Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  60ᵉ anniversaire du département africain du FMI, Ouattara plaide pour l'augmentation de manière significative du volume de financement aux pays africains
 

Côte d'Ivoire : 60ᵉ anniversaire du département africain du FMI, Ouattara plaide pour l'augmentation de manière significative du volume de financement aux pays africains

 
 
 
 9156 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 10 mai 2021 - 19:08

Alassane Ouattara était ce jour l'invité de Kristalina Georgieva, Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) à l'occasion de la célébration du 60ᵉ anniversaire du département africain de l'institution financière internationale.


Ancien Directeur du département africain du FMI, le chef de l'Etat ivoirien intervenant par visioconférence a déclaré que selon le FMI, la reprise économique est estimée sur les 5 prochaines années à environ, 425 milliards de dollars américains.


Selon lui, malgré les efforts de mobilisation de ressources intérieures et la contribution du secteur privé, les pays africains ne pourront malheureusement pas couvrir la totalité de ces besoins.


« Le FMI est devenu aujourd'hui un filet de sécurité pour l'Afrique avec ses 28 milliards de dollars US déjà décaissés et les 600 millions de dollars US d'allégement de la dette », a-t-il ajouté.


Alassane Ouattara a salué les travaux en cours par le FMI en vue de la mise à disposition comme lors de la crise financière de 2009 aux différents pays membres de 650 milliards de dollars d'allocations de tirages spéciaux, dont 23 milliards US aux pays d'Afrique subsaharienne.


Il est convaincu que cela permettra aux pays d'avoir de l'espace fiscal pour faire face aux besoins urgents pour le bien être des populations. Toutefois, cela ne sera pas suffisant et il faudrait que dès à présent, car c’est le meilleur moment de le faire.


L’ancien Directeur Afrique a souhaité que les partenaires au développement, le FMI et la Banque mondiale augmentent de manière significative, le volume de financement aux pays africains.


 

Concernant la dette, Ouattara pense qu'une approche tenant compte de la situation de chaque pays devrait être privilégiée, car les pays avec une dette soutenable et pouvant aller sur le marché international devraient être accompagnés par le FMI afin qu'ils continuent à mobiliser les ressources longues à des taux d'intérêt plus bas et l'OCDE doit être interpellé à ce sujet.


Par ailleurs, il apprécie les initiatives en cours entre le FMI et les pays développés pour que les pays disposant de réserves extérieures confortables, aient une partie de leurs allocations à des conditions constitutionnelles aux pays africains.


« Nous devons tous nous adapter à un monde en plein changement pour offrir les réponses les plus innovantes et les plus efficaces aux nouveaux défis. C’est cela la solidarité. Cela fait partir des sujets que nous examinerons lors du sommet international de Paris sur le financement pour l'Afrique le 18 mai prochain », a expliqué, le Président ivoirien.


Il se félicite de l'excellente collaboration entre la Côte d'Ivoire et le FMI en particulier avec le département Afrique qui est entre de bonnes mains.


Ce soixantième anniversaire se déroule juste après, les assemblées annuelles du Printemps du FMI et de la Banque mondiale dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19.


À ce propos, Ouattara a saisi l'opportunité qui lui a été offerte pour rendre hommage à Kristalina pour son leadership, sa vision depuis sa nomination à la tête de cette institution en octobre 2019.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


 

« Votre agenda pour 2021 auquel, nous adhérons, pleinement ainsi qu’à la rapidité à laquelle, le FMI et la Banque mondiale ont adressé conjointement, la pandémie de la COVID-19 en sont un exemple éclatant. Je profite aussi de l'occasion pour saluer l'excellent travail accompli par les équipes sous la supervision du Directeur du département Afrique mon jeune Abé Selassié, pour aider les pays africains à contenir les effets de la pandémie », a-t-il mentionné.


Nous avons connu en 2020 avec un taux de croissance mondiale, de moins 3,3%, la pire récession en temps depuis, la grande dépression. En Afrique subsaharienne, ce fut la contre-performance la plus importante jamais enregistrée avec une contraction de 1,9% et un revenu par habitant retombé à son niveau de 2013.


En définitif, l'ancien Directeur Afrique du FMI a indiqué qu'il est donc fondamentale que les missions du FMI continuent de rester à l'écoute des autorités des pays membres. Notamment lorsqu'ils font face à des chocs intérieurs comme extérieurs.


« Les récentes discussions parfois ardues en pleine pandémie et lutte contre le terrorisme, sur l’ampleur des déficits budgétaires en sont un exemple et appelle parfois, à un peu plus de flexibilité sans pour autant remettre en cause, la soutenabilité de la dette publique. Et la solidité du cadre macroéconomique qui est la priorité des priorités. Quelques décimales de plus sur le déficit budgétaire rapporté au PIB, permettraient à beaucoup de pays de mieux affronter les pandémies, de financer les dépenses urgentes de lutte contre le terrorisme, mais aussi de bâtir à moyen terme, des bases solides de paix pour leur développement », a conclu, l'invité de la Directrice générale du FMI, qui a réitéré sa joie de prendre part aux festivités commémoratives de 60 ans du département Afrique du FMI.


Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : 60ᵉ anniversaire du département africain du FMI, Ouattara plaide pour l'augmentation de manière significative du volume de financement aux pays africains
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Babili
Tout comme c’est un cadeau gratuit: on décaisse , on décaisse on se partage et les générations futures vont rembourser: c’est ça la logique de l’augmentation. Au lieu de dire 60ans aujourd’hui ces financements n’ont contribué qu’à plus d’endettement des plus soient disant pauvres et à la perte de leur liberté donc RETOURNER LA DETTE: cesser de nous emprunter, nous nous allons imaginer autre chose comme John Magufuli; non nos grozEconomiste de peuvent rien inventer ni improviser. Que c’est triste. Les pays sont déjà vendus: les bailleurs de fonds imposent leur décision, choississent des marionnettes comme leurs représentants,ces demi-messieurs que nous nous appelons pompeusement par clientélisme ou flagornerie MON Président. Quel président?????une parfaite grosse marionnette vivante oui.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
On l'a toujours dit: " RARES sont les célèbres joueurs qui deviennent de bons entraineurs,". C'est le cas de notre PR- DRAMANE Ouattara, un grand et prestigieux économiste mondialement connu qui fait de piètres prestations á la tête de son pays. Nous l'avons TOUS cru á la levée du beau soleil; mais le ciel s'est rapidement obscurci. La Côte d'Ivoire particulièrement devrait tendre de moins en moins la main á la banque mondiale, FMI et consorts, si une gestion rigoureuse des ressources financières du pays est imposée. Le PR DRAMANE doit cesser de faire des propositions aux structures financières internationales. Il a échoué sur le plan économique et social dans son pays. Il a utilisé et utilise depuis plus de 10 ans "sa bouche mielleuse" pour tromper le peuple ivoirien. Tout intelligent ivoirien non-extrémiste du RDR/rhdp sait cela. Il est venu au pouvoir avec sa famille et son clan pour faire fortune comme ses trois autres prédécesseurs immédiats qu'il avait fermement condamnés quand il était dans l'opposition. Il avait lui même affirmé dans l'opposition que : "Quand tu es incapable de diriger ou redresser un pays, tu dois dégager.".. Qu'est-ce qu'il attend pour reconnaitre ses multiples erreurs et céder le volant á un autre nouveau groupe ????>>>>>> C'est Honteux de voir des groupes de Roublards, Mafieux, Traitres.... se succéder á la tête d'un beau pays comme le nôtre. !
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ubiquismus
Je cite: "L’ancien Directeur Afrique a souhaité que les partenaires au développement, le FMI et la Banque mondiale augmentent de manière significative, le volume de financement aux pays africains". -Mais, qui a dit à ce titulaire d'un Phd périmé que le développement d'un pays NORMAL se FINANCE avec ces institutions internationales ?? -Aux journalistes sérieux, demandez à Dramane de citer un seul nom, je dis bien un seul nom de pays dont le développement a été financé par ces deux institutions mafieuses ?? -Rappelez lui quand même, que le financement du développement se fait d'abord avec la monnaie du pays (ou groupe de pays) en question, le financement international ne constituant qu'un appoint. -Financer l'économie, c'est le fait d'apporter des fonds (de la monnaie) aux différents agents économiques (état, entreprises, ménages, etc). Est-ce vraiment sérieux de dire qu'on peut se développer en utilisant la monnaie gérée par les autres ? Il faut cesser d'être de "VIEUX GRANDS ENFANTS" pour se prendre en charge nous-mêmes. Ceux qui n'ont pas envie de grandir, qu'ils nous foutent la paix !! -C'est quelle communauté humaine où les principales activités sont orientées vers les affrontements stériles et la destruction du contrat social ?? Et quand ils finissent de se battre, ils se mettent à chercher les biens et services pour satisfaire leurs besoins. Faut-il rappeler à ces animaux que le temps, c'est l'argent. Il n'y a que 24 h dans un jour. Si vous utilisez 23 h pour vous affronter, il ne reste qu'une heure pour les autres activités utiles à la vie sociale chez les humains...pff !!
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : L'attitude de Laurent Gbagbo vis à vis de Simone Gbagbo à son retour est-elle décévante ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Vous attendiez vous à voir un Laurent Gbagbo aussi affaibli à son ret...
 
2126
Oui
61%  
 
1211
Non
35%  
 
125
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement