Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  Abobo, des témoins affirment avoir entendu des échanges de tirs entre ferrailleurs et forces de l'ordre
 

Côte d'Ivoire : Abobo, des témoins affirment avoir entendu des échanges de tirs entre ferrailleurs et forces de l'ordre

 
 
 
 12281 Vues
 
  8 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 25 février 2022 - 09:38

Vue des hostilités d'hier jeudi à Abobo (ph)



Les affrontements entre ferrailleurs et forces de l'ordre à la casse d'Abobo située, non loin du rond-point du Banco livre ses secrets. Des témoins affirment 24 heures après ces évènements que des échanges de tirs ont eu lieu dans le quartier Sagbé ou derrière rails entre les agents déployés et les manifestants qui refusent de rejoindre leur nouveau site de recasemment sis à N'Dotré.


Alors question, où ces ferrailleurs se sont procurés ces armes pour tenir tête aux Forces de l'ordre assermentées commis à la surveillance du site ?


Selon des informations en notre possession, les ferrailleurs les auraient obtenu en 2011, lors des combats qui ont précédé l'installation de l'actuel Président de la République au Palais présidentiel.


"Les combattants qui avaient plusieurs armes ont préféré déclarer une lors du désarmement et ont dissimulé les autres. Ce sont ces armes qui sont utilisées aujourd'hui dans les braquages et attaques de domicile. Ils ont fait usage de ses armes hier", a confié un ancien combattant sous le couvert de l'anonymat à KOACI.


Il faut noter que lors de leur déguerpissement, des caches d'armes avaient été découvertes sur le site de la casse. Les artisans avaient soutenu que la municipalité veut les accabler pour mieux les chasser.


 

Par ailleurs dans un communiqué produit par la mairie d'Abobo après-midi ces affrontements, elle explique ce qui s'est réellement passé le jeudi 24 février 2022.


Ci-dessous le communiqué 


"Ce jeudi 24 février aux environs de 10 heures, la casse d’Abobo a été le théâtre d’affrontement entre Forces de l’ordre et ferrailleurs. 


Que s’est-il réellement passé ?


Des agents de la Police municipale étaient en mission, ce matin comme c’est le cas depuis des semaines, à l’effet de veiller à l’application de l’arrêté municipal, N° 2022-01/MAB/SG du 03 janvier 2022, interdisant des activités des ferrailleurs et garagistes sur le périmètre du quartier Anador-Banco, le long de la voie express et de toutes les voies à grande circulation et veiller à leur délocalisation sur le site de la nouvelle « casse » à N’dotré. Ayant constaté que plusieurs ferrailleurs foulaient au pied cette décision en continuant d'ouvrir leurs magasins, les agents municipaux en exécution des contraventions en la matière, ont voulu faire appliquer la loi en opérant des saisies. 


Mais, à la grande surprise de tous, ils sont brutalisés par les ferrailleurs, qui font usage d'un jet massif de pierres. La police nationale présente sur les lieux, riposte pour ramener l’ordre. Il s'ensuit un cafouillage total. 


 

Ceci dit, il est bon de retenir qu’au cours d’une réunion, la Municipalité a formellement demandé aux ferrailleurs de déménager sur le site de N’Dotré qui leur est dédié. Ce qu'ils ont promis faire dans un bref délai. En contrepartie, Madame le Maire a tout mis mettre à leur disposition pour leur permettre d’aménager dans cette zone où il y a plus de 1600 box et une plate-forme. D’ailleurs, les autorités municipales sont en contact permanent avec le ministère de l’Artisanat pour caser l'ensemble des ferrailleurs. 


Au demeurant, à l’entrée de la commune à quelques mètres de la casse d’Anador-Banco, dans le cadre du programme "Abobo est Zo" la Municipalité a programmé de bâtir un CHU, un Institut Islamique, un Lycée d’Excellence et une piscine olympique en ces lieux. Ces infrastructures ne peuvent pas cohabiter avec une casse. L’objectif visé par Mme le Ministre d'Etat, Maire de la Commune, à travers l’opération de déménagement de la casse d’Anador-Banco, est de changer le visage de la Commune d’Abobo.


Rappelons que c’est en 2002 à la suite de l’incendie de la casse d’Adjamé, que l’équipe municipale d’alors, compatissant, a permis aux ferrailleurs de s’installer à Anador-Banco provisoirement, le temps de trouver un espace définitif qui est à N’Dotré.


Service de communication de la Mairie".


Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Les 49 militaires écroués en pleine médiation et après les explications de l'Onu, la junte malienne perd-elle la raison ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: La grève des acteurs des points de vente de mobile money est-elle rais...
 
3109
Oui
48%  
 
3177
Non
49%  
 
224
Sans Avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  8 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Abobo, des témoins affirment avoir entendu des échanges de tirs entre ferrailleurs et forces de l'ordre
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
Ndotré est a proximité du stade olympique ADO, votre site ne sera donc pas invisible de plus vous aurez l'avantage d'avoir du passage , tous les transports qui vont en pays attiés , abbey passe par la , même aller au ghana même en pays agni il faut quand même savoir être raisonnable surtout que ce site vous avez été donné de façon provisoire.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Le cancre notoire, pourquoi ne vas tu sur le terrain, face à tes semblables, armés de surcroît, pour les convaincre avec tes arguments a deux sous ?! Aucune condamnation pour l'usage des armes sur des forces de l'ordre. Ces sauvages militants du rdr ne changeront jamais quoi!! Rebelle un jour, rebelle toujours.
 
 il y a 5 mois
BenMar87
Attention...attention...
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Safroulaye ! Aux abrutis du rdr, voilà les œuvres de vos ex rebelles, jadis adulés par vous autres moutons ou rien pour avoir mené la guérilla contre l'armée régulière sous Gbagbo. Rebelle un jour, rebelle toujours!!! Ces mêmes militants du Rdr à la cervelle en forme de pois chiche, viendront encore justifier l'injustifiable...... PS : vocabulaire de la crise ivoirienne : ex combattant = (pro buveur de sang de sindou) frci, dozo, mécanicien, ferailleur, microbe, apprenti gbaka, commando invisible, voyou, braqueurs, brigands.... / Ex milicien = pro gbagbo.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
@Marius tu m as kill, comprends que lui et ses semblables ne sont pas au pays donc ils ne peuvent que vanter les merites de leur mentor et surtour tolerer tout a Abobo, qui est l image de leur politique et culture qui montrerait son visage de la main gauche? Desolant que notre chere police ne fasse de communique sur ces incidents, et dire que l indice de securite est satisfaisant, mdr......
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
aze
Des armes en réponse aux décisions de leur gouvernement au pouvoir. Qu'en sera t il des autres ? Aucune condamnation ? C'est un moyen d'expression ? Avec les armes ?
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ziegler
Je pense qu'un gouvernement sérieux ne balance des condamnations que si et seulement si les accusations portés contre X son avérées. Pour le moment un démembrement de l'administration était sur le terrain, il s'agit notamment la police. Moi @ Ziegler, j'attends que cette police confirme que ces gens étaient effectivement armés pour avoir la réaction adaptée.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Et ta réaction de mouton ou rien aura un Impact sur ce qui a été déjà fait par vos ex rebelles ?! Pouaaaah ! Quand tu as des tocards qui se donnent une certaine contenance sans effet en plus. Koh "avoir la réaction adaptée". Tu fait partir des instances de décision de l'insalubre case verte ? Lolll
 
 il y a 5 mois
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter