Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Crise à  l'université de Cocody, 11 autres enseignants annoncés  devant le conseil de discipline, Abou Karamoko sur un siège éjectable ?
 

Côte d'Ivoire : Crise à  l'université de Cocody, 11 autres enseignants annoncés devant le conseil de discipline, Abou Karamoko sur un siège éjectable ?

 
 
 
 25165 Vues
 
  7 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 06 février 2019 - 14:57

Karamoko-

© Koaci.com – Mercredi 06 Février 2019 –La crise qui secoue l’université Félix Houphouët Boigny de Cocody relative à  une grève d’un an des enseignants – chercheurs suite à  la sanction de huit de leurs camarades est loin de prendre fin.

La frange de la Coordination Nationale des Enseignants -Chercheurs (CNEC) de Johnson Zamina Kouassi qui a lancé le mot d’ordre d’arrêt de travail , a le soutien du Collectif des Enseignants-Chercheurs (CODEC) et du Syndicat Libre des Enseignants-Chercheurs (SYLEC).

Les deux syndicats réagissant à  la mise en garde de Abou Karamoko relayée sur KOACI, accusent ce dernier d’être à  l’origine de la crise qui secoue la plus grande université du pays, et certaines des autres localités du pays.

Nous apprenons par le CODEC que, 11 autres enseignants seront traduits en Conseil de discipline le vendredi 15 février prochain.

Pour le CODEC, cela ne contribuerait qu’à  jeter de l’huile sur le feu dans un contexte déjà  explosif. Il en appelle à  la responsabilité de tous les membres du Conseil d’université pour ces décisions sans précédent dans l’histoire de nos universités.

« Le CODEC invite les collègues de la CNEC à  ne pas céder à  la provocation », indique le Porte-parole Dr YEO Kanabein Oumar, avant d’accuser. « Sans aucun doute, toutes ces sanctions disciplinaires à  l’égard de nos collègues, toutes les manœuvres d’intimidation à  l’encontre de certains membres du CODEC participent de la volonté de l’équipe dirigeante d’étouffer toute contestation et toute liberté d’expression afin de faire passer des reformes suicidaires pour le système d’enseignement supérieur. »

Enfin, le CODEC juge ces agissements indignes d’un dirigeant d’une institution aussi importante que l’Université FHB.

« Le Président a la responsabilité de ramener le calme et la sérénité à  l’université propice à  un bon environnement de travail. Ce n’est certainement pas ces déclarations intempestives et méprisantes à  l’égard de notre corporation, dont il fait partie, qui ramèneront le calme à  l’université. Le CODEC interpelle notre Ministère de tutelle sur cette situation de pourrissement orchestrée par l’équipe dirigeante actuelle de l’Université FHB. En tout état de cause, le CODEC se réserve le droit de répondre à  toutes ces interviews et articles de presses diffamatoires suscitées à  l’encontre de la corporation », prévient le syndicat.

Quant au Syndicat Libre des Enseignants-Chercheurs (SYLEC), Il marque son indignation devant ce qu’il qualifie de dérives inimaginables au sein d’une cellule universitaire.

Constate avec regret, et ce, après analyse du contexte et suite aux communications des parties, que le Président de l’université Félix Houphouët-Boigny, le Prof Abou Karamoko reste et demeure, l’inspirateur de ces violences pour les raisons suivantes : « Son manque de diplomatie, de courtoisie et de tempérance dans la gestion au quotidien de cette institution ayant conduit en 2017 à  accuser, à  la une de journaux (Cf. Notre voie n°5684, du lundi 21 aout 2017), les Enseignants-Chercheurs de fraudeurs ; L’instauration de la violence au-delà  de toute éthique, en invitant les étudiants en 2018 (voir vidéo en ligne), à  bastonner les Enseignants-Chercheurs en situation de grève », avant d’inviter instamment le président Abou Karamoko à  rendre sa démission dans les plus brefs délais dans l’intérêt de la cohésion et de la restauration de l’université Félix Houphouët-Boigny.

« Invitons le gouvernement, à  ramener le principe des élections dans la désignation des autorités universitaires en vertu du respect de la franchise universitaire et à  daigner affronter les problèmes au lieu d’en faire chaque fois, une question politique », conclu le SYLEC.

Abou Karamoko pourra-t-il tenir dans ce bras de fer seul, contre tous les syndicats de l’université de Cocody ?

Donatien Kautcha, Abidjan
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : La Russie réussira-t-elle à manipuler les ivoiriens contre la France comme avec les burkinabé ou maliens ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Permis à point au 1er mars, bonne initiative ?
 
3317
Oui
60%  
 
2129
Non
38%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  7 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Crise à  l'université de Cocody, 11 autres enseignants annoncés devant le conseil de discipline, Abou Karamoko sur un siège éjectable ?
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Alexandre Dumas
Monsieur Abou karamoko, reconnaissez votre incapacité à  diriger l'université de Cocody Abidjan et surtout prenez des mesures qui vont dans le sens de l'apaisement pour le bonheur de tous.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
ILLUSIONS PERDUES
mais DAO lui même est un PRESIDT DÉSIGNÉ intallé à  coups de Bombes & Assassinats. alors c'est normal que lui le grd DEMON-CRATE n'accepte pas le principe d'élection à  l'univ.... faudrait qu'il désigne et intalle son présidt du ""grd U"" à  lui c'est tout.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Deku
C'est ce qu'on appelle communément une dictature.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ziegler
Que valent des élections de président dont le vainqueur est connu d'avance? Les dernières élections de président d'université sous koudou ont donné vainqueur Aké N'gbo, tout simplement parce qu'il était le choix du pouvoir d'alors. Aké N'Gbo a déposé son dossier de candidature 1 mois après la date de clôture du dépôt et tout cela à  la demande de Koudou. Donc une élection de Président d'Université n'est rien d'autre qu'une nomination déguisée des pouvoirs en place. La preuve, Aké N'Gbo fut nommé 1er Ministre de Koudou. On se connait en détail en RCI.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Batuta
Qu'est-ce qu'ils sont allergiques aux élections! Ecoutez, on comprend que dans vos espaces domestiques respectifs vous soyez de petits tyrans; mais l'université n'est pas votre salon enfumé aux effluves de sougbrara. Ici, c'est le temple du savoir ou se fait l'apprentissage de la démocratie. Si c'est contraire à  vos mœurs, alors dégagez!
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Assamoi1956
La violence et les intimidations ont fait place a la diplomatie et les concessions pour trouver des solutions aux points de divergences dans notre pays. Malheureusement, il y a pleins d'autres questions a régler entre autres :réformes cei , listes électorale, découpage électorale, loi électorale etc.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ziegler
Lorsqu'on se targue d'être démocrate, on ne va pas chasser des non grévistes qui donnent cours en amphi. Certaines personnes oublient d'enlever la poutre qui est dans leurs yeux avant de s'ériger en donneur de leçon. En RCI, on se connait en détail.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter