Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Journée Mondiale de l'Habitat, face aux enjeux, Bruno Koné dévoile les grands chantiers du gouvernement
 

Côte d'Ivoire : Journée Mondiale de l'Habitat, face aux enjeux, Bruno Koné dévoile les grands chantiers du gouvernement

 
 
 
 1639 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 05 octobre 2021 - 13:30

Le ministre Bruno Koné


Hier, lundi 04 octobre 2021, la communauté internationale a commémoré la 36e journée Mondiale de l’Habitat.


Le thème retenu pour cette édition par l'Organisation des Nations unies pour l’Habitat, était « Accélérer l’action urbaine pour un monde sans carbone ».


Au nom du Gouvernement ivoirien, le ministre de la construction, du logement et de l'urbanisme Bruno Koné a livré un message.


Ainsi, pour Burno Koné, le thème de cette 36è édition de la journée mondiale de l'Habitat sonne aussi et surtout, comme une interpellation à mener des actions urgentes et une invitation à lutter contre un certain nombre de phénomènes de la pollution atmosphérique, qui constitue une agression quasi-permanente pour le citadin, de l’augmentation de la température terrestre, qui provoque, entre autres, la montée du niveau de eaux et de la croissance du nombre d’évènements climatiques violents telles que les inondations, les sècheresses ou les tempêtes, qui engendrent malheureusement de nombreuses pertes matérielles et en vies humaines.


Aussi, pour le ministre de la construction, du logement et de l'urbanisme, Bruno Koné, la Côte d'Ivoire du fait de son poids économique dans la sous-région, connaît une urbanisation très accélérée.


Il a indiqué que la ville d’Abidjan, capitale économique ivoirienne, dont la population est estimée à plus de 6 millions d’habitants, est confrontée aux problèmes liés à un développement urbain insuffisamment maîtrisé, parce que trop rapide et peu planifié dans un passé récent.


Enfin, Bruno Koné a indiqué dans son discours que l’étalement de la ville et l’éloignement des zones d’habitat et des zones de production, engendrent une intensification des déplacements des populations et imposent des moyens de locomotion émetteurs de quantités importantes de co2.


Jean Chrésus, Abidjan 


Ci-dessus le discours intégral du Ministre Bruno Koné


Mesdames et Messieurs


Chers Compatriotes,


Selon une tradition qui remonte à 1985, les Nations Unies célèbrent la Journée Mondiale de l’Habitat, le premier lundi du mois d’octobre de chaque année. 


 

Cette célébration permet à tous, en particulier aux décideurs gouvernementaux, de réfléchir à l’accès de tous les humains à un meilleur cadre de vie et au droit fondamental pour tous, de vivre dans un logement décent. 


Cette Journée a également pour objectif, d’alerter la communauté internationale sur la responsabilité collective qui est la sienne, de veiller à l’avenir de l’Habitat Humain.


La journée mondiale de la l’habitat met en lumière le rôle central que nos villes et nos communautés jouent dans la réalisation des objectifs de développement durable. 


Bien planifiées et intelligemment gérées, les villes peuvent permettre de produire une croissance inclusive et un développement durable soutenu par les efforts en faveur de la réduction du taux d’émission en carbone. 


Ce lundi 04 octobre 2021, la communauté internationale commémore la 36ème journée Mondiale de l’Habitat


Le thème retenu pour la présente édition par l’organisation des Nations Unies pour l’Habitat, est « Accélérer l’action urbaine pour un monde sans carbone ».


Un thème qui, à lui seul, résume toute la complexité de la problématique du développement urbain.

Un thème qui, aussi et surtout, sonne comme une interpellation à mener des actions urgentes et une invitation à lutter contre un certain nombre de phénomènes ; 


-la pollution atmosphérique, qui constitue une agression quasi-permanente pour le citadin, 

-l’augmentation de la température terrestre, qui provoque, entre autres, la montée du niveau de eaux, 

-la croissance du nombre d’évènements climatiques violents telles que les inondations, les sècheresses ou les tempêtes, qui engendrent malheureusement de nombreuses pertes matérielles et en vies humaines.

-etc. 


Tous ces phénomènes ont un impact de plus en plus grand sur les services de base rendus par les villes, les infrastructures, les logements, ainsi que sur les sources de revenus et la santé des populations. 


Il est donc essentiel de considérer les villes comme partie intégrante des solutions recherchées dans la lutte contre le changement climatique. 


De nombreuses villes font déjà beaucoup, en utilisant des sources d’énergie renouvelables, des techniques de production plus propres et en mettant en place des dispositifs règlementaires plus adaptés, qui visent en particulier le contrôle des émissions industrielles. 


La construction de logements à haute efficacité énergétique, les mesures de réduction du trafic routier et des émissions automobiles, ainsi que la promotion de moyens de transport non-motorisés (quand cela est possible), contribuent directement à la diminution des émissions de dioxyde de carbone (co2). 


Cette diminution réduit également la pollution locale engendrée par les industries et le transport, ce qui améliore la qualité de l’air urbain et donc, la santé des populations vivant en ville. 


 

Mesdames, Messieurs,


Notre pays, du fait notamment de son poids économique dans la sous-région, connaît une urbanisation très accélérée. 


La ville d’Abidjan, notre capitale économique, dont la population est estimée à plus de 6 millions d’habitants, est confrontée aux problèmes liés à un développement urbain insuffisamment maîtrisé, parce que trop rapide et peu planifié dans notre passé récent.  


L’étalement de la ville et l’éloignement des zones d’habitat et des zones de production, engendrent une intensification des déplacements des populations et imposent des moyens de locomotion émetteurs de quantités importantes de co2. 


Nous enregistrons malheureusement chaque année, les effets négatifs de certaines de nos politiques urbaines, avec leur lot  d’inondations, de glissements de terrains, l’érosion des sols et du littoral, de familles sans abris, de pertes en vies humaines, etc.  


Le Gouvernement, qui a pleine conscience des nombreux défis à relever, s’emploie à faire face à ces faiblesses.

C’est ainsi que depuis 2012, des travaux d’envergures sont entrepris pour résoudre de manière durable, le déficit en logement sociaux, afin de mettre fin aux occupations anarchiques des espaces urbains dangereux et à la prolifération des quartiers précaires, véritables nids d’insécurité et d’insalubrité. 


Dans la même dynamique, le Gouvernement s’attèle à réaliser de nombreuses infrastructures routières qui permettent une mobilité urbaine plus aisée. Des aires végétalisées, des trottoirs et des terrepleins centraux permettent d’embellir les espaces urbains tout en luttant contre les émissions de gaz à effet de serre.

Le projet de train urbain d’Abidjan, qui contribue à la structuration et à la diversification de l’offre de transports collectifs à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération, ainsi que l’interdiction de l’importation de véhicules trop vieux dans notre pays, sont autant de réponses à la thématique de la journée mondiale de l’habitat 2021. 


Dans ce contexte, le Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme s’attèle à renforcer le cadre réglementaire actuel, pour mieux maitriser le développement urbain, et poursuit, en liaison avec les professionnels du secteur, la promotion d’un habitat décent, dans un espace assaini, équipé, sécurisé et harmonieux. 

Cela exige que la lutte contre le désordre Urbain, l’incivisme et l’impunité soit intensifiée, dans une synergie nouvelle mise en œuvre par l’ensemble des acteurs, le gouvernement, les gestionnaires de nos villes, mais également le citoyen.


En effet, toutes ces mesures ne donneront leur plein effet que si le citadin, pris individuellement, s’interroge quotidiennement sur la qualité de son cadre de vie, qu’il s’implique dans la surveillance et la gestion de l’espace de vie partagé avec d’autres personnes, qu’il fait preuve de civisme et de discipline, qu’il applique les lois et règlements et (dans la mesure du possible) aide l’Etat dans ses missions de planification et de contrôle. 

Mesdames et Messieurs, Chers compatriotes, 

Ces efforts collectifs conjugués, permettront d’éviter ou de réduire les effets du climat sur la vie des habitants de nos villes tout en faisant de celles-ci des endroits qui contribuent à notre bien–être individuel et collectif. 


Je vous remercie !



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Journée Mondiale de l'Habitat, face aux enjeux, Bruno Koné dévoile les grands chantiers du gouvernement
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Burkina Faso : Roch Kaboré vous apparait-il comme un Président faible?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Football, la CAN 2021 vous interesse-t-elle ?
 
3132
Oui
61%  
 
1935
Non
37%  
 
109
Sans Avis
2%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter