Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Bombardement du camp français de Bouaké en 2004, ouverture du procès lundi à Paris
 

Côte d'Ivoire : Bombardement du camp français de Bouaké en 2004, ouverture du procès lundi à Paris

 
 
 
 3781 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 26 mars 2021 - 10:06

Voilà près de 17 ans que la vérité tarde à émerger sur l’attaque du camp militaire français de Bouaké, qui a fait 10 morts en novembre 2004.


KOACI apprend ce vendredi que, enfin le procès doit s’ouvrir ce lundi 29 mars 2021 à Paris. Fait marquant, l’audience a lieu en l’absence des trois pilotes accusés de ce bombardement.


Face au refus des rebelles de désarmer conformément aux accords de Linas Marcoussis en 2003, le Chef de l’Etat ivoirien , Laurent Gbagbo, lançait l’opération « Dignité » afin de recouvrer tout le territoire dont-il avait perdu 60% à l’éclatement de la crise en 2002.



Mais cette opération est vouée à l’échec suite au bombardement de l’armée ivoirienne d’un camp français de Bouaké. Une attaque qui provoque la mort de neuf militaires français et d’un civil américain, trente-huit autres soldats seront blessés. En représailles, l’armée française détruit l’aviation ivoirienne stationnée à Yamoussoukro.



 

Une situation qui provoque un soulèvement populaire à Abidjan. Les partisans de Laurent Gbagbo prennent les rues pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’ingérence française.



Du Plateau jusqu’à la base militaire du 43è Bima à Port Bouët, les ivoiriens sont dans les rues scandant des propos hostiles à la France et son président Jacques Chirac.



Devant l’hôtel Ivoire à Cocody où sont réunis des milliers de manifestants le 9 novembre 2004, l’armée française finit par craquer et tire sur ces derniers. Le bilan fait état de plus de 60 morts dont un manifestant décapité et des centaines de blessés.


Le 16 novembre 2004, soit dix jours après le bombardement, la police togolaise arrête huit ressortissants biélorusses qu’elles soupçonnent être les auteurs de l’attaque. Des hommes qu’elle met à disposition de la France, mais étrangement, Paris décide ne pas les arrêter.


 

Trois personnes identifiées comme les commanditaires du bombardement de la capitale du centre, un pilote biélorusse et des deux copilotes ivoiriens sont poursuivies par la justice française.


Espérons que pour cette fois, le procès ne sera pas reporter afin que la vérité éclate sur le bombardement du camp militaire français de Bouaké en 2004 qui avait refroidi les relations entre Abidjan et Paris.


Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Bombardement du camp français de Bouaké en 2004, ouverture du procès lundi à Paris
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Babili
Tous les crimes commis dans ce pays depuis 2002 n’ont été que l’œuvre de Alassane ouatara. Les Biélorusses qui commettent un crime de ce genre, arrêtés et encore laissés dans la nature explique toute cette forfaiture-manipulation: il s’agissait pour Alassane ouatara dans ses plans criminels d’une rare méchanceté de tuer les citoyens français vivant en Côte d’Ivoire pour que la France intervienne miliairement après avoir constaté l’échec de sa rébellion première de 2002 à prendre la totalité du pays. Et la France tomba dans le jeu mais comprend plus tard que sa revanche sauvage et irréfléchie en bombardant les installations et les civils ivoiriens et en tuant les citoyens qui protestaient aux mains nues n’était qu’un crime contre un État souverain.....Maintenant admettre cette erreur et incriminer les vrais coupables est tout le problème de la France justement pourquoi par ordre de la France les pilotes biélorusses ont été libérés par Eyadema. Laurent n’est pas d’odeur de sainteté avec le régime togolais qui en aucun cas n’accepterait un tel service de lui de laisser s’évader dans la nature des mercenaires qu’il a loué pour tuer les français sur le sol ivoirien.D’ailleurs tout le monde sait que beaucoup de réunions et de plans d’attaque de la Côte d’Ivoire par les rebelles de la marionnette Soro de 2002 ont été tenus au Togo( secret de polichinelles) . Voir les contacts et les carnets d’adresses des 4 pilotes est la clé de la vérité dans cette affaire. Mais la France n’est pas novice en service de renseignement: ce qui est sûr les honnêtes français connaissent la vérité: que le bombardement du camp français de Bouaké et les tueries de français en ville, avec le slogan faussement attribué à Charles Blegoudé( à chacun son français) n’ont été que les faits des rebelles sous les ordres directs de Alassane ouatara surtout quand il sentait l’enlisement de la rébellion , chercher par tous les moyens à faire intervenir l’armée française. Après que la France a occupé la Côte d’Ivoire sous les mains de ouatara combien de français on a tué? Justement parceque ouatara s’amusant avec les vies humaines sait justement comment blaguer avec la vie des français pour obtenir ce qu’il veut.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Khanel
Quel horreur!
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement