Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Infection alimentaire à Kpapékou, le DG de l'INHP annonce un décès et donne des mesures de prévention pour éviter de nouveaux cas
 

Côte d'Ivoire : Infection alimentaire à Kpapékou, le DG de l'INHP annonce un décès et donne des mesures de prévention pour éviter de nouveaux cas

 
 
 
 5400 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 11 mai 2023 - 15:37

Bénié Bi Vroh Joseph ce jeudi à Abidjan (ph KOACI)



Le professeur Bénié Bi Vroh Joseph, Directeur général de l'Institut national d'hygiène publique (INHP), a fait le point de la situation suite aux cas de Toxi-infection alimentaire collective (TIAC) survenus à Kpapékou, un village situé à 11 Km de Gagnoa (région du Gôh).


Concernant ces cas enregistrés à Kpapékou, professeur Bénié Bi, a fait savoir qu'il s'agit de cinq membres d'une famille (une mère et ses quatre enfants) qui "auraient mangé ensemble dans un même plat du riz à la sauce graine, de la viande et de la bouillie de mil. Le lendemain de la prise de ce repas, chacun d'entre eux a présenté des douleurs abdominales et de la diarrhée à la suite desquelles un lavement à base de kaolin leur aurait été administré".


Suite à cela, ils ont tous été admis à l'hôpital et pris en charge gratuitement, seulement, une d'entre elles âgée de 8 ans a malheureusement perdu la vie.


Il a également indiqué qu'aucun autre cas n'a été signalé dans cette communauté suite à la consommation de ce repas qui a été préparé dans le cadre des funérailles.


Professeur Bénié Bi Vroh Joseph a aussi indiqué que "la Toxi-infection alimentaire est due à l'ingestion récente d'aliments ou d'eau contenant des bactéries, des parasites, des virus, des poisons ou des métaux lourds tels que le plomb ou le mercure. Elle est souvent liée à la consommation d'aliment inhabituel ou suspect, des aliments avariés, des plantes ou des champignons vénéneux mais aussi à la consommation des produits agricoles contaminés (engrais, pesticides et autres désherbants)".


 

« Elle se manifeste le plus souvent par des maux de ventre, la diarrhée, la nausée, les vomissements, la fièvre, des maux de tête, la fatigue, etc. En général, une intoxication alimentaire touche plusieurs personnes ayant partagé le même repas », a ajouté professeur Bénié Bi Vroh Joseph, précisant que ces intoxications alimentaires collectives surviennent surtout en zone rurale et elles constituent des urgences de santé publique nécessitant une investigation épidémiologique immédiate et une prompte riposte.

Il a aussi donné quelques statistiques concernant cette maladie. Selon lui, la Côte d'Ivoire fait face à de nombreux cas de TIAC entraînant des cas de maladies graves avec hospitalisation et malheureusement parfois des décès qui déciment des familles entières laissant leurs proches dans le désarroi total.


«Ainsi, de 2009 à 2022, soit en 13 ans, 442 personnes ont présenté une TIAC au cours d'une trentaine d'épisodes dans une vingtaine de districts sanitaires. Tous ces événements ont provoqué 50 décès, soit une létalité de 14,8%. Depuis le début de l'année 2023, 5 épisodes de TIAC ont été détectées (soit plus d'un épisode par mois, ce qui est énorme) et ont causé 131 cas dont 32 décès, soit une létalité de 24,4%", a-t-il déploré.


À l'en croire, les facteurs qui expliquent cette récurrence des cas sont entre autres l'insuffisance d'hygiène alimentaire dans les ménages et dans les établissements de restauration ; l'orpaillage clandestin avec pollution des sources d'eau ; l'utilisation abusive et anarchique des pesticides ; l'urbanisation mal contrôlée avec son lot de constructions anarchiques et des problèmes d'hygiène ; les pesanteurs culturelles expliquant le non-recours systématique des populations aux services de santé.


Face à cette situation quelque peu alarmante, professeur Bénié Bi a appelé les populations au respect des mesures pour éviter la survenue de nouveaux cas.


"En cas survenu des cas de douleurs abdominales, diarrhée ou vomissements, se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche », a-t-il conseillé.


 

Le Professeur a appelé, les populations à bien recouvrir les aliments et les conserver à l'abri des souris, des cafards, des rats, salamandres, etc.


« Toujours se laver les mains à l'eau et au savon ; Aux opérateurs du secteur de la restauration collective, prendre des mesures pour garantir l'hygiène et la qualité des aliments servis ; Éliminer les contenants des pesticides après leur utilisation et bien se laver les mains à l'eau et au savon après leur manipulation », a exhorté, Bénié Bi Vroh Joseph.


Il a par ailleurs rappelé que les régions sanitaires ayant enregistré des cas de TIAC sont Abengourou, Yopougon, Agboville, Koun Fao, Bouaké et San Pedro.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire-Burkina : Accusation de déstabilisation portée par Ouaga contre Abidjan, de la provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Crise de royauté chez les Baoulés, les politiciens tirent les ficelle...
 
3152
Oui
70%  
 
1213
Non
27%  
 
116
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Infection alimentaire à Kpapékou, le DG de l'INHP annonce un décès et donne des mesures de prévention pour éviter de nouveaux cas
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter