Sénégal Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Sénégal: Budget 2020, des réformes phares pour assainir la masse salariale et rationaliser les dépenses courantes
 

Sénégal: Budget 2020, des réformes phares pour assainir la masse salariale et rationaliser les dépenses courantes

 
 
 
 1743 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 12 novembre 2019 - 13:32

Macky Sall 


Une nouvelle structuration du budget pour l’année 2020. C’est ce vers lequel l’Etat du href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=S%C3%A9n%C3%A9gal'> class='KTextKeyword'>Sénégal veut aller. Il s’agit d’un budget de rupture, arrêté à 3 258,45 milliards F Cfa en recettes et 3 708,95 milliards F Cfa en dépenses. 


Soit un déficit budgétaire de 450,5 milliards F Cfa, correspondant à 3%, a annoncé la Direction générale du Budget (Dgb).Dans un document parcouru par KOACI, il est annoncé qu’à « partir du 1er janvier 2020, le href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=S%C3%A9n%C3%A9gal'> class='KTextKeyword'>Sénégal va donc basculer du Budget de moyens au Budget programme ». Un budget qui annonce un ensemble de changements.


Selon la Direction générale du Budget, « ces objectifs devraient permettre au href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=S%C3%A9n%C3%A9gal'> class='KTextKeyword'>Sénégal de minimiser les facteurs de vulnérabilité afin de sauvegarder la viabilité de la dette. Ainsi, une attention particulière sera portée sur les conditions d’emprunt, à savoir les taux d’intérêt et les maturités. Les ressources concessionnelles seront privilégiées autant que possible et les financements à des conditions commerciales ne serviront que pour des projets à haut niveau de rentabilité démontré. Les passifs conditionnels liés aux garanties ou aux contrats de partenariat public-privé intégreront le champ de la dette pour permettre une meilleure appréciation du risque de surendettement. Enfin, une précision importante est à faire, concernant la présentation des chiffres de la dette publique ». 


En effet, dans la nouvelle Lolf, ne figurent dans les dépenses budgétaires de l’État que les charges financières de la dette qui sont projetées en 2020 à 364,8 milliards F Cfa, contre 273,19 milliards de F Cfa dans la Lfr1 2019, soit une hausse de 91,61 milliards F Cfa en valeur absolue et 33,5% en valeur relative. Ainsi, pour ce qui est de l’amortissement de la dette, il est de 506,02 milliards F Cfa contre 589,98 milliards F Cfa dans la Lfr 1, soit une baisse de 83,96 milliards F Cfa en valeur absolue et 14,2% en valeur relative.


Il faut dire que tout cela entraîne « une href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+masse+salariale+'> class='KTextKeyword'> masse salariale en hausse ». Mais, rassure la Dgb, elle demeure « sous contrôle ». C’est « une hausse relative bien maitrisée. Les dépenses de personnel constituent le seul poste budgétaire où, en tout état de cause, une baisse n’est pas envisageable, ne serait-ce qu’en raison de l’obligation juridique pour l’État-employeur de payer aux agents les droits que la législation leur reconnaît en termes d’avancement dans leur carrière. En 2020, la href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+masse+salariale+'> class='KTextKeyword'> masse salariale de l’Etat (payée sur le titre 2 du budget) se situera à 817,70 milliards F Cfa, en augmentation par rapport à la Lfr1 2019 de 74,29 milliards F Cfa en valeur absolue et 10% en valeur relative ».


 

Même si ces dépenses sont en hausse, l’État a stabilisé dans le href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+budget+2020'> class='KTextKeyword'> budget 2020, le ratio href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+masse+salariale+'> class='KTextKeyword'> masse salariale sur recettes fiscales sous la barre des 35% fixée par le Pacte de convergence, de stabilité et de solidarité de l’Uemoa. Ce ratio sera exactement de 30,6% en 2020 contre 30,5% en 2019 et 34,3% en 2018.


Des mesures pour href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+assainir+'> class='KTextKeyword'> assainir la href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+masse+salariale+'> class='KTextKeyword'> masse salariale et rationnaliser les dépenses courantes


Avec ces augmentations de la masse salariale, l’État n’est pas resté les bras croisés. « Depuis quelques années, le gouvernement a pu mettre en place une série de mesures en vue d’assainir la href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+masse+salariale+'> class='KTextKeyword'> masse salariale avec notamment le renforcement du contrôle interne. Cela a ainsi permis de prévenir et mitiger les risques de dérapages de la rémunération. Par ailleurs, la modernisation des instruments de gestion des effectifs et de la href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+masse+salariale+'> class='KTextKeyword'> masse salariale sera poursuivie. 


Cela à travers ‘’la mise en production de l’interconnexion Solde permettant de parachever la dématérialisation du circuit des actes administratifs ; l’accélération de la digitalisation de la Solde avec le logiciel e-solde déployé depuis mi-septembre 2019 et qui révolutionne les rapports entre l’administration des Finances et les usagers avec la consultation voire l’édition de bulletins de salaire en ligne ; la continuité de la déconcentration des compétences de la Solde ; et la href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+rationalisation'> class='KTextKeyword'> rationalisation de la procédure de liquidation des Pensions entamée depuis 2018 atteindra sa vitesse de croisière avec la dématérialisation de la phase production des Certificats des cessations de paiement (Ccp).


 

Concernant la href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+rationalisation'> class='KTextKeyword'> rationalisation des dépenses courantes, le href='https://www.koaci.com/index.php/recherche?search=+budget+2020'> class='KTextKeyword'> budget 2020 confirme la poursuite de la stratégie de ces dépenses. Ce sera à travers « la réduction de la facture locative de l’État ; la mise en œuvre du plan de réduction des factures d’eau, d’électricité et de téléphone ; le suivi rapproché du parc automobile de l’État ; la fermeture de consulats et de bureaux économiques à l’extérieur et la restructuration des agences et structures similaires ».



Sidy Djimby Ndao , Dakar 


Contacter KOACI.COM à Dakar : + 221773243692 ou sn@koaci.com


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Révélation du président du GIPAME, l'Etat doit il rapidement investir pour que la SIR propose du carburant propre?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Premier procès en corruption pour une affaire de 95 millions, écran de...
 
2367
Oui
55%  
 
1814
Non
42%  
 
122
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement