Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Dialogue social, ce que l'on sait des rencontres entre les syndicats et le Ministère de la Fonction Publique
 

Côte d'Ivoire : Dialogue social, ce que l'on sait des rencontres entre les syndicats et le Ministère de la Fonction Publique

 
 
 
 2790 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 09 mars 2022 - 12:30

Comme nous l’annoncions dans un précédent article, dans le cadre du dialogue social initié par le Gouvernement, la Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, Anne désirée Ouloto, a échangé le lundi 07 et mardi 08 mars avec les organisations syndicales.


Selon Théodore Zadi Gnagna, président de la plateforme des organisations syndicales, il a été évoqué avec la tutelle, la liste des « revendications transversales a été maintenue et enrichie par quelques points liés au premier mandatement, à la correction de la grille indiciaire pour mettre fin aux problèmes des promotions et sanctions entre les différents grades comme les grades A4/A5 et bien d'autres. »


Les discussions de fond entre les organisations syndicales et le Premier Ministre, Patrick Achi, sont prévues pour débuter au mois de Mai prochain, cela devrait aboutir à la signature d’une nouvelle trêve sociale en aout 2022.

Les principaux chapelets de revendications de la plateforme des organisations syndicales sont : Le relèvement de la valeur de l’indice référentiel de base (IRB) actuellement fixée à 233.457 à 500; 


 Le paiement d’un 13e mois de salaire aux Fonctionnaires et Agents de l’Etat, au mois de décembre. Cette mesure sera d’autant plus salutaire que 30% d’entre eux sont surendettés;3- Le relèvement du taux d’annuité liquidable de la nouvelle pension de retraite fixé à 1,75. Le taux d’annuité de la pension qui était de 2 en 2012 est passé à 1.75, soit une réduction de 0.25. Cette mesure est discriminatoire parce qu’elle a entrainé deux différents modes de calculs de la pension des Fonctionnaires et Agents de l’Etat; 


La revalorisation de la prime de transport et de l’allocation familiale. Il faut fixer les montants des primes mensuelles de transport à 20 000 FCFA pour les travailleurs d’Abidjan et à 16 000 FCFA pour ceux de l’intérieur du pays. 


Quant à l’allocation familiale, au regard du coût de la vie actuelle, il faut la fixer à 10.000 FCFA par enfant pour tous les fonctionnaires et agents de l’Etat; 5- La réforme du système d’imposition des salaires et la suppression de la contribution nationale. Le fonctionnaire ne bénéficie que d’un seul salaire appelé solde sur lequel se greffent trois types d’impôt :- Impôt général sur le revenu (IGR)- Impôt sur le salaire (ITS)- Contribution nationale (CN).


 

La suppression l’impôt dénommé Contribution Nationale pour les travailleurs du secteur public et rechercher ces fonds dans les Investissements Directs Etrangers (IDE) et dans diverses taxes.

L’octroi et revalorisation des primes et indemnités y compris les indemnités de fonction des Fonctionnaires et Agents de l’État; 


L’Adoption d’une nouvelle grille salariale plus équilibrée conformément au communiqué du Conseil des Ministres du 19 décembre 2012;L’application du nouveau Statut Général de la Fonction Publique en tenant compte des propositions des syndicats; La revalorisation de l’indemnité contributive au logement et son attribution à tous les Fonctionnaires et Agents de l’Etat en tenant compte du coût moyen d'un loyer;


 La correction du décret portant échelle de traitement des Fonctionnaires. Le décret portant échelle de traitement doit assurer la promotion du Fonctionnaire et agent de l’Etat sur 40 ans. 

 L’amélioration des conditions de travail au sein de la Fonction Publique. La modernisation des infrastructures et assainir l’environnement de travail ; L’arrimage Cmu/Mugef-ci. La réarticulation Cmu/Mugef-ci pour une meilleure prise en charge sanitaire des Fonctionnaires. Le respect de la liberté syndicale.


Certaines mesures prises par le gouvernement pour juguler le front social afin d’assurer la paix sociale entravent la liberté syndicale. Le respect des dispositions de la Convention 87 de l’OIT et de la loi N°92-571 du 11 septembre 1992 relative aux modalités de la grève dans le secteur public et le reversement des salaires suspendus pour fait de grève de 2008 à 2021.

 

En marge de la Célébration des Droits des femmes le 08 mars 2022 , la Ministre Anne Ouloto , a réitéré son appel aux syndicats à privilégier le Dialogue afin d’apporter les différentes solutions aux revendications.


 

Donatien Kautcha, Abidjan 





 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Les 49 militaires écroués en pleine médiation et après les explications de l'Onu, la junte malienne perd-elle la raison ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: La grève des acteurs des points de vente de mobile money est-elle rais...
 
3109
Oui
48%  
 
3177
Non
49%  
 
224
Sans Avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Dialogue social, ce que l'on sait des rencontres entre les syndicats et le Ministère de la Fonction Publique
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
mais si c'est un dialogue ca peut pas être que des demandes d'un coté qui se résument a des augmentation des toutes les allocations grosso modo et a la suppression des impôts ben comment on paye si on fait que dépenser ???? moi je veux bien vivre dans un monde sans impôts et avec le salaire que je demande ainsi que les allocations !! On aurait aimé voir l'engagement de bon et loyaux service pour la nation, l'arrêt systématique des grevés etcccc mais bon on verra.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter