Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : campagne électorale, le reseau de lutte anti-corruption déplore le clientélisme
 

Burkina Faso : campagne électorale, le reseau de lutte anti-corruption déplore le clientélisme

 
 
 
 1549 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 11 novembre 2020 - 19:37

Burkina Faso : campagne électorale, le reseau de lutte anti-corruption déplore le clientélisme 


Le réseau national de lutte anti corruption (Ren-Lac) a déploré que depuis l’ouverture de la campagne électorale, le 31 octobre dernier, pour la présidentielle et les législatives du 22 novembre, les candidats et les différents partis politiques en lice rivalisent de méthodes clientélistes, en lieu et place d’un véritable débat programmatique.



« Candidat à sa propre succession, le président Roch Marc Christian Kaboré a lancé sa campagne électorale jeudi 5 novembre à Bobo-Dioulasso. Pour tenir le pari de la mobilisation, le président sortant et son parti, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), n’ont pas lésiné sur les gros moyens : distributions de vivres et de billets de banques, dons de carburants…Sans oublier le Jour J où le riz-gras a été abondamment distribué au stade Sangoulé Lamizana, choisi pour la tenue du meeting », a indiqué le Ren-Lac dans une tribune. 


Selon le Renlac, « depuis l’ouverture de cette campagne électorale (et même bien avant), les partis politiques, toutes tendances confondues, rivalisent de techniques clientélistes, sous le regard affligé d’une partie de l’opinion nationale ». 


 

Les partis au pouvoir et de l’opposition «ne s’embarrassent plus de ces mauvaises pratiques dans leur course pour la conquête et l’exercice du pouvoir d’Etat. De sorte que l’utilisation des engins de l’état pour battre campagne, les dons de vivres, de motocyclettes, de carburants, des cadeaux à des chefs coutumiers et religieux, ainsi que autres distributions de T-shirts ou de pagnes Faso Danfani aux couleurs des partis, se passent désormais au grand jour, sans aucune gêne pour leurs auteurs », explique le Ren-Lac. 


A titre d’exemple, le lundi 2 novembre la station OTAM du secteur 3 de la ville de Koudougou « était devenue la propriété du Parti d’Eddie Komboïgo qui y distribuait de l’essence à gogo. Pendant ce temps, le bureau UPC de Foungou, village natal de Zéphirin Diabré, offrait du poisson à des fonctionnaires pour dérouler le programme du candidat ». 


« Lors du passage du candidat Roch Marc Christian Kaboré à Tenkodogo, les points de ventes de carburant avaient également été ‘réquisitionnés’ pour servir le précieux jus à des groupes de personnes » poursuit encore le ren-lac qui estiment que « ces pratiques malsaines, voilées ou ouvertes, tombent sous le coup de la corruption et de la fraude électorales punies par la loi ». 


 

En rappel, « la corruption électorale désigne toute action de la part des autorités administratives ou des partis politiques ayant pour objectif d’orienter le choix des citoyens à travers des moyens divers et variés tels que la diffusion de fausses informations, les dons en espèces ou en nature et les pressions de toutes sortes ». 


Boa, Ouagadougou


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Burkina Faso : campagne électorale, le reseau de lutte anti-corruption déplore le clientélisme
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Doit on restreindre les libertés individuelles pour une maladie au taux de létalité de 0,55% ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Pour ou contre la vaccination COVID-19 ?
 
2084
Pour
38%  
 
3240
Contre
60%  
 
102
Sans avis
2%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement