Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Les souscripteurs de Lews Holding demandent la mise sous compte séquestre des fonds détournés
 

Côte d'Ivoire : Les souscripteurs de Lews Holding demandent la mise sous compte séquestre des fonds détournés

 
 
 
 8480 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 8 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 05 décembre 2021 - 12:14

En réaction à une communication de Lews Holding, visant à rassurer les 4500 souscripteurs de ses programmes immobiliers, récemment diffusée sur KOACI, ces derniers ont vivement réagi.


Avec le sentiment d'avoir été embarqué dans une arnaque immobilière à grande échelle, par la voix de leur représentant, à travers une réaction transmise à KOACI, le Docteur Guillaume Okoubo, ils réclament, pour accuser de la bonne foi du promoteur relayée dans la communication, la mise sous compte séquestre des fonds détournés.


Ci-dessous la réaction du collectif des souscripteurs


Dans l’article du Journaliste Wassimagnon paru en ligne le 25 novembre 2021 et intitulé « Côte d’Ivoire opération immobilière de Lews Holding, vers une issue heureuse pour les souscripteurs ! », Mr Dramé Yaya, le souscripteur porte-parole de Mr Mambo Yapi Léopold Désiré, le Promoteur qui a détourné environ 20 000 000 000 Fcfa de 4500 souscripteurs sans jamais livrer une seule maison, laissait croire à une issue heureuse pour les 4500 victimes de l’escroquerie de son mentor. Cette démarche du sieur Dramé appelle des éclairages et certaines observations pour dissiper toute confusion.


De prime abord, le Collectif des souscripteurs n’est associé ni de près, ni de loin à cette démarche et ne se reconnait pas dans les propos de Mr Drame Yaya qui n’engagent que lui seul. Il n’y a malheureusement pas encore de solution sérieuse proposée par Mr Mambo pour sortir les victimes de l’abîme où il les a plongées.


 

Rappelons à l’attention de l’opinion nationale que c’est à la suite d’un salon de l’immobilier organisé en France en 2012 par le Ministère de la construction, suivi par une intense campagne médiatique en Côte d’Ivoire même que des milliers d’Ivoiriens d’ici et de la Diaspora ont souscrit à un programme immobilier initié par Mr Mambo Yapi Léopold Désiré. Au final, c’est 4500 souscripteurs qui ont déboursé environ vingt milliards de Fcfa (20 000 000 000 Fcfa) aux différentes sociétés (Magil Construction Côte d’Ivoire, Magil Group, Magil Group Africa, Lews Holding) créées par Mr Mambo et ses complices. Au grand dam des souscripteurs, tous ces fonds seront détournés méthodiquement par Mr Mambo et ses complices vers des destinations inconnues sans jamais livrer une seule maison à un souscripteur. Les nombreuses plaintes et demandes de remboursement des souscripteurs vont révéler une situation financière catastrophique de la société Lews Holding, conduisant à sa mise en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce d’Abidjan en juin 2017.


Le redressement judiciaire va se traduire par la nomination par le Tribunal de commerce d’un Juge commissaire. Ce dernier va ensuite nommer deux experts comptables comme Syndics et 5 Contrôleurs qui sont des souscripteurs. Tous ces organes du redressement devaient concourir à accompagner la société à proposer un plan concordataire sérieux pour maintenir en vie la société sinon ce serait la liquidation. Cependant, il convient de souligner que depuis la décision de redressement, Mr Mambo n’a cessé de saboter le travail des Experts parce qu’il souhaitait la liquidation de la société qu’il a pris soin de vider de ses actifs financiers et immobiliers. Ses représentants successifs n’ont cessé de défier les décisions du Tribunal de commerce. A titre d’exemple, les locaux de l’entreprise Lews Holding qui avaient été mis sous scellés par le Tribunal de commerce, ont été violés par ses représentants qui ont déménagé les bureaux ailleurs dans un autre lieu sans l’autorisation du tribunal. Pire, ils vont poursuivre la politique d’évidement de la société pour ne laisser qu’une carcasse vide. Pour ce faire, l’usine de fabrication de béton et de brique qui restait comme patrimoine de Lews Holding au moment du redressement judiciaire et qui aurait pu servir pour la reprise des constructions, va être totalement dépecée et vendue. N’eût été la lutte du Collectif des souscripteurs, la décision de liquidation aurait déjà été prononcée par le Tribunal de commerce.


Cette volonté d’enlever toute possibilité d’offrir une issue aux milliers de victimes de l’escroquerie de Mr Mambo ne se limite pas à vider la société Lews Holding de tout son patrimoine. Lorsque Lews Holding a été mise en redressement judiciaire, l’autre société de Mr Mambo, Magil Group Africa a proposé aux souscripteurs qui le souhaitaient, un modèle économique qui leur permettrait de construire leurs maisons. Ainsi, une centaine de souscripteurs ont continué à verser des fonds à Magil Group Africa qui a bâti pour eux selon leurs moyens et à leur rythme. C’est ainsi que des fondations ont commencé à sortir de terre. Ici encore, ce modèle économique va être combattu par Mr Mambo qui va suspendre les travaux et limoger les responsables de Magil Group Africa. D’ailleurs en ce moment même, Mr Mambo et ses représentants s’activent depuis de nombreux mois pour vendre les rares sites qui abritent les maisons de ces souscripteurs à d’autres repreneurs. Au regard de tout ce qui précède, nous observons que Mr Mambo et ses représentants s’attellent à retirer aux souscripteurs toute possibilité de recevoir la moindre contrepartie des fonds qu’ils ont versé à ses entreprises. C’est pourquoi nous avons du mal à accorder du crédit aux propos de Mr Mambo et de son porte-parole Dramé qui prétendent « qu’à ce jour, Lews Holding est à mesure de faire face à ses obligations et à réaliser dans un délai raisonnable tous les projets immobiliers envisagés ». Nous sommes d’autant plus sceptiques que le plan de reprise pour lequel ils font une telle campagne de communication ne repose sur rien de concret.


D’abord au niveau de la forme


Nous voulons rappeler à Mr Mambo et à son porte-parole Mr Dramé qu’aucune solution, fût-elle la plus sérieuse qui soit, ne saurait prospérer en dehors des organes du redressement judiciaire et de la procédure qui en découle. En effet, tout plan concordataire doit être soumis au Juge Commissaire avant tout. Ce dernier saisit ensuite les deux Syndics et les 5 souscripteurs Contrôleurs pour qu’ils examinent la validité du plan proposé. C’est après l’approbation de ces derniers qu’intervient la soumission aux votes des souscripteurs qui en dernier ressort acceptent ou rejettent le plan proposé. Il ne s’agit donc pas pour un Contrôleur de se répandre dans la presse et clamer qu’il y a victoire parce que Mr Mambo, qui n’est pas du tout digne de confiance, a écrit qu’il veut reprendre les constructions. Néanmoins, analysons les points saillants de la requête que Mr Mambo a adressée à la Présidente du tribunal.    


 

Au niveau du contenu du « Plan de reprise de Mr Mambo »


Dans sa requête à la Présidente du Tribunal, Mr Mambo accuse le Juge Commissaire et les Syndics d’incapacité à proposer un plan concordataire sérieux. Pourtant, Mr Mambo lui-même a reçu de 2011 à 2017 près de 20 milliards de FCFA et il n’a jamais été capable de construire et livrer une seule maison. De plus, il a mis tout en œuvre à travers ses différents Représentants pour que le plan concordataire ne voit pas le jour. En fait de proposition concrète, le plan serait basé sur une « étude technique qui aurait été fournie par le Cabinet Coffi’s à la demande du Juge Commissaire », dixit Mr Mambo. A la vérité, cette étude technique d’un Cabinet Coffi’s n’a jamais existé. Par contre, le Collectif des souscripteurs a proposé un plan de poursuite des travaux lorsqu’il bataillait pour éviter la liquidation de Lews Holding. Ce plan a été élaboré avec le concours des Cabinets d’Expertise immobilière CAUMAUHET et COFFIED et soumis au Tribunal de commerce (à la Présidente du tribunal et au Juge Commissaire) puis au Ministère de la Construction. Il est étonnant qu’après avoir combattu toute proposition destinée à poursuivre les travaux de construction, Mr Mambo et ses représentants fassent référence aujourd’hui à un plan dont ils ont entendu parler pour faire croire à une reprise des travaux.


Le Collectif suggère donc que si Mr Mambo et son porte-parole Dramé pensent avoir une solution sérieuse, ils doivent réapprovisionner sous le contrôle du Juge Commissaire, le compte séquestre du montant total des fonds qu’il a détournés et qui seront destinés à la réalisation de son projet. Ensuite, ils devront soumettre leur projet écrit et chiffré à l’appréciation du Juge Commissaire, des Syndics et des Contrôleurs. En dehors de ces organes et de cette procédure, le reste n’est que diversion pour endormir les non avertis.


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Indépendance, invités, Gbagbo et Bédié se sont-ils arrangés pour faire fond bond à Ouattara?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Grace présidentielle accordée, deal avec Ouattara, Gbagbo a-t-il eu c...
 
2122
Oui
48%  
 
2151
Non
49%  
 
126
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Les souscripteurs de Lews Holding demandent la mise sous compte séquestre des fonds détournés
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter