Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Incendie de la sous-préfecture de Taï, les révélations du  maire de la circonscription
 

Côte d'Ivoire : Incendie de la sous-préfecture de Taï, les révélations du maire de la circonscription

 
 
 
 3912 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 08 décembre 2020 - 11:24

Bayalla Hyppolyte maire de Taï 


Nous le relayions dans un précédent article , qu’un incendie dont les causes restent à ce jour méconnues, s’est déclaré dans les locaux de la sous-préfecture de Taï (Ouest), le dimanche 1er novembre 2020, lors de la période électorale.


Une situation qui créé un préjudice énorme aux usagers. Nous apprenons que, aucun acte ne peut être établi actuellement dans la localité. Il ne resterait plus rien du bâtiment accueillant les locaux de la sous-préfecture et tous les documents sont partis en fumée. Il ne peut donc être possible pour les populations de se faire établir des copies d'actes d'état civil (naissance, mariage...)


Alors que les résultats de l’enquête diligentée par la Gendarmerie se font toujours attendre, le maire de la Circonscription, Bayalla Hyppolite, dit sa part de vérité sur l’incendie qu’il qualifie d’acte criminel, tout en relevant la responsabilité des acteurs politiques de la région.



 

« Les faits se sont déroulés le 1er novembre, après l’élection présidentielle. Il faut dire l’élection a connu un engouement dans le département de Taï, les populations sont allées aux urnes. Il y avait des rangs. Vers 9 heures, à Sacré, le village du délégué départemental Pdci, il y a eu un saccage. Des jeunes au nombre d’une dizaine ont fait irruption dans le lieu de vote et ont tout cassé. Partant de ces faits, la sous-préfecture de Taï était dans un état de psychose puisqu’ils ne se sont pas arrêtés à Sacré, ils ont évolué dans certains villages. Nous ne sommes pas restés inactifs. Nous nous sommes rendus sur les lieux, nous avons constaté. Et nous savions qui étaient les auteurs des casses. Nous les avons recherchés et avons mis la main sur 3 personnes qui, malheureusement, ont été relâchés par la gendarmerie. Voici comment les violences ont démarré à Taï », confie d’entrée le premier Magistrat de la commune dans un entretien accordé à un confrère, avant de poursuivre. 


« Ce sont des violences commises par des jeunes instrumentalisés par l’opposition. Nous savons qui sont les instigateurs. Parce que nuitamment, c’est au domicile du délégué départemental du Pdci où se planifiait ces actes des urnes. Nous savions que ces attaques allaient se produire mais nous ne savions pas que cela allait prendre une telle ampleur. Cette journée chaude de vote a pu connaitre son déclin. Puisque vers 16 heures-17 heures, il y a eu l’accalmie mais malheureusement, les bureaux de vote étaient déserts. Et dans la soirée, des menaces provenaient de partout. On apprenait que la mairie allait être incendiée, la gendarmerie attaquée, le siège de la Cei allait être incendié. Donc nous avons mis des jeunes pour surveiller le siège de la Cei et des éléments pour surveiller les alentours de la mairie. Je pense que nous avons baissé les bras trop vite parce que le lendemain dimanche, on nous apprend l’incendie de la sous-préfecture située à l’entrée de Taï. C’est d’abord par les archives que le feu est parti. On a vu des flammes gigantesques. Nous avons été surpris que ce soit par les archives que le feu est parti. La violence des flammes montrait que ce n’était pas un court-circuit. Un court-circuit part des installations souvent mal faites où il y a des appareillages. Nous connaissons bien la sous-préfecture, nous connaissons où se trouvent les archives. Il n’y a pas des installations qui peuvent provoquer des incendies. L’enquête se poursuit. Nous serons situés bientôt. Mais a priori, nous avons constaté que c’était un acte criminel. »

Pour le maire, la situation qui prévalait dans sa circonscription lors de la période électorale, est de la responsabilité des acteurs politiques de l’opposition qui ont lancé le mot d’ordre.


« Ils ont lancé le mot d’ordre, il y a eu des saccages des urnes, des menaces de bruler la mairie. Et voici qu’il y a eu l’incendie de la sous-préfecture. Ils peuvent ne pas donner directement des instructions pour incendier la sous-préfecture, mais ça peut être l’œuvre d’une personne qui a certainement échappé à leur contrôle. Mais ils assument l’entière responsabilité de cet incendie », relève M. Bayalla et de signifier que, les auteurs de l’incendie n’ont pu être identifiés, mais, il révèle que le fils d’un élu de Taï était à la tête de ceux qui cassaient.


 

« Aujourd’hui, le Sénateur et moi sommes accusés d’avoir mis ce dernier aux arrêts. Mais nous ne sommes pour rien dans l’arrestation de son fils qui se trouve à la Maca. Il est à la Maca pour certainement les casses qu’ils ont commis », explique-t-il.


Donatien Kautcha, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Incendie de la sous-préfecture de Taï, les révélations du maire de la circonscription
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement