Togo Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Togo :  L'ANC hors CNAP, ses griefs avant les élections en vue
 

Togo : L'ANC hors CNAP, ses griefs avant les élections en vue

 
 
 
 1534 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 13 juillet 2021 - 12:04


Jean-Pierre Fabre, le leader de l’ANC (ph)


Le parti togolais de l’opposition Alliance Nationale pour le Changement (ANC) refuse de jouer le rôle d’accompagnateur et de faire-valoir au sein du cadre du dialogue politique en cours et qui va déboucher sur les prochaines élections régionales dans le pays.


Des difficultés au sein de la Concertation Nationale des Acteurs politiques (CNAP) sont mises à jour par l’ANC qui a suspendu sa participation aux travaux.


L’ANC qui est dirigée par Jean-Pierre Fabre a fait connaitre à l’opinion publique sa suspension des travaux de la CNAP par le biais d’une correspondance en date du 12 juillet 2021 adressée au ministre togolais de l’Administration territoriale.


Par sa suspension des travaux de la CNAP, le parti orange exige des clarifications sur « la transparence et l’équité » des consultations électorales qui sont en cours de sorte à parvenir à un assainissement en profondeur du cadre électoral, par des réformes courageuses. Elle annonce toutefois être ouverte à toute discussion devant permettre de garantir des élections régulières, libres et transparentes ainsi qu’une vie paisible et décente dans la sécurité.


Griefs de l’ANC


Avant de suspendre sa participation de la CNAP, l’ANC a rappelé avoir fait part le 27 mai 2021 de ses préoccupations relatives au rejet par la CNAP de propositions, visant notamment la transparence et l’équité des consultations électorales et a ensuite sollicité à la date du 16 juin 2021 une rencontre avec le ministre de l’Administration territoriale pour « clarifier la situation avant de poursuivre les discussions au sein de la CNAP ».


 

A la suite de sa rencontre le 1er juillet dernier avec le ministre de l’Administration territoriale pour lui faire part des préoccupations mais sans suite favorable, l’ANC a déduit que « nous ne pouvons-nous retrouver cantonnés dans un rôle d’accompagnateur et de faire-valoir, pour une opération de saupoudrage ou de replâtrage du cadre électoral de notre pays, que l’ensemble des populations togolaises juge inique et propice à la fraude en faveur du pouvoir en place ».


Dessous des difficultés à la CNAP


Si jusqu’ici le déroulement des travaux de la CNAP n’ont pas permis à la masse de savoir les avancées et les points de désaccord dans les discussions, des indiscrétions avaient fait cas de difficultés sur l’amélioration du cadre électoral.


La recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), les Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) et l’authentification du bulletin de vote par signature seraient des points en suspense.


L’ANC qui partage la préoccupation sur l’amélioration du cadre électoral a rappelé dans sa déclaration que pour l’amélioration du cadre électoral « la communauté internationale a formulé … à maintes reprises … des recommandations pertinentes qui sont demeurées lettres mortes à ce jour ».


Cas du CAR


 

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), un autre parti de l’opposition, qui a suspendu sa participation au dialogue préparatoire des prochaines élections régionales, avait soulevé des inquiétudes et exigé un « règlement de la crise » née de l’élection présidentielle du 22 février 2020.


Enjeux des futures élections régionales


La Concertation Nationale entre Acteurs Politiques (CNAP) a été créé le 19 janvier 2021 à Lomé. Ce cadre regroupe les délégués des partis politiques parlementaires et extra parlementaires, lesquels discutent des propositions consensuelles devant contribuer à asseoir des bases solides pour ces élections régionales prochaines dans le pays. Au départ, l’ANC avait fait des propositions qui ont porté entre autres sur le cadre électoral, les élections et l’assainissement de l’environnement politique.


Les élections régionales en vue sont nécessaires pour constituer le collège électoral qui pourra élire les 2/3 des Sénateurs. Ces sénateurs à leur tour choisiront les deux juges manquants de la Cour constitutionnelle.


Mensah correspondant permanent de KOACI au Togo, Nigeria et Ghana

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Togo : L'ANC hors CNAP, ses griefs avant les élections en vue
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement