Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Lutte contre le financement du terrorisme, les experts francophones de la CEDEAO outillés pour freiner le phénomène
 

Côte d'Ivoire : Lutte contre le financement du terrorisme, les experts francophones de la CEDEAO outillés pour freiner le phénomène

 
 
 
 2831 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 11 mars 2024 - 21:24


Dans la continuité des efforts des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO en vue d’ériger au rang de priorité régionale la problématique de lutte contre le terrorisme et son financement en Afrique de l’Ouest, un atelier de formation des formateurs sur la lutte contre le financement du terrorisme se tient à l'Académie Internationale de lutte contre le Terrorisme de la Côte d’Ivoire, afin de définir et de soutenir des stratégies et actions efficientes visant à garantir la paix, la sécurité et la stabilité dans les pays.


Cet atelier contribuera à la lutte contre le financement du terrorisme en vue de sa mise en œuvre efficiente à partir d’un fond spécial alloué par la CEDEAO. Aujourd’hui, la mise en œuvre se poursuit à travers la présente formation des formateurs nationaux, conçue sur la base d’un curriculum de formation élaboré par le Secrétariat du GIABA assisté de deux brillants experts, à partir des normes internationales et meilleures pratiques.


L'ouverture de cet atelier a eu lieu ce lundi 11 mars 2024 à l'Académie Internationale de lutte contre le Terrorisme de la Côte d’Ivoire, sise à Jacqueville.


Au nom du Directeur général du GIABA, Edwin Harris Jr, Mariame Touré-Diagne, responsable principale en charge des politiques du GIABA, a précisé que, l'objectif de cet atelier de formation est de créer un vivier d'experts régionaux capables non seulement de maîtriser l'ensemble des modules du curriculum élaboré, mais surtout de pouvoir les décliner à leur tour, auprès des parties prenantes et acteurs nationaux de leurs pays respectifs en matière de lutte contre le financement du terrorisme.


Selon elle, les modules ainsi conçus, couvrent tous les aspects de la lutte contre le financement du terrorisme, à savoir notamment, la définition des notions et concept du financement du terrorisme, les moyens de lutte contre le financement du terrorisme à savoir, la prévention, la détection, la répression, la compréhension des risques de financement du terrorisme et de la nécessité d’élaboration des politiques et stratégies de riposte, la mise en place de cadres juridiques et institutionnels adéquats, et la prise en compte de tous les aspects opérationnels de la lutte contre le FT : que ce soit les techniques d'enquête et d'investigation financière ; les poursuites et le traitement judiciaire des affaires ; les sanctions financières ciblées, le recouvrement des avoirs et leur gestion ; la coordination interinstitutionnelle ou encore la coopération internationale.


« Je voudrais dire tout l’espoir que le GIABA portent sur les futurs formateurs nationaux, à l’issue du présent atelier, pour devenir les vecteurs de la montée en puissance de l’efficacité de la lutte contre le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest », a-t-elle ajouté.

Mariame -Touré Diagne a rappelé en effet que les résultats des dernières évaluations mutuelles menées par le GIABA dans les pays de la CEDEAO sont mitigés, notamment en raison d'une faible compréhension des exigences requises par les normes internationales ou de l’insuffisance de leur mise en œuvre en matière de lutte contre le financement du terrorisme.

«De ce constat, transparait la nécessité impérieuse de renforcer les capacités de l'ensemble des parties prenantes et acteurs nationaux des secteurs publics et privés, de l’étape de prévention, en passant par les investigations financières jusqu'au prononcé des peines, afin que les affaires de financement du terrorisme puissent être poursuivies et jugées de façon efficace dans nos pays », a mentionné, la représentante du Directeur général du GIABA.


Le présent atelier entend fournir aux experts nationaux, des outils andragogiques variés et adaptés à travers : les exposés théoriques, les cas pratiques, les partages d'expérience, les travaux de groupes, les mises en situation, etc. Un fascicule retraçant le fil conducteur du curriculum sera remis aux experts nationaux pour servir de manuel de formateur sur le financement du terrorisme.


 

Débuté ce jour, cet atelier prendra fin le 21 de ce mois. Durant ces dix jours de formation, le Secrétariat du GIABA attend des formateurs de dupliquer ce curriculum à tous les niveaux auprès des acteurs nationaux de leurs pays respectifs impliqués dans la lutte contre le financement du terrorisme. Et les experts du Secrétariat viendront en appui technique à chaque pays lors des ateliers nationaux.


Le Secrétariat du GIABA, exprime son enthousiasme à poursuivre son partenariat avec l’Académie internationale de Lutte contre le Terrorisme en Côte d’Ivoire et espère que le curriculum ainsi élaboré sera inséré dans les programmes de formation de l’Académie.


Il invite également les autorités nationales de la Côte d’Ivoire à se servir de ce curriculum, comme base pour former les acteurs sectoriels vulnérables au financement du terrorisme : les OBNL, les EPND, les banques et établissements financiers et autres. Bien évidemment, le Secrétariat du GIABA sera heureux d’y prendre part selon ses disponibilités.


Correspondant national du GIABA, et Président de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières, Idrissa Touré, Général des Douanes, s'est réjoui du choix de la Côte d'Ivoire pour abriter cet atelier, car un certain nombre d'acteurs de la chaîne sont présents dans le pays.


Selon lui, l'organisation de cette formation "nous rassure également à l’idée de savoir que le combat contre la criminalité transnationale demeure au centre des priorités de nos institutions communautaires et ne saurait ainsi être relégué au second plan dans la mesure où les criminels et autres bandes terroristes continuent de sévir et s’étendre dans plusieurs pays de notre sous-région".


« En effet, plusieurs de nos États demeurent encore le théâtre d'actions violentes de la part de groupes armés liés aux organisations terroristes telles Al-Qaïda et l'organisation Etat islamique. Nous assistons de plus en plus à une recrudescence des activités de ces groupes terroristes, semant ainsi la terreur et la désolation au sein de nos populations en cherchant à déstabiliser les gouvernements et installer des États de non-droit », a-t-il ajouté.


 

Et de poursuivre, « il convient donc de s'attaquer aux moyens utilisés par les groupes criminels pour s’équiper, se déplacer, se nourrir et entretenir leurs hommes ».


Au regard donc des méthodes utilisées par les terroristes, le général affirme que le défi demeure important et il s'agit de parvenir à diversifier les capacités de réactions en œuvrant à identifier et assécher les sources de financement des organisations terroristes.

Lionel Barfety DGA de l'Académie, magistrat français, a salué la présence des formateurs dans leurs locaux qui est une première pédagogique.


« C'est un moment fort pour notre Académie, une première pédagogique que nous allons inaugurer avec vous, nos partenaires du jour, le GIABA et la CENTUF. C’est une exigence pédagogique pour nous que nous comptons développer à l'échelle du continent », a-t-il déclaré.

Le magistrat français a révélé que selon le classement du GTI, le Burkina Faso est le premier pays impacté par le terrorisme.


« Moi aussi j'ai pris connaissance la semaine passée du GTI publié en 2023 qui fait état d'un classement qu’on préférerait de ne pas connaître. La première place des Etats impactés par le terrorisme est occupée par Burkina Faso, un État voisin en tête de ce classement durant ces trois dernières années », a-t-il mentionné.

Les adversaires sont résilients, actifs et proactifs. Lionel Barfety estime qu'il appartient aux pays africains d’être innovants, proactifs.

« C'est pourquoi cette année, nous avons axé nos efforts pédagogiques sur le lien du nexus qui existe entre le crime organisé et les activités des groupes armés terroristes », a-t-il souligné.

« Il nous appartient de renforcer tous les maillons. Concernant la chaine de l'entrave, nous souhaitons être actifs et proactifs. Nous allons travailler cette année sur le contre-terrorisme, la guerre informationnelle. Étudier l’adversaire, c'est absolument indispensable. Il faut prendre un coup d'avance. Il faut proposer un contre discours. La Côte d'Ivoire est en avance sur ce terrain. La Côte d'Ivoire est un pays solide de la région », a conclu, le DGA au nom du DG.


Notons que cet atelier de formation des formateurs a également lieu à Abuja pour les pays anglophones de la CEDEAO 


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Lutte contre le financement du terrorisme, les experts francophones de la CEDEAO outillés pour freiner le phénomène
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Ubiquismus
Je cite : " Lutte contre le financement du terrorisme, les experts nationaux outillés pour freiner le phénomène" -@Wassimagnon, c'est quoi tout ce charabia, cet embrouillamini en plus confus ?? -Pouvez-vous nous définir c'est quoi le TERRORISME, avant de chercher à "lutter" contre son financement ?? Dites à vos "experts" qu'ils nous disent clairement, c'est quoi cet objet volant non identifié sur tous les plans (OVNI), avant de parler de "lutte" contre son financement ?? Soyez sérieux là !! -Il y a quelque chose que je dis souvent dans mes interventions et que certains n'aiment pas entendre : "nous négros, sommes des peuples en SURSIS". Tous les autres terriens le savent, sauf les 1ers concernés. C'est dur et triste à entendre mais, si nous continuons à nourrir notre inintelligence collective et notre inconscience légendaire, ... l'horizon risque de vite se rapprocher... à bon entendeur salut !!
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter