Côte d'Ivoire Technologie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  La maturité cybersécurité « ivoirienne » évaluée par la Banque mondiale et le Centre mondial de développement des capacités en matière de cybersécurité de Oxford
 

Côte d'Ivoire : La maturité cybersécurité « ivoirienne » évaluée par la Banque mondiale et le Centre mondial de développement des capacités en matière de cybersécurité de Oxford

 
 
 
 3818 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 18 juin 2019 - 09:52

La Banque mondiale évalue la maturité cybersécurité durant quatre jours

© koaci.com – Mardi 18 juin 2019–Des ateliers d’évaluation de la maturité cybersécurité de la Côte d’Ivoire organisés par le ministère de l’Economie numérique et de la poste en collaboration avec la Banque mondiale et le Centre mondial de développement des capacités en matière de cybersécurité de Oxford se tiennent à  Abidjan du 17 au 20 juin prochain.

Ces ateliers qui ont démarré aujourd’hui et qui s’étendront sur quatre jours permettront aux experts de faire un tour d’horizon des capacités actuelles du dispositif de la Côte d’Ivoire, des problématiques rencontrées et aideront à  mieux orienter la stratégie du pays vers les axes qui auront le plus fort impact au niveau de la sécurité des systèmes d’informations nationaux et du cyberespace ivoirien en général, à  travers la mise en œuvre de la méthodologie CMM.

En l’absence du ministre de l’Economie numérique et de la poste, Claude Isaac Dé, c’est son Directeur de cabinet qui a donné le top départ de ces ateliers.

Djomand Henri a indiqué que l’évènement du jour témoigne de l’importance que l’Etat de Côte d’Ivoire accorde à  la sécurisation du Cyberespace ivoirien, gage du développement d’une économie forte s’appuyant sur la confiance dans l’utilisation des technologies numériques, secteur incontesté de création d’emplois et de réduction de la pauvreté.

Il a mentionné que le sujet est d’actualité au vu des menaces grandissantes et les capacités en constance des cybercriminels dans le monde.

Djomand Henri a affirmé que, la lutte contre la cybercriminalité est une guerre permanente qui nécessite la disponibilité de moyens humains, organisationnels, techniques et financiers conséquents afin de corriger au maximum les risques de cyberattaques pour garantir un niveau de confiance optimal des citoyens dans l’utilisation du numérique dans ce monde qui ne fait que se digitaliser de jour en jour.

Le Directeur de cabinet a déclaré que son pays ne ménagera aucun effort en vue de développer des partenariats stratégiques avec les meilleurs experts locaux et internationaux dans le but d’accroitre les compétences et les capacités de lutte mais aussi de prévention et de détection.

« C’est dans cette optique nous collaborons avec l’Union européenne, l’Union internationale des télécommunications, l’Estonie, l’Egypte, la France et aussi la banque mondiale dans cette quête constante de la cybersécurité, » a-t-il conclu.

Le représentant de la Banque mondiale a rassuré le Directeur de cabinet que ce n’est « pas un exercice de comparaison mais c’est un exercice d’évaluation. »

Il a indiqué que la Côte d’Ivoire et la Tunisie font en même temps cet exercice et a précisé que le pays est le 6ème Etat de la CEDEAO dans ce domaine.

Wassimagnon

 
 
  Par Koaci