Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Feu de colère à Bangolo, accusé, un instituteur battu à mort, la maison du chef du village incendiée
 

Côte d'Ivoire : Feu de colère à Bangolo, accusé, un instituteur battu à mort, la maison du chef du village incendiée

 
 
 
 9619 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 14 février 2024 - 09:13

Incendie de la maison du chef du village de Zéo (Ph KOACI)



Le calme paisible du village de Zéo, niché dans le département de Bangolo, a été brusquement rompu le samedi 10 février 2024, par un événement tragique qui a secoué la population locale.


Dans un incident qui a abouti à la perte d'un membre estimé de la société, Gaël Blesson Luc, un instituteur dévoué et bénévole, a perdu la vie dans des circonstances choquantes, apprend KOACI de sources sur place.


Blesson Luc Gaël, affectueusement connu pour son engagement envers l'éducation des jeunes à l'école primaire publique de Douandrou 1, a été confronté à une fin tragique. Accusé à tort de vol par des membres de l'administration villageoise, sous la supervision du chef de village, Séa Ferdinand, il a été soumis à des actes de violence inacceptables. Ligoté et battu sur ordre du chef de village, Blesson a succombé à ses blessures, laissant derrière lui une famille en deuil et des populations en colère.


 

L'affaire a été portée devant les juridictions coutumières de Zéo, où l'instituteur avait ses racines. Cependant, au lieu d'une résolution équitable et juste, une procédure brutale a été enclenchée par l'administration villageoise, entraînant la perte de vie de Blesson. Cette réaction excessive et injustifiée a enflammé les passions au sein de la jeunesse locale, déclenchant une série de manifestations spontanées de colère et de frustration.


Dans un acte de vengeance désespéré et impulsif, des jeunes mécontents se sont dirigés vers la résidence du chef de village, incendiant sa maison pour exprimer leur indignation face à l'injustice subie par leur frère. Cet acte de violence, bien que condamnable, témoigne de l'ampleur du chagrin et de la frustration ressentis par la communauté face à la tragédie évitable qui s'est déroulée sous leurs yeux.


Face à cette escalade de tension et de violence, les forces de l'ordre et de sécurité ont été contraintes d'intervenir. La brigade de gendarmerie de Bangolo s'est rendue sur les lieux pour apaiser la situation et a procédé à des arrestations parmi les personnes impliquées dans l'incident. Cependant, l'arrestation des coupables ne suffira pas à apaiser la douleur et la colère qui ravagent désormais la paisible communauté de Zéo.


Alors que la famille du défunt pleure la perte de Luc Gaël Blesson, instituteur dévoué et modèle, cet événement tragique sert de rappel poignant des conséquences dévastatrices de l'injustice et de la violence.


 

Les populations de Zéo, en cette période sombre, exigent que la justice soit rendue et que des mesures soient prises pour prévenir de tels actes de violence à l'avenir, afin que la mémoire de Blesson puisse être honorée par la paix et la justice dans sa communauté bien-aimée.



Jean Chresus, Abidjan


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire-Burkina : Accusation de déstabilisation portée par Ouaga contre Abidjan, de la provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Crise de royauté chez les Baoulés, les politiciens tirent les ficelle...
 
3152
Oui
70%  
 
1213
Non
27%  
 
116
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Feu de colère à Bangolo, accusé, un instituteur battu à mort, la maison du chef du village incendiée
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter