Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    DGI, la grève des syndicats prévue le mercredi 21 juillet maintenue, malgré une rencontre de la FESY-DGI avec la tutelle
 

Côte d'Ivoire : DGI, la grève des syndicats prévue le mercredi 21 juillet maintenue, malgré une rencontre de la FESY-DGI avec la tutelle

 
 
 
 7638 Vues
 
  4 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 18 juillet 2021 - 19:28


La grève de 72 heures de la Fédération des syndicats de la Direction générale des Impôts (FESY-DGI) annoncée pour le mercredi 21 juillet est maintenue.


Une rencontre entre les responsables syndicaux et la tutelle vendredi à l'immeuble Sciam à Abidjan-Plateau, n'a pas fait changer la position de la FESY-DGI.


«Nous avons été invités à une rencontre par le ministère de tutelle. Dans l'ensemble, les échanges se sont bien déroulés même s'ils ont été parfois tendus et surchauffés mais nous nous sommes compris. Le Directeur de cabinet et ses collaborateurs ont affirmé que nos revendications sont fondées. Au sortir de cette rencontre rien n' a été obtenu», a déclaré, Koné Losseni, porte-parole principal qui avait à ses côtés, Zéréyé Zédou Narcisse, Secrétaire général du Renouveau syndical des agents du fisc (RESAFISC).


Il a à l'occasion invité, les agents des impôts à se mobiliser massivement pour la réussite de la grève.


«Camarades, à compter du 21, 22 et 23 juillet 2021, fermez la DGI. Fermez la DGI partout où vous vous trouvez. Dans toutes les villes, les villages, à Abidjan, partout où se trouve une Direction des impôts, fermez. Fermez parce que notre profil de carrière est en danger. Fermez, parce que vous ne pourrez plus vous soigner. Ils veulent nous asphyxier. Ferme pour sauver ta vie, ta carrière. Que tu sois directeur, chef de service ou simple agent, ferme la Dgi pour trois jours de grève et nous allons aviser », a ajouté, le porte-parole.


Selon lui, au cours de la rencontre avec la tutelle, le Directeur de Cabinet a assuré qu'il a pris bonne note des revendications des responsables syndicaux.


 

Au nombre de ces revendications figurent entre autres, la réorganisation de la DGI, le départ à la retraite de tous les agents etc.


Zéréyé Zédou Narcisse, Secrétaire général du RESAFISC et membre de la FESY-DGI, a affirmé que les difficultés à la DGI ont commencé depuis l'instauration du Système intégré de gestion des impôts en Côte d'Ivoire (SIGICI).


Il a avoué que le système des structures sous tutelle du ministère de l’Économie et des Finances plombe le fonctionnement de la Direction générale des impôts.


« Les reversements ne sont pas faits. L'ACCT se comporte comme un ordonnateur ce qui n'est pas son rôle. L'ACCT refuse en réalité de virer les dépenses, notamment celles concernant le fonctionnement de la DGI. Nous ne pouvons pas accepter cela. Un directeur central ne peut s'ériger en directeur général du Trésor, en ministre ou encore moins en président de la République. Il n'est pas un ordonnateur », a expliqué, Zéréyé Zédou Narcisse.


Pour lui, tant que la DGI ne reçoit pas directement ses subventions, les agents auront toujours des difficultés.


« Alors, nous interpellons le gouvernement afin que le Trésor cesse de retenir par devers lui les dépenses de fonctionnement d'une direction générale comme la DGI. C'est un abus que nous dénonçons. Raison pour laquelle nous allons en grève pour interpeller le Premier ministre et le président de la République », a insisté M. Zéréyé.


Même si la grève de 72 heures qui démarre le mercredi 21 juillet prochain est maintenue, les Syndicats se disent ouverts à la discussion et souhaitent la signature d'un protocole d'accord avec la tutelle, sur des engagements fermes à vouloir satisfaire les agents des impôts.


 

Comme la rencontre entre les syndicats et la tutelle a accouché d'une souris, à moins de 3 jours du début du mouvement, la Fédération souhaite rencontrer maintenant, le Premier ministre.


«Nous voulons rencontrer le Premier ministre parce que le problème est sérieux. Si les 21, 22 et 23 juillet 2021, nos problèmes ne sont pas réglés, nous allons reconduire la grève jusqu'à ce que nous soyons satisfaits », a indiqué, le FESY-DGI.


Par ailleurs, parmi les revendications, on peut citer, l'application du profil et plan de carrière, le reversement des cotisations assurance et santé des agents à la MADGI (depuis deux ans, plus de 22 milliards FCFA a d'impayés) ; l'application de l'article 12 de la charte d'éthique de la DGI; le déblocage des nominations (chefs de service, sous-directeurs et directeurs) et le remboursement des 1.600 agents des impôts souscripteurs du Fcp-Bni Gestion (environ 3 milliards FCFA).


Wassimagnon



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Violences de la présidentielle 2020, les responsables politiques doivent ils être jugés ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Jean-Louis Gasset nouvel entraineur des éléphants, bon choix?
 
959
Oui
22%  
 
3269
Non
74%  
 
169
Sans Avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  4 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : DGI, la grève des syndicats prévue le mercredi 21 juillet maintenue, malgré une rencontre de la FESY-DGI avec la tutelle
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Adokaflai
Mon œil. Des gens qui vont se dégonfler d'ici mardi soir. Bande de sorciers guellards.
 
 il y a 10 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Babili
Dans un pays normal, la grève est un phénomène normal même si elle signifie dysfonctionnement. Elle permet aux employés et leurs employeurs de prendre en conscience certaine réalité, pour les administrés elle peut être une occasion de montrer les conditions dans lesquelles ils sont administrés par rapport à certaine faillite de l’administrateur.Même dans les pays super développés il y’a grève, justement pourquoi non seulement les constitutions de la plupart des pays en font un droit mais entre les particuliers, elle reste un moyen d’expression. Mais voilà ici en Côte d’Ivoire depuis que ouatara a pris en otage le pays la grève est un crime de lèse majesté. Si vous annoncez une grève, on vous intime, on vous bastonne et on vous emprisonne voire vous tuez. Combien de responsables de syndicats ont été massacrés par la milice du régime de ouatara? Les grèves sont étouffées et les promesses renvoyées au calendre grec. Les gens vivent sous la peur une paix de cimetière. Ça c’est quel régime ça? Attendons de voir ce qui va arriver à ces responsables de syndicats qui annoncent cette grève:dans les heures à venir on verra certainement une bicephalisation de ces mêmes syndicats: le leader qui veut surseoir à la grève et l’autre qui la maintient, ce dernier certainement après avoir eu la visite désagréable des hommes en cagoule. Le régime ouatara étouffe tout pour donner une apparence de tout va bien ou tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Just wait and see. Koaci nous donnera la suite de cette grève annoncée.
 
 il y a 10 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Babili
le départ à la retraite de tous les agents etc. Certainement Les camarades ont dit : départ effectif de tous les agents admis à la retraite....( le phénomène des vieux cons gourmands qui bloquent la voie aux jeunes: ils ont mangé mangé mais compte tenu des jus qu’ils continuent de soutirer de ces postes juteux, ils veulent jamais partir et tout avec la complicité du système clientéliste)
 
 il y a 10 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
Pourquoi certains agents de l'Etat ne doivent pas aller á la retraite ???>>>. Seul le corps médical peut échapper á cette règle en cas d'urgence ou de nécessité.
 
 il y a 10 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter