Côte d'Ivoire Environement
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Nouvel effondrement d'immeuble à Abidjan, l'Ordre des architectes crie son amertume:
 

Côte d'Ivoire : Nouvel effondrement d'immeuble à Abidjan, l'Ordre des architectes crie son amertume: " Il est temps de dire stop ! "

 
 
 
 3542 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 06 juin 2024 - 23:08

Joseph Amon jeudi à Abidjan


Un drame s'est produit, le mardi 4 juin 2024, à la Riviera Palmeraie, suite à l'effondrement d'un immeuble qui a occasionné 18 victimes dont un décès.


Ce jeudi 6 juin 2024, Joseph Amon, Président du Conseil national de l'ordre des architectes de Côte d'Ivoire était sur le site pour constater les dégâts.


Il a affirmé que suite au drame, l'Ordre des architectes a été saisi de ce sinistre. « Nous avons cherché d'abord à voir, s'il y avait un architecte qui était associé à ce projet, ce qui est le cas. Et nous avons entendu cet architecte. Nous avons eu un certain nombre d'informations que nous sommes venus recouper sur le terrain pour voir si effectivement dans le processus de mise en œuvre d'un projet de ce type, toutes les différentes étapes ont bel et bien été suivies et qu'est-ce qui n'a pas marché et où le dysfonctionnement a été apparu pour que nous arrivions à avoir cet affaissement du bâtiment », a expliqué, le Président Joseph Amon.


Il a confié à la presse que, l'architecte intervient depuis la conception du projet dès l'origine et c'est lui qui devait donner les différentes orientations dans le format des réalisations, mais il associe dans cette étape, un certain nombre de corps de métiers spécialistes qui viennent l'accompagner dans la confection du dossier.


« Ici, nous sommes en phase de réalisation, il s'agit donc d'une autre étape de mise en œuvre qui fait intervenir un certain nombre de sciences, de connaissances et également une méthodologie de travail. Là, nous constatons que malheureusement, il y aurait eu quelques dysfonctionnements dans la mise en œuvre de la chaîne de réalisation d'un projet de ce type avec sous-sol et c'est ce que nous regretterons, parce que les conséquences, c'est ce que nous avons constaté, l'affaissement d’un bâtiment », a-t-il regretté.


Depuis sa prise de fonction, le Président de l'Ordre des architectes mène des campagnes de sensibilisation sur la nécessité de confier de tels travaux aux experts, notamment aux ingénieurs-conseils, aux architectes et à tous ceux qui sont dans le secteur du bâtiment.


Il estime qu'il est peut-être insuffisamment compris parce que, peut-être, on ne mesure pas toujours toute la portée des différentes recommandations qu’il fait et il y a la nécessité absolue de continuer de communiquer.


 

« Si l'on suit les experts, que sont les architectes, que sont les ingénieurs-conseils, mais également le Bureau de normalisation des risques et autres, c'est toute une équipe qui se met en œuvre et nous avons des risques quasi nuls d'avoir des sinistres de ce type. Malheureusement, il existe encore des personnes qui pensent avoir la capacité et les connaissances pour pouvoir faire des réalisations, parce que lorsqu'on voit des fouilles de cette ampleur, on voit les travaux entamés. On ne comprend pas qu'on ne puisse pas avoir de manière permanente ces différents corps de métiers associés à leur réalisation, c'est dommage », a mentionné, le Président Joseph Amon.


Selon lui, il est temps vraiment temps que tout projet de construction soit véritablement confié à des professionnels et « qu’on arrête de faire de l'auto-construction, parce que ce projet est de l'au-construction et les conséquences sont graves parce que, c'est une perte énorme en investissement et malheureusement en vies humaines ».


«Et ça, il faut arriver à un moment à dire stop. Ne plus dire stop par des mots, il faut poser maintenant des actes concrets et je crois que nous au niveau de l'Ordre des architectes, nous allons nous réunir, nous allons poser la problématique et faire des suggestions en vue de trouver des solutions définitives à ces différents problèmes d’effondrement et d'affaissement », a mentionné, Joseph Amon.


Avec la saison des pluies, l'on assiste depuis quelques années en Côte d'Ivoire à des effondrements de bâtiments. Pour amplifier sa campagne de sensibilisation, le Président de l'Ordre des architectes annonce que dans les tous prochains jours, l’Ordre va tenir des points de presse pour expliquer aux uns et aux autres la nécessité de prendre un certain nombre de dispositions face à la situation dans laquelle, nous nous trouvons.


« Nous allons communiquer là-dessus et nous pourrons donner quelques pistes qui vont permettre aux uns aux autres d'avoir un regard peut-être plus profond sur les constructions existantes parce que, ce sont sur ces bâtiments qu'il va falloir porter un regard tout particulier. Maintenant, pour les projets nouveaux, nous allons voir comment amener les uns et les autres à faire appel à des professionnels. Qu'on arrête de faire appel à des personnes qui se disent professionnelles, qui se disent architectes, qui se disent ingénieurs mais qui n'ont ni la responsabilité ni la capacité de pouvoir porter de véritables jugements techniques ou architecturaux », a-t-il conclu.


Joseph Amon était sur le site avec Coulibaly Souleymane, Président de la Chambre nationale des ingénieurs-conseils et experts de génie civil de Côte d’Ivoire.


"Vous avez tous suivi l'actualité et en tant que spécialiste, nous ne pouvions pas rester sans venir voir ce qui s'est passé. Malheureusement, aujourd'hui, on ne peut pas tirer de conclusions hâtives, c'est un malheur qui est arrivé et nous sommes venus dans un premier temps présenter nos condoléances à ceux qui ont été touchés, et dire que nous sommes avec eux elles", a d'emblée déclaré l'expert.


 

Il a ensuite soutenu que " quand on regarde au niveau technique, il y a effectivement des problèmes, il y a certaines dispositions qui devaient être prises auparavant avant de faire le bâtiment, mais pour tirer une conclusion définitive, il faut avoir tous les éléments en main au niveau des essais de sols, des calculs de structures et comment il était prévu de stabiliser les constructions avoisinantes, etc.".


Selon lui, il y a aussi beaucoup de calculs qui ont été faits, donc pour tirer des conclusions définitives, il faut tous ces éléments-là pour mieux apprécier. 


"Sinon, effectivement, quand nous regardons sur le chantier, il y avait quelques risques", a poursuivi, Coulibaly Souleymane.


Est-ce qu'il y avait un ingénieur sur le chantier ? En réponse à cette question, l'expert a été clair. 


"En ce qui nous concerne, pas la Chambre des ingénieurs-conseils. Nous avons ouï-dire qu'il y avait un bureau de contrôle, ce qui n'est pas la même chose que l'ingénieur civil".


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Nouvel effondrement d'immeuble à Abidjan, l'Ordre des architectes crie son amertume: " Il est temps de dire stop ! "
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter