Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Administration pénitentiaire, les Syndicats réclament des primes COVID-19, la nomination d'un nouveau Directeur de l'école du personnel pénitentiaire et menacent d'entrer en grève
 

Côte d'Ivoire : Administration pénitentiaire, les Syndicats réclament des primes COVID-19, la nomination d'un nouveau Directeur de l'école du personnel pénitentiaire et menacent d'entrer en grève

 
 
 
 6491 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 09 août 2021 - 17:02


Le collectif des syndicats de l’administration pénitentiaire composé du Syndicat National du Personnel de l’Administration Pénitentiaire de Côte d’Ivoire (SYNAPAP-CI) conduit par Irié Bi Tra, du Syndicat des Agents Pénitentiaires de Côte d’Ivoire (SYAP-CI) dirigé par Diakité Oumar, et du syndicat national de l’administration pénitentiaire de Côte d’Ivoire (SYNAP-CI) avec sa tête, Oko Dago, n’est pas du tout content.


Les trois syndicats ont coanimé ce lundi, une conférence de presse à Yopougon Sadiguida, pour interpeller la tutelle sur leurs conditions de vie et de travail et annoncer le dépôt dès mardi d’un préavis de grève et si rien est fait, ils entameront un de travail de trois jours à compter du mercredi 18 août 2021.


Justifiant leurs actions, les conférenciers ont rappelé qu'il y a quelques années, un cadre de dialogue social a été institué par le Garde des Sceaux dans l’optique d’apporter des solutions aux maux qui minent l’Administration Pénitentiaire. En retour, le collectif depuis lors a porté à la connaissance des autorités compétentes des doléances corporatistes.


De ces points de revendications plusieurs actions positives de la part de l’Etat de Côte d’Ivoire ont été enregistrées. Toutefois, des difficultés de mise en application de ces acquis demeurent, il s'agit notamment des baux administratifs, l’école du personnel pénitentiaire, les effets d’habillement et d’équipement, la prime de judicature, la prime d’insalubrité-contagion, l’intégrer du conseil de sécurité etc.


Concernant les baux de logements, les syndicats demandent un réajustement des taux pour être concurrentiel, car pour eux, "l’indemnité contributive aux logements, dont les taux ont été revus à (70.000 ; 80.000 ; 90.00 et 150.000) Frs, sont encore anachroniques et ne correspondent toujours pas aux normes nationales parce que l’Etat lui-même les a jugés trop bas pour le coût de la vie actuel. Raison pour laquelle, tous les autres corps militaires et paramilitaires ont vu leurs taux de bail relevés à 90.000 FCFA, 110.000 FCFA, 150.000 FCFA et 200.000 FCFA etc. »


 

Ils ont affirmé que, le mode de paiement des baux reste aujourd’hui le talon d’Achille, parce que les caisses du Trésor public ne priorisent pas le paiement des indemnités contributives aux logements.


Au titre des effets d’habillement et d’équipement, le collectif révèle que depuis 2014 aucune dotation véritable n’a été faite.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


«En 2019 quand on a commencé à grogner dans nos rangs, notre tutelle a fait main et pied pour nous donner une chemise et un pantalon (…) Nous demandons tout le matériel dont on a besoin pour travailler efficacement devant nos prisons, pour sécuriser la prison, en sorte que le citoyen lambda dorme dans la quiétude», a déclaré Irié Bi Tra


 

S’agissant de la prime d’insalubrité-contagion, le Collectif souhaite une prime COVID-19, car aussi en première ligne avec les malades. Selon les conférenciers au moins une vingtaine d’agents ont été contaminés depuis l’apparition de la pandémie.


Les conférenciers exigent aussi la nomination d'un Directeur de l’école du personnel pénitentiaire qui est en souffrance depuis cinq ans, en lieu et place de l'interimaire.


« Un Directeur intérimaire qui est greffier, qui gère le personnel pénitentiaire. Nous ne croyons pas qu’il soit un fin connaisseur de cette administration pénitentiaire, même si c’est un ancien du ministère de la Justice. Nous demandons l’application des textes. C’est quel intérim qui dure depuis cinq années ? Il faut que ça cesse. Il faut qu’on nomme un Directeur et les deux sous Directeurs de l’école d’administration pénitentiaire. Aujourd’hui cette école n’a même pas un référentiel métier. La maquette pédagogique n’existe pas. Comment comprendre qu’un corps aille faire histoire-géographie en formation ? On n’a pas un statut particulier. On ouvre les concours et il y a des balises d’Age. Tu as 43 ans, tu ne peux plus passer un concours professionnel chez nous. Il faut attendre dix ans pour passer le concours professionnel exceptionnel. Il faut que ça change », a martelé Irié Bi Tra.


Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Administration pénitentiaire, les Syndicats réclament des primes COVID-19, la nomination d'un nouveau Directeur de l'école du personnel pénitentiaire et menacent d'entrer en grève
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter