Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Après l'acquittement définitif de Gbagbo et Blé Goudé, le juge Cuno  Tarfusser : « Je ne pouvais pas imaginer un résultat différent »
 

Côte d'Ivoire : Après l'acquittement définitif de Gbagbo et Blé Goudé, le juge Cuno Tarfusser : « Je ne pouvais pas imaginer un résultat différent »

 
 
 
 14992 Vues
 
  9 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 15 avril 2021 - 09:35

Cuno Tarfusser et Gbagbo 


La Cour pénale internationale de La Haye (CPI) a définitivement acquitté l'ancien président de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo et son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé, le 31 mars 2021, de l'accusation de crimes contre l'humanité lors des violences post-électorales de 2010 -2011. 


Le juge Italien, Cuno Tarfusser, qui avait prononcé l’acquittement en janvier 2019 après que la Procureure Fatou Bensouda n’interjette appel contre le verdict, se prononce sur la décision des juges de la chambre d’appel.


L’homme qui a pris sa retraite aujourd’hui à 66 ans se dit qu’il n’est pas surpris par cette décision dans un entretien accordé à media occidental (Ndlr Radio Spreaker).


 « Eh bien, connaissant les actes, je ne pouvais pas imaginer un résultat différent. De toute évidence, les faits graves encadrés dans le contexte des crimes contre l'humanité se sont certainement produits et ont également été prouvés. Cela ne fait aucun doute. Le problème était de voir si ces crimes sont imputables aux deux accusés. Ici, de ce point de vue, il n'y avait tout simplement aucune preuve », indique le Magistrat originaire de Bolzano, ville du nord de l’Italie.


M. Cuno ne doute pas que des faits n’ont pas été commis lors des violences post-électorales en 2010 et 2011, lesdits faits se sont produits réciproquement entre les deux factions politiques, celle qui a soutenu Gbagbo - d'une part - et celle qui a soutenu l'actuel président Ouattara, d'autre part.


 

« Il ne s’agit pas de crimes unilatéraux, mais commis dans le contexte d’un conflit auquel les deux composantes politiques ont pris part. Par conséquent, il ne fait aucun doute qu’ils se sont produits et qu’ils ont été d’une gravité sans précédent. Le problème est que je dois alors, du point de vue de la responsabilité pénale qui est personnelle, renvoyer ces responsabilités à l'accusé. Ici, de ce point de vue, j'ai soutenu - et maintenant la chambre d'appel l'a également confirmé - qu'il n'y avait aucune preuve. Point », poursuit-il avant de revenir sur la faiblesse du dossier présenté par l’accusation.


« Faiblesse exceptionnelle des preuves. Je ne peux pas inventer des choses qui ne figurent pas dans les disques. Les preuves recueillies et jugées par le procureur de la République étaient pour le moins rares. »


Pour M. Tarfusser, il y avait de grands intérêts, y compris politiques concernant le cas de l’ancien président ivoirien.


« Et ces intérêts étaient personnifiés par la France, dont la Côte d'Ivoire avait été une colonie et sur laquelle Paris exerçait une domination politique et militaire (...) Je peux affirmer avec certitude qu'aucune preuve n'a été apportée pour condamner les deux accusés. Alors si on le voit sous l'aspect politique, il y a d'autres considérations. Évidemment, j'ai une opinion assez précise sur ce point. Mais en tant que juge du tribunal, je me limite à évaluer le matériel qui m’est soumis. Ce que j'ai appris dans ce processus, c'est que la politique que Gbagbo voulait préconiser était une libération progressive de Paris. Tandis que Ouattara, qui était un ami du président français de l'époque (Sarkozy NDLR), voulait préserver le statu quo. Eh bien, je pense que cela peut être dit avec une tranquillité absolue ».


Au cours des 10 années de procédure à la Cour pénale internationale, Cuno Tarfusser, relève que, le problème, c'est que dans le contexte du procès, plus on va chercher les responsables d'un fait, plus il devient difficile d'identifier qui a tué une personne que le directeur ou le dôme qui a ordonné le meurtre.


 

« Il est clair que lorsque j'incrimine un président de la république, il est plus difficile de trouver des preuves que c'est lui qui a ordonné le crime. C'est un type de processus compliqué. Mais justement parce que c'est compliqué, je pense que le professionnalisme des sujets qui sont enquêteurs, procureurs et juges doit être très élevé. Et ce que je me plains, c'est qu'il y a aussi des lacunes dans l'IPC, appelons-les ainsi », explique-t-il.


« Partout. Mais le cœur de la procédure est le parquet, et c'est là que les failles sont les plus visibles par rapport aux autres secteurs de la Cour », a conclu le désormais ex-juge de la CPI.



Propos traduits par Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  9 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Après l'acquittement définitif de Gbagbo et Blé Goudé, le juge Cuno Tarfusser : « Je ne pouvais pas imaginer un résultat différent »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
BenMar87
raisonnement logique
 
 il y a 3 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Ce Juge Cuno va finir par se faire traiter de GOR par ces ADOmoutons!
 
 il y a 3 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
On aura decide que Gbagbo etait coupable avant tout. Les exactions et atrocites ont ete commises par des hors la loi Fds, Frci, rebelles etc... Son crime avoir decide d aller aux elections de 2000 et battu Le general Guei. On l accuse meme des crimes des rebelles, allez y comprendre. Merci d avoir retabli la verite Mr Tarfussier.
 
 il y a 3 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Batuta
En fait, voici ce que dit le juge; Il y a eu crimes, c'est vrai. Mais gbagbo et Blé n'en sont pas les coupables. Or il y a un autre protagoniste dans cette guerre. C'est le fils de la pute mokochi! C'est vers lui que doivent se diriger les regards! Tarfusser est-il un GOR? Je vois deux moutons pelés et un kokoti tondu s'écrier "tarfusser est un GOR! Tarfusser est un GOR!" Bandécons!
 
 il y a 3 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Timer
Gbagbo a payé par l’humiliation et continuera à solder ce passif le restant de sa vie. Il reste la justice divine pour les morts.
 
 il y a 3 semaines
Timer
Déclarer non coupable pour insuffisance de preuves par la CPI ne veut pas dire qu’il n’a pas créé le bordel planifie par son entêtement de ne pas céder le pouvoir pacifiquement. Il reste la justice divine pour les morts.
 
 il y a 3 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Celui qui a déclaré la guerre, c'est dramane ouattara et non GBAGBO. Nous avons été tous temoins. L'un proposait le recomptage des voix (la voie pacifique) tandis que l'autre prônait la guerre. Ne tronquez pas l'histoire. Donc si GBAGBO a été acquitté pour insuffisance de preuves, tournez-vous vers alassane dramane ouattara.
 
 il y a 3 semaines
Timer
Dans tous les cas, les coupables répondrons devant Dieu. Le maximum de notre vie sur terre est 100 ans pour les rares chanceux sinon en moyenne 80 ans. Ne soyez pas pressé. Ils disparaitrons un jour comme rien.
 
 il y a 3 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Toi aussi le pêcheur, peut être même criminel, adulterin, gourmand, envieux, paresseux, voleur... tu mouras et seras jugé. On y passera tous!
 
 il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement