Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :     Des enseignants du privé révèlent: «au privé, on oblige l'enseignant à gonfler les moyennes pour donner une image de grandeur à son établissement »
 

Côte d'Ivoire : Des enseignants du privé révèlent: «au privé, on oblige l'enseignant à gonfler les moyennes pour donner une image de grandeur à son établissement »

 
 
 
 17418 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 05 novembre 2022 - 22:21

Yoboué Kouakou


« L'éducation privée est devenue un lieu d'affaire, d'argent, où la qualité de la formation n'est plus recherchée, où les moyennes se marchandent comme un outil commercial, où l'on oblige l'enseignant à gonfler les moyennes pour donner une image de grandeur à son établissement ". 


Tels sont les propos tenus par Yoboué Kouakou, président du Collectif Sauvons Notre Éducation Nationale (SNEN), ce samedi 05 novembre 2022, lors d'une conférence de presse à Cocody.


Il faisait ainsi l'état des lieux du secteur éducation-formation du privé, qui, selon lui, va de mal en pis, à cause des fondateurs des établissements scolaires qui, dit-il, l'ont pris en otage.


«Il faut arrêter cette course dangereuse des fondateurs des établissements privés vers le profit financier à tous les coups, en procédant à une reprise en main par l'Etat de ce secteur. Le fondateur est devenu maître et seigneur qui a presque droit de vie ou de mort sur l'enseignant et le personnel d'encadrement. Il faut que cela s'arrête », a dénoncé Yoboué Kouakou.


Le conférencier, lui-même enseignant des Sciences de la Vie et de la Terre dans un établissement privé, a décrié avec force le traitement salarial misérable dont sont l'objet plusieurs de ses confrères dans les établissements d'enseignement privé.


« Les établissements abusent de la confiance placée en eux par l'État qui, depuis 1982, avait prévu un plan de carrière valorisant pour les enseignants du privé. Ces acquis ont été ignorés et remplacés par des pratiques informelles qui vont jusqu'à proposer 80.000 FCFA de salaire à l'équivalent d'un professeur de lycée au public et même fixer la vacation horaire à 500 FCFA. Le constat est identique au niveau de l'enseignement primaire où des salaires de l'ordre de 40.000 FCFA à 50.000 FCFA sont servis aux instituteurs. Avec ces salaires, il est évident que la qualité de l'enseignement dans le privé ne sera jamais celle escomptée par l'État », a-t-il indiqué.


 

Le président du Collectif Sauvons Notre Éducation Nationale, pour ce faire, demande à l'État de faire pression sur les fondateurs des écoles privées, afin de les contraindre à appliquer le protocole d'accord signé en 1982 entre l'État de Côte d'Ivoire et l'éducation privée qui définit un profil de carrière clair pour l'enseignant du privé, à l'image de celui du public.


« L'État doit reprendre en main le protocole d'accord de 1982 qui a été remplacé en 1994 par une convention collective qui ne fait que réduire de façon drastique le salaire de l'enseignant du privé. Dans l'enseignement privé, les salaires baissent avec le temps et sont fixés à la tête du client et c'est dommage », a-t-il regretté.


Face à cet état des lieux désastreux de l'enseignement privé en Côte d'Ivoire, le président du Collectif Sauvons Notre Éducation Nationale (SNEN), propose, entre autres, que soit mise en place, une commission interministérielle de réflexion sur l'éducation- formation du privé qui regroupera les ministères techniques en charge de l'éducation et les faîtières des syndicats de l'éducation privée. Il propose également que le recrutement et la formation des enseignants du privé se fasse au même titre que ceux du public avec un certificat d'aptitude pédagogique (CAP) pour relever le niveau de l'enseignement privé.


Le collectif dirigé par Yoboué Kouakou milite aussi pour l'institution d'une taxe de participation des établissements scolaires privés à la formation des enseignants du privé au CAFOP, à l'ENS et à l'IPNETP.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


 

Lors de cette conférence de presse, le Collectif Sauvons Notre Éducation Nationale a bénéficié du soutien de Zadi Gnagna, président de la plateforme nationale et de Kouadio Claude, président des parents d'élèves de Côte d'Ivoire.


Notons que le Collectif Sauvons Notre Éducation Nationale existe depuis 6 mois et regroupe en son sein, plusieurs syndicats d'enseignants du privé ainsi que des ONG engagées dans la lutte pour la revalorisation de la situation professionnelle et sociale des enseignants du privé. 


À travers ce Collectif, les acteurs de ce secteur veulent désormais parler d'une seule et même voix pour mieux se faire entendre par les autorités en charge de l'éducation en Côte d'Ivoire.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : La Russie réussira-t-elle à manipuler les ivoiriens contre la France comme avec les burkinabé ou maliens ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Permis à point au 1er mars, bonne initiative ?
 
3317
Oui
60%  
 
2129
Non
38%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Des enseignants du privé révèlent: «au privé, on oblige l'enseignant à gonfler les moyennes pour donner une image de grandeur à son établissement »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Peace101
Bien d'observateurs avertis Ivoiriens, Africains et internationaux en conviendront. Voici encore une autre preuve patente d'un gouvernement proactif et avant-gardiste. En effet, le terrorisme ne prospère que là où il y'a la misère et le désespoir économique et la pauvreté. C'est écrit... On observe...
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Peace101
Juste malhonnête et contre toute déontologie du métier. Les moyennes se et doivent se mériter. Un point. Deux traits.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Batuta
Hey! Toi de la case verte branlante, malodorante, pousiéreuse de cocaIne et bourrée de détourneurs de deniers publics, traficoteurs de constitution et faiseurs de troisième mandat là laisse affaire de déontologie aux autres. Bandécon!
 
 il y a 2 mois
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter