Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :   San-Pedro, inauguration de la prison et du Tribunal, l'UE appelle à l'introduction de mesures alternatives à l'incarcération grâce aux réformes du code pénal
 

Côte d'Ivoire : San-Pedro, inauguration de la prison et du Tribunal, l'UE appelle à l'introduction de mesures alternatives à l'incarcération grâce aux réformes du code pénal

 
 
 
 6117 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 25 février 2023 - 09:11

Vendredi devant la nouvelle prison de San Pedro


Jean Sansan Kambilé, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, a pris part aujourd'hui aux côtés de Francesca Di Mauro Ambassadrice de l'Union européenne en Côte d'Ivoire à la cérémonie d'inauguration de la Maison d'Arrêt et de Correction et du dévoilement de la plaque d'inauguration du Tribunal de Première Instance de San-Pedro.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Doter la ville de San-Pedro d'une juridiction de première instance avec toutes les composantes nécessaires à son bon fonctionnement a toujours été un vœu cher au Gouvernement ivoirien. C'est pourquoi, selon le ministre Jean Sansan Kambilé, le Gouvernement n'a ménagé aucun effort au cours de ces dernières années, pour concrétiser ce projet, avec l'important appui de l'Union Européenne.


Le Tribunal de Première Instance, la Maison d'Arrêt et de Correction ainsi que la Cité pénitentiaire sont les fruits de cette forte implication de l'Etat en vue de rapprocher la Justice des populations et en faveur de leur bien-être.


Deuxième port de la Côte d'Ivoire, ville au potentiel économique énorme, San Pedro se devait de disposer d'infrastructures judiciaires adaptées pour répondre au besoin d'accessibilité des populations à la justice et permettre aux opérateurs économiques de disposer de régulateurs judiciaires dans leurs activités. Selon le Garde des sceaux, aujourd'hui, c'est l'aboutissement de ce projet, dont la mise en œuvre a duré plusieurs années.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


«En effet, après l'ouverture du Tribunal de Première Instance en sa partie civile en 2019, nous sommes heureux de procéder, ce jour, à l'inauguration de la Maison d'Arrêt et de Correction rendue fonctionnelle avec la construction de la cité pénitentiaire. Cette cité pénitentiaire, faut-il le souligner, a été entièrement financée par le Conseil National de Sécurité conformément aux instructions de Son Excellence Monsieur le Président de la République. La juridiction de San Pedro peut ainsi fonctionner dans toute sa plénitude par le déploiement de ses attributions en matière criminelle, correctionnelle et de simple police », a expliqué, le ministre de la Justice.


Réceptionné en 2019, le Tribunal de Première Instance, construit sur une superficie de 3, 142 ha, a coûté 2 049 596 457 FCFA. Quant à la Maison d'Arrêt et de Correction, d'un coût de 5 872 039 106 FCFA, elle est construite sur une superficie de 5 ha, avec une capacité d'accueil de 500 détenus. Enfin la cité pénitentiaire qui la jouxte, est, elle, bâtie sur 2, 5 ha, pour un coût de construction de 7 461 800 969 FCFA. Ce sont donc des infrastructures d'un coût global de 15 383 436 532 FCFA dont est ainsi dotée la ville de San-Pedro.


 

A en croire Jean Sansan Kambilé, la mise à disposition de ces infrastructures est une preuve supplémentaire des remarquables progrès réalisés par le pays, dans tous les domaines, au cours de cette dernière décennie, grâce à la clairvoyance et au leadership du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Il a adressé sa profonde gratitude au Président Alassane Ouattara pour son importante œuvre de développement de la Côte d'Ivoire et plus spécifiquement pour son appui constant à la justice ivoirienne et a dit son infinie reconnaissance à Patrick Achi car sous sa dynamique impulsion, le Gouvernement mène au quotidien des actions pour le bien-être de ses populations.


Désormais les collaborateurs de Jean Sansan Kambilé disposent d'infrastructures modernes pour accomplir leurs tâches à la satisfaction des besoins des usagers de la justice de San Pedro. Il les a engagé à en prendre grand soin et à maintenir les équipements mis à disposition en bon état de fonctionnement en faisant en sorte que ces infrastructures soient dignes de la justice ivoirienne.


La Maison d'Arrêt et de Correction et le Tribunal de Première Instance de San-Pedro. tout en participant à une meilleure administration de la justice, contribuent de façon très concrète à un respect accru des droits de l'Homme.


Francesca Di Mauro Ambassadrice de l'Union européenne en Côte d'Ivoire a déclaré que c'est au nom des valeurs de démocratie, de défense des libertés fondamentales et d'État de droit partagées que l'Union européenne a apporté un appui financier considérable à la construction de la Maison d'Arrêt et de Correction et du Tribunal de Première Instance de San-Pedro, à hauteur de 6,5 millions d'euros, soit 4,3 milliards de FCFA.


Cet important projet s'insérait dans le Programme d'appui à la réforme et à la modernisation du système judiciaire et pénitentiaire, doté d'un budget total de 18 millions d'euros sur quatre ans (2015-2018).



 

Cliquez pour agrandir l'image  
 


L'Ambassadrice a à l'occasion soutenu que promouvoir et défendre les droits de l'Homme n'est pas seulement un impératif lié à la dignité humaine, mais il s'agit d'une pierre angulaire de la démocratie, de la paix et de la sécurité, ainsi que du développement durable.


«L'Union européenne et la Côte d'Ivoire se sont rejointes pour défendre la Charte des Nations Unies et cette convergence est venue confirmer, s'il en était besoin, les affinités existant entre nous sur une multitude de sujets. Les droits de l'Homme et la démocratie ne sont pas un acquis mais un chemin : les atteindre requiert des efforts permanents. Avec la Côte d'Ivoire, je pense que nous partageons la vision selon laquelle les Droits de l'Homme et la démocratie sont une des clés pour la stabilité du pays et pour son développement socio-économique. Même s'il arrive que nous ayons des sujets de discussion franche, nous sommes des partenaires et la solidarité et le soutien de l'Union européenne vont tant aux institutions de l'Etat qu'aux acteurs de la société civile, ainsi qu'aux institutions indépendantes chargées de leur promotion », a-t-elle ajouté.


En ce qui concerne la Justice, l'engagement de l'UE et de ses Etats membres en faveur notamment de l'amélioration des conditions de détention ne s'arrêtera pas ici. Plusieurs actions restent à pérenniser afin de consolider les acquis, de rendre le système pénitentiaire plus équitable, efficace et conforme aux standards internationaux, codifiés dans ce qu'on appelle les « règles Mandela ».


Francesca Di Mauro a à cet égard salué le fait que la Feuille de Route élaborée par la Primature ait identifié, parmi les réformes légales prioritaires pour l'année 2023, l'adoption du projet de décret relatif à la détention des personnes dans les établissements pénitentiaires. La mise en œuvre du Plan National des Droits de l'Homme, ainsi que les récentes réformes du Code pénal, constituent des occasions pour approfondir les efforts dans le secteur judiciaire, en particulier en ce qui concerne la détention.


L'Ambassadrice de l'UE pense notamment à la mise en place d'une stratégie intégrale pour améliorer les conditions de vie et le traitement des détenus, y compris l'accès à des soins médicaux adéquats, telle que prévu par le nouveau Plan National des Droits de l'Homme, la prise en compte des besoins spécifiques des femmes et des enfants en matière de détention, dont le Conseil national des droits de l'Homme a souligné la nécessité, le développement de programmes de réinsertion sociale bien structurés, en impliquant aussi le secteur privé, la ratification du Protocole facultatif de la Convention des Nations Unies contre la torture, afin de créer un mécanisme national de prévention. Et enfin l'introduction, grâce aux réformes du Code pénal, de mesures alternatives à l'incarcération.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : San-Pedro, inauguration de la prison et du Tribunal, l'UE appelle à l'introduction de mesures alternatives à l'incarcération grâce aux réformes du code pénal
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
Même pour construire une simple prison et un simple tribunal, nous avons besoin d'aide financier des "blancs", et pourtant l'argent, détourné par certains dirigeants politiques au pouvoir, peut facilement construire 5 à 10 fois cette réalisation à San-Pedro.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter