Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Assahoré Konan Jacques (DG du Trésor) apporte des éléments de clarification sur la dette publique estimée en valeur nominale à 22 644,1 milliards FCFA à fin septembre 2022
 

Côte d'Ivoire : Assahoré Konan Jacques (DG du Trésor) apporte des éléments de clarification sur la dette publique estimée en valeur nominale à 22 644,1 milliards FCFA à fin septembre 2022

 
 
 
 5445 Vues
 
  7 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 09 mars 2023 - 08:24

Jacques Assahoré



La question, de la dette publique a été au centre de l’entretien accordé par le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Assahoré Konan Jacques, au quotidien pro-Gouvernemental (Fraternité Matin).


Il a apporté des clarifications sur l’endettement du pays qui suscite des inquiétudes au sein d’une partie d’une partie de l’opinion nationale, notamment l’opposition.


D’entrée, M. Assahoré a expliqué que la dette publique désigne l’ensemble des sommes d’argent empruntées par un État et ses démembrements (collectivités territoriales, établissements publics nationaux, organismes de sécurité sociales, etc.) pour financer leur développement.


« Le recours à l’endettement est un instrument de politique économique comme tout autre. La principale raison pour laquelle les États y ont recours est l’insuffisance de leurs ressources intérieures ou domestiques pour couvrir l’ensemble de leurs dépenses », a fait savoir le financier.


 

Selon le DG du Trésor, cette situation n’est pas propre à la Côte d’Ivoire, car à l’en croire, aucun État au monde, encore moins les États confrontés aux dépenses sociales pressantes et à la crise sécuritaire, n’arrive à couvrir ses dépenses avec ses ressources propres, puis d’expliquer.


« (...) La dette est contractée pour financer le gap entre les dépenses et les ressources de l’État. Quand une telle situation se pose, nous avons trois solutions possibles : la première, qui paraît la plus simple, c’est de dire qu’il faut réduire les dépenses pour les aligner sur les ressources. A ceux qui sont tentés par cette solution, je voudrais les inviter aux arbitrages budgétaires pour voir combien il est difficile, pour le ministre du Budget, de supprimer la construction d’une école, d’un hôpital ou la construction ou le bitumage d’une route.


Face au caractère prioritaire des dépenses de l’État, la deuxième solution, c’est d’accroître les ressources fiscales et non fiscales. Cette solution est la plus viable, car elle a l’avantage d’augmenter les ressources de l’État sans créer la dette. De plus, le taux de pression fiscale d’environ 12% aujourd’hui est faible comparé à l’objectif de 20% que cherchent à atteindre nos États. Il y a donc de la marge. Mais combien sommes-nous aujourd’hui disposés à payer nos impôts ou à payer nos droits de douanes sans rechigner ou sans chercher à faire des arrangements ? Savons-nous que c’est en payant nos impôts que nous contribuerons à accroître les ressources propres de l’État et à réduire l’endettement ? C’est donc à son corps défendant que l’État est obligé de se tourner vers l’endettement, sans bien sûr, renoncer aux deux autres solutions », a justifié Assahoré Konan Jacques.


Evoquant le stock de la dette ivoirienne, il a révélé à fin septembre 2022, il s’établit, « en valeur nominale, à 22 644,1 milliards de F CFA.


« Mais ce chiffre ne suffit pas à dire que notre pays est surendetté. Il suffit de savoir que ce stock représente 51,8% du Pib et que la norme communautaire de l'UEMOA nous impose une norme de 70%. En d’autres termes, pour 100 francs de richesses produites dans le pays (Pib), nous ne devons pas affecter plus de 70 francs au remboursement de notre dette, les 30 francs restant devant servir à financer les dépenses sociales et l’investissement. Or, la Côte d’Ivoire affecte (je suis tenté de dire seulement) 51,8 francs de sa richesse au remboursement de sa dette. On ne peut donc dire, raisonnablement, que notre pays est surendetté », a-t-il fait remarquer.


Le DG du Trésor voudrait rassurer les Ivoiriens, soutenant que, l’objectif de la gestion de la dette qui est confiée, est d’établir une stratégie permettant de mobiliser les financements dont l’État a besoin pour son développement en recherchant les meilleurs coûts possibles.


 

À ceux qui demeureraient sceptiques sur la dette publique, M. Assahoré leur pose cette question : « En définitive, qu’est-ce qui est plus inquiétant ? Vivre dans un pays où la crainte de l’endettement excessif empêche toute vision de développement et maintient le pays dans le statu quo, ou faire le choix et le pari de l’émergence et de l’industrialisation, grâce à un recours à l’endettement maîtrisé, pour un meilleur rayonnement national et un mieux-être des populations ? »




Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  7 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Assahoré Konan Jacques (DG du Trésor) apporte des éléments de clarification sur la dette publique estimée en valeur nominale à 22 644,1 milliards FCFA à fin septembre 2022
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Joperfal
Cher Monsieur bouffez votre argent et taisez-vous. On prend crédit pour financer des postes politiques ... Dites-moi monsieur, dans une région donnée ou il y a déjà un préfet de région, un préfet de département Dramane est-il obligé de créer des postes pour ses anciens ministres qu'il a lui-même vidés pour insuffisance de rendement en les dotant d'un budget officiel de plus de 12 milliards de nos francs ? L’endettement règles quel problème au niveau des populations si ce n’est que l’augmentation par exemple des taxes à plus de 60% sur le coup de l’électricité, l’achat de grosses cylindrés et la création de sociétés fictives pour pomper l’argent de la dette que vous-même aviez contractée. Vous rendrez compte quelque soit temps.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
couly
En voilà un bon.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
Exercise perilleux auquel s est adonne l eminent Jacques Konan Assahore sans vraiment convaincre. Il y a 2 an c etait le ministre Adama Kone qui parlait de 47% quand nous avancions 49%. L an dernier il avancait 49 quand nous parlions de 52%, voici que Mr Assahore nous rejoint a 52%. Il est bien de parler de proportion et depuis nous interpellons nos amis du Rhdp sur le virage dangereux que prend notre pays. Notre derniere emission de bond a ete un echec parceque la Cote d Ivoire ira vers les 60% du ratio Debt/PIB en 2023 bref nous ne sommes presque plus solvable. Les premieres gouttes de Baleine n arriveront peut etre pas avant 2024 et ceux malgre toute la bonne volonte d Eni. Les 70% qui represente non pas la sonnette d Alarme mais l incapacite a pouvoir repayer une dette d un certain poids pour une economie dont le PIB par habitant est de moins de 3600 US dollars. On ne peut pas aller reendetter un pays aussi rapidement de 27%
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
De moins de 20% a atteindre 54% et parler de batir un pays en 10 ans. C est inconscient et mechant.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
k
22 mille milliards de cfa c'est que dalle pour un pays en croissance.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ziegler
Quand c'est bon il faut reconnaitre que c'est bon. Je ne suis pas financier mais en français facile, ou en langage financier simple pour les nuls, j'ai compris et bien compris. Il est autorisé aux états de rembourser une dette jusqu'à de 70% de la richesse produite . Nous en RCI, remboursons sous le PRDO, 51%. Nous avons donc encore une bonne marge de manœuvre de 19% . La pacotille de financiers de l'opposition le sait très bien, mais elle joue son rôle de noircisseur de tableaux. Le DG du Trésor a parlé, il a ouvert le débat. Le peuple vous attend, vous les négationnistes de l'opposition. Vive la RCI sous le Prad'or. Y arien dans jalousie.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
22000 milliards que tes predecesseurs tous reunis en 50 ans n ont pas pris. Croissance du PIB par habitant qui est inferieur a celle de celui que vous avez qualifier de mediocre, ou est l erreur dans tous ca? Avec 22000 milliards tu fais combien de ponts, kms de Route, d univeristes, de CHU, fais le total de ce qui a ete realise et dites nous si ca balance en passant 1km d autoroute bien faite ce sont 2, 5 million de dollars donnez les chiffres sur les kilometres d autoroute etc... Le nombre de CHU et autres on va comptabiliser, n oubliez surtout pas les dons des 2 echangeurs du Japon et les 400 millions de dollars du MCC
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter