Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Démolition des quartiers précaires, le Front de la Oummat islamique dénonce la destruction des lieux de culte et note
 

Côte d'Ivoire : Démolition des quartiers précaires, le Front de la Oummat islamique dénonce la destruction des lieux de culte et note " l'échec cuisant " de la politique de logement du gouvernement

 
 
 
 4319 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 18 mars 2024 - 21:13

Bakary Chérif


L'opération de déguerpissement des zones à risques entreprise par le District Autonome d'Abidjan, suscite aujourd’hui un débat et une polémique entre les partisans du pouvoir et leurs détracteurs. Les pouvoirs publics rappellent à longueur de journée l'importance pour les populations vivant dans ces zones à risques de libérer ces espaces qui ne leur garantissent pas la sécurité en cas de pluie diluvienne et tous les risques d’éboulement auxquelles elles s'exposent. 


Décidé à ne plus s'adonner aux décomptes macabres pendant les saisons de pluie, le District Autonome d'Abidjan, sous la houlette de Cissé Ibrahima Bacongo, a décidé de démolir tous les quartiers dits à risques. L'opération qui a débuté à Yopougon GESCO, a touché le quartier Banco et celui de Boribana à Attecoube. 


Quelques jours après ces démolitions, de nombreuses familles se sont retrouvées dans la rue et ne savent pas encore où se reloger, bien que le gouvernement ait annoncé des mesures pour leur prise en charge.


Ces opérations malheureusement n'ont pas épargné les lieux de culte. Dans une déclaration du Front de la Oummat islamique de Côte d'Ivoire, présidée par Bakary Chérif dont nous avons eu copie, cette organisation musulmane s'inquiète pour les lieux de cultes détruits et lance un appel autorités ivoiriennes.


«Le FOI exige que les lieux de cultes détruits soient vite relocalisés, le Foi exige que les leaders religieux soient pris en charge au niveau holistique, le FOI invite les gouvernants pour des actions futures dans un secteur, à échanger avec les leaders communautaires et religieux, le FOI encourage les décideurs à mettre en place un cadre d’échange avec les leaders communautaires et religieux, le FOI exhorte les décideurs à recenser les lieux de cultes, les établissements primaires et secondaires avant toute action de déguerpissement, pour la réaffectation des élèves dans les établissements d’accueil, le FOI recommande aux décideurs de ne pas imposer des écoles aux élèves, mais prendre en compte, le choix de l’élève ou des parents selon son lieu de refuge », lit-on dans cette déclaration, signée du Secrétaire exécutif El Hadj Chérif Lanciné.


 

Dans cette déclaration, l'organisation islamique déplore l’échec de la politique de logements sociaux initiée par Alassane Ouattara dès son accession au pouvoir et elle dénonce, le non respect des lois prises par les autorités dans le secteur de l'immobilier


« Alors que nous savons le coût du logement dans le grand Abidjan. Même les décrets et les lois pris pour la caution ne sont pas respectés. Le président de la République, dès son accession au pouvoir a mis en place un projet social pour les Ivoiriens à revenu moyen.  


Le prix du logement social était compris entre 5 et 10 millions de FCFA. Celui du logement économique, compris entre 10 et 15 millions de FCFA. Les critères d’éligibilité étaient rattachés à la nationalité ivoirienne des requérants dont le revenu ne devrait pas dépasser 400 000Fcfa. En outre, ils ne devraient être propriétaires ou copropriétaires d’un logement en Côte d’Ivoire. Aussi, les demandeurs devraient être salariés du secteur public ou privé, ou exercer une profession libérale du secteur formel ou informel, à revenus réguliers ou irréguliers. Ils devraient disposer d’un compte bancaire et d’un compte contribuable, et aussi être à jour de leurs impôts.


En effet, ce grand projet qui devrait résoudre le manque de logements et en conséquence baisser le coût des loyers pour les populations, fut un échec cuisant du gouvernement ivoirien. Et une de ses conséquences est la continuité de l’occupation anarchique du domaine de l’Etat par les infortunés de la nation qui n’ont malheureusement d’autre choix que de vivre la misère au vu et au su des pouvoirs publics qui feignent ignorer la Genèse ou la cause de ces faits sociaux pour s’attaquer aux conséquences », explique le Secrétaire exécutif.


Le FOI s’interroge, sur la précipitation avec laquelle, le ministre Gouverneur du District autonome d'Abidjan a démoli les habitations, alors que l’année scolaire bat son plein et l'on est à quelque mois des examens.


« Pourquoi le silence de la Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation. L’histoire de la destruction de l’établissement Albert Camus d’Adjamé Sodeci en pleine année scolaire ne nous a-t-elle pas servi de leçon. Ce lieu est devenu un fumoir à ciel ouvert et un parc à bétail. Dans cette période de ferveur spirituelle, de générosité qu’est le Ramadan, beaucoup sont ces familles dans cette situation qui ne savant où mettre la tête », a-t-il ajouté.

S'appuyant sur des versets du Coran, El Hadj Chérif Lanciné, estime que l'acte posé par le District autonome d'Abidjan est déshumanisant.


 

« Dieu dans son infini et sa miséricorde n’a jamais voulu déshumaniser les humains, même ceux qui le réfutent.


” Autorisation est donnée à ceux qui sont injustement attaqués, parce qu’ils sont lésés, parce qu'ils démunissent dans la société, de se ranger auprès Allah ….. Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient certes ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant.” S.22 (le pèlerinage) Verset 39 à 40. 


D’Attécoubé à Yopougon, combien de lieux de cultes ont été détruites. Combien de communautés disloquées. Le Prophète de l’islam a dit : ” craignez la malédiction de l’opprimé même s’il est mécréant, car il n’y a pas de voile entre sa malédiction et Dieu ”. (Voir nahjoul balagah, page 10). Au vu de cela, le Front de la Oummat Islamique ne pouvait rester insensible à cette mauvaise situation », conclut, M. Chérif.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Démolition des quartiers précaires, le Front de la Oummat islamique dénonce la destruction des lieux de culte et note " l'échec cuisant " de la politique de logement du gouvernement
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
@Marius
Le développement pour la ville d'abidjan selon la vision du piètre phd en économie de sindou : .....1) la beauté de la ville d'Abidjan ne saurait cohabiter avec la pauvreté, les mendiants et la laideur des bidonvilles.....2) Cissé bacongo n'aurait jamais entrepris de raser ces supposés zones à risques sans avoir eu l'aval du PM, voire du PR. Venir donc après en sauveteur et "père" pour ces déguerpis n'est que du cynisme du dictateur de sindou. Bacongo est en mission......3) Bientôt ne vivra plus à Babi qui veut, mais qui peut ! Tu n'as pas les moyens, va vivre ailleurs ! Les pauvres et les mendiants qui pourraient enlaidir le développement de Babi, seront repoussés le plus loin possible de la ville. Vous n'avez encore rien vu ! N'en déplaise a ces barbus qui, subitement sortent de leur faim parce qu'on a touché aux lieux de culte. C'est GBAGBO qui etait trop dans les émotions ! Celui-là, il n'a que faire de l'humanisme ou de la foi. Koh "le FOI dit que...".
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter