Burkina Faso Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : Des islamistes armés ont tué et violé des civils, selon Human Rights Watch
 

Burkina Faso : Des islamistes armés ont tué et violé des civils, selon Human Rights Watch

 
 
 
 1176 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 17 mai 2022 - 09:19


Des groupes islamistes armés, des membres des forces de sécurité gouvernementales et des milices commettent de plus en plus d’abus contre les civils au Burkina Faso alors que le conflit s’intensifie et se répand dans ce pays, a déclaré l'ONG de défense des droits de l'homme, Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué diffusé ce lundi. 


Le gouvernement du Burkina Faso, qui est arrivé au pouvoir par un coup d’État en janvier 2022, devrait mieux protéger les civils contre les attaques et s’assurer que les forces gouvernementales respectent les droits humains, estime alors l'ONG


Les groupes islamistes armés qui ont commencé à attaquer le Burkina Faso en 2016 sont devenus de plus en plus abusifs, commettant des centaines de meurtres, d’exécutions sommaires et de viols de civils, ainsi que des pillages généralisés.  


En outre, depuis 2016, les forces de sécurité gouvernementales et les milices engagées dans des opérations antiterroristes auraient tué illégalement des centaines de civils et de combattants islamistes présumés, favorisant ainsi le recrutement au sein des groupes armés. 


Les combats ont forcé 1,8 million de personnes à quitter leur foyer, la plupart dans les régions du Sahel et du Centre-Nord du pays.


« Les groupes islamistes armés démontrent jour après jour leur profond mépris pour la vie et les moyens de subsistance des civils », a déclaré Corinne Dufka, directrice pour le Sahel à Human Rights Watch.  


 

« Les forces gouvernementales et les milices alliées devraient respecter scrupuleusement le droit international des droits humains et le droit international humanitaire, et s'abstenir de tuer au nom de la sécurité. », a-t-elle ajouté. 


Des villageois dans les régions de la Boucle du Mouhoun, de Cascades, du Centre-Nord, de l’Est, du Nord, du Sahel et du Sud-Ouest au Burkina Faso, interrogés par HRW ont déclaré que des combattants islamistes lourdement armés avaient tué des civils lors d’attaques et avaient posé des engins explosifs improvisés (EEI) mortels. 


Dans des dizaines de cas, des combattants ont violé et maltraité des femmes et des filles qui étaient sorties pour aller chercher du bois, qui se rendaient au marché ou en revenaient, ou qui fuyaient les violences. 


Les combattants ont également incendié des villages, réquisitionné des ambulances et pillé des centres de santé, détruit des infrastructures essentielles (eau, télécommunications et électricité) et se sont livrés à des pillages à grande échelle. 


Plusieurs villageois ont déclaré avoir vu de nombreux enfants soldats, dont certains n’avaient pas plus de 12 ans, dans les rangs des islamistes armés.


Un habitant d’Ankouna a décrit ainsi les conséquences d’une de ces attaques par des islamistes armés : « Quand je suis revenu le lendemain, le village était encore fumant. [Il y avait] les corps de six personnes, dont mon frère, abattu en essayant de sauver un enfant à 10 mètres de son magasin. J’ai vu cinq personnes, dont un homme de 70 ans, mortes dans une maison. Ils avaient reçu des balles dans le dos ou dans la tête. »


 

D’autres villageois ont déclaré que les forces de sécurité gouvernementales et les milices pro-gouvernementales, appelées Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), avaient procédé à des exécutions illégaux et à des disparitions forcées de dizaines de civils et de combattants islamistes présumés, principalement dans les régions de l’est et du sud du Burkina Faso.  

 


« Il y a eu très peu d’enquêtes, et encore moins de poursuites, pour les atrocités qui ont ponctué le conflit au Burkina Faso », a déclaré Corinne Dufka. 


« Le gouvernement devrait veiller à ce que des prévôts chargés des droits des détenus et de la discipline des soldats soient présents lors de toutes les opérations militaires, et devrait adopter des mesures afin d’assurer que les suspects soient jugés lors de procès équitables devant des tribunaux civils et militaires. », a-t-elle conclu. 


Selon HRW, toutes les parties au conflit armé sont tenues de respecter le droit international humanitaire et le droit coutumier de la guerre, qui requiert un traitement humain des combattants capturés et exige que les exécutions sommaires, les viols et les disparitions forcées fassent l’objet de poursuites en tant que crimes de guerre.  

 


Boa, Ouagadougou 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Miss CI 2022, Bebi Philip a-t-il bien fait de s'en prendre aux autorités en public?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Les occidentaux tentent-ils d'imposer l'homosexualité dans nos modes...
 
2182
Oui
76%  
 
622
Non
22%  
 
53
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Burkina Faso : Des islamistes armés ont tué et violé des civils, selon Human Rights Watch
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter