Cameroun Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Des gendarmes interrompent la partouze géante d'une vingtaine de personnes, la vidéo sur internet suscite colère et indignation
 

Cameroun : Des gendarmes interrompent la partouze géante d'une vingtaine de personnes, la vidéo sur internet suscite colère et indignation

 
 
 
 13076 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 08 juillet 2021 - 08:17



Au Cameroun, l'on observe une inquiétante dégradation des moeurs et d'atteinte à la dignité humaine.


À Douala, les gendarmes ont récemment interrompu une partouze 

impliquant une vingtaine d'hommes et femmes dans un domicile privé de Bonamoussadi (Ve arrondissement de la métropole économique)


Les personnes impliquées, des hommes et femmes, dont certains sont mariés ont été filmées nues.


La vidéo de ces "échangistes" surpris en pleine besogne par la gendarmerie, s'est retrouvée sur les réseaux sociaux.


Elle a suscité colère, indignation et condamnations.


L'opinion soupçonne ces auxiliaires de la justice, d'avoir publié sur les réseaux sociaux, la vidéo qui a largement été partagée.


Au quartier Nkomkana de Yaoundé, une jeune femme a été arrêtée dans un salon de coiffure pour vol de téléphone.


Pour se rendre justice, la patronne a appelé un groupe de jeunes hommes qui ont déshabillé la suspecte, l'ont filmé nue et publié la vidéo sur internet.


Dans la vidéo on peut entendre des voix lui demander "d'écarter ses jambes pour laisser filmer ses parties intimes."


 

Recrudescence des sextape


La crise des moeurs affecte tout le pays.


En effet, il ne se passe pas de semaines sans une histoire de moeurs sur les réseaux sociaux au Cameroun. 


Le 16 juin dernier, il y a eu la sextape impliquant le commentateur sportif Martin Camus Mimb.


Peu avant, il y a eu celle d’un blogueur.


La sextape du footballeur Clinton Njié a envahi la toile.


Plus d'une vingtaine de sextape ont été publiées sur les réseaux sociaux camerounais.


Inquiétudes de la CNDHL


Dans un communiqué publié mercredi, la Commission nationale des droits de l'homme et des Libertés (Cndhl) dit son inquiétude face à la flambée très rapide des vidéo obscènes sur les réseaux sociaux.


La Cndhl rappelle les dispositions de la loi constitutionnelle du 16 janvier 1996 qui prescrit la protection du respect de la dignité humaine.


Et, tout l'arsenal juridique international ratifié par le Cameroun notamment la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples, ainsi que les résolutions de l'Assemblée générale des nations unies sur la vie privée.


 

Cybercriminalité et cyber sécurité


Depuis 2010, le Cameroun est doté d'une loi sur la cybercriminalité et la cyber sécurité. 


Cette loi punit "d'un an à 2 ans, et d'une amende d'1 million à 5 millions FCFA quiconque au moyen d'un procédé quelconque porte atteinte à la vie privée d'autrui".


Enquête 


Selon la CNDHL, une enquête a été ouverte par les services compétents du ministère de la Défense après la publication de la vidéo des personnes impliquées dans la partouze géante à Douala.


Une certaine opinion estime que les sanctions peuvent éradiquer le phénomène des sextape et des vidéos obscènes sur les réseaux sociaux.


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun.


-joindre la rédaction camerounaise de Koaci au (237) 691 154 277 ou Cameroun@koaci.com.

Bonne



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : Des gendarmes interrompent la partouze géante d'une vingtaine de personnes, la vidéo sur internet suscite colère et indignation
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement