Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Accusés d'être des mercenaires, Abidjan exhorte Bamako « de libérer, sans délai, les militaires ivoiriens injustement arrêtés »
 

Côte d'Ivoire : Accusés d'être des mercenaires, Abidjan exhorte Bamako « de libérer, sans délai, les militaires ivoiriens injustement arrêtés »

 
 
 
 9945 Vues
 
  5 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 12 juillet 2022 - 16:57

Tiemoko Koné et Alassane Ouattara lors de la réunion du CNS ce mardi à Abidjan




Lundi soir, Bamako a qualifié de mercenaires 49 soldats ivoiriens déployés dimanche au Mali dans le cadre d'une relève d'une mission internationale, les a désarmés, arrêtés et a annoncé les traduire en justice pour atteinte à la sûreté de l'État.


Attendue, la réponse des autorités ivoiriennes ne s'est pas faite attendre. Ce mardi lors d'une réunion du conseil national de sécurité (CNS) tenue au palais présidentiel d'Abidjan, présidée par Alassane Ouattara et Tiemoko Koné en présence du chef d'Etat-major des armées, elles ont expliqué que contrairement aux allégations contenues dans le Communiqué N°034 du Gouvernement de Transition du Mali, du lundi 11 juillet 2022, ces militaires sont régulièrement inscrits dans l’effectif de l’Armée ivoirienne et se trouvaient au Mali, dans le cadre des opérations des Éléments Nationaux de Soutien (NSE), comme nous informions hier dans une publication, documents à l'appui.


Abidjan s'explique et exhorte Bamako « de libérer, sans délai, les militaires ivoiriens injustement arrêtés ».


Cliquez pour agrandir l'image  
 


 

Dans un premier temps, le CNS précise que "La présence de ce détachement des Éléments Nationaux de Soutien est conforme aux mécanismes de soutien aux contingents des pays contributeurs de troupes dans le cadre des Missions de Maintien de la Paix et est bien connue des autorités maliennes" et ajoute qu' "en vertu d’une convention signée, en juillet 2019, entre la Côte d’Ivoire et l’Organisation des Nations Unies, et conformément à un contrat de sécurisation et de soutien logistique signé avec la Société Sahel Aviation Service (SAS), des militaires ivoiriens sont présents à l’Aéroport de Bamako. Depuis cette date, 7 contingents se sont relayés périodiquement sur ce site, sans aucune difficulté", comme relevé du communiqué final transmis.


Par ailleurs, nous relevons qu'Abidjan note "qu'à leur arrivée au Mali, dans le cadre de la 8e rotation, le dimanche 10 juillet 2022, une copie de l’ordre de mission du contingent a été transmise aux autorités aéroportuaires maliennes, pour attester de la régularité de la mission.".


Ensuite, selon le CNS, "Le Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, ainsi que le Chef d’État-major des Forces Armées maliennes, en ont reçu copie".


Abidjan précise également qu' "aucun militaire ivoirien de ce contingent n’était en possession d’armes et de minutions de guerre, à sa descente de l’avion. Les armes du contingent, comme autorisées par les Nations Unies pour la protection personnelle et les cas d’auto-défense et selon les procédures en la matière, se trouvaient dans un second avion.".


Au-delà de demander aux autorités maliennes de libérer, sans délai, les militaires ivoiriens injustement arrêtés, le CNS annonce tenir à rappeler que la Côte d’Ivoire, qui, selon ses termes, "a toujours œuvré au sein des instances sous-régionales, régionales et internationales, pour la paix, la stabilité et le respect de l’Etat de droit", "ne peut s’inscrire dans une logique de déstabilisation d’un pays tiers.", comme relevé.


 

Enfin, le CNS indique informer l’opinion nationale et internationale "que les autorités ivoiriennes continueront d’œuvrer pour le maintien du climat de paix et de fraternité qui a toujours prévalu entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Enfin, le Conseil National de Sécurité appelle les populations au calme et à la retenue et assure que toutes les dispositions sont en cours pour obtenir la libération rapide de nos braves et vaillants soldats.";


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Ak


 
CNS
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 

ARTICLES ASSOCIÉS

 
 
  Côte d'Ivoire-Mali : Affaire des militaires ivoiriens envoyés pour une relève, B...
Le Colonel Abdoulaye Maïga lundi soir sur l'ORTMHier, nous nous interrogions de savoir si les autorités maliennes avaient reçu l'ordre de mi...
Côte d'Ivoire | Politique      il y a 2 mois
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire-Mali : Kandia Camara (min aff etrangères) et Adama Tounkara (médiateur) aux abonnés absents, rien d'étonnant ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Insultes des autorités maliennes, dans une autre époque le pouvoir au...
 
2120
Oui
61%  
 
1268
Non
36%  
 
113
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  5 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Accusés d'être des mercenaires, Abidjan exhorte Bamako « de libérer, sans délai, les militaires ivoiriens injustement arrêtés »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
BenMar87
Alors, qui a raison ???
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ziegler
C'est ça un gouvernement responsable. Pas de réaction à chaud. Maintenant on attend de voir.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
Mais j ai dit on est serein y a que les hyènes aigris de refondu pour soutenir un truc comme ça tellement ils sont aigris ils soutiennent n importe quoi ce qui est sûre maintenant on regarde après comme les. Autorités ivoiriennes calmement tous les blakoros ayant posté des bêtises de ppa ci porti porta des ânes de côté d ivoire seront correctement recadre.... Pauvre autorités maliennes n ayant pas de bilan depuis leur arrivé ils tentenr de distraire comme nos refondu pendant 10 anq de pouvoir nul à la rue princesse tchrrr
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
Ah oui pour les blakoros today dixit un représentant de l onu minusima je cite.... Invoquer la convention de l’OUA sur le mercenariat en Afrique contre la RCI, alors qu’en même temps, on paye à prix d’or les tueurs de Wagner qui mènent des exactions majeures contre sa propre population, il faut vraiment être nés avant la honte, quoi… ». Fin de citation ces gens vont rendre des comptes qu ils continue avec ado solution ils vont bien casser leurs dents pourri tchrrrrrrr
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Sugar Sylla
La réaction des autorités ivoiriennes était attendue par les opinions nationales et internationales. Et cette réaction a été appropriée et pleine de sagesse. La libération immédiate des soldats ivoirens doit s'accompagner avec des vraies menaces sur ces putschistes maliens. Après la libération des soldats, le PRADO doit saisir l'ONU pour exiger le retrait pur et simple des soldats ivoiriens da la MINUSMA. Car les putschistes maliens ne veulent pas la présence des sodats ivoiriens sur le sol Malien pour la lutte contre les djihadistes. Et dans la vie, on ne peut pas aider quelqu'un contre son gré! S'entêter a rester au Mali sera incompréhensible pour l'opinion nationale, si un autre incident bête encore monté par ces putschistes maliens contre les soldats ivoiriens venait encore à se produire. Merci.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter