoir sa stratégie de terrain au plus vite ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Pas retrouvé, selon vous Mabri Toikeuse jouit-il d'aide du système ?
 
2140
Oui
49%  
 
2113
Non
48%  
 
142
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement