Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    Le Général Vagondo å propos de la délimitation de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana : « ces limites ne doivent pas être un mur à ériger, mais. (…)»
 

Côte d'Ivoire : Le Général Vagondo å propos de la délimitation de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana : « ces limites ne doivent pas être un mur à ériger, mais. (…)»

 
 
 
 5602 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 23 août 2022 - 17:41



Le Général Diomandé Vagondo, ministre de l'Intérieur a assisté à l'installation officielle des Commissions Techniques Mixtes de Réaffirmation de la frontière terrestre et de mise en œuvre de la Décision du Tribunal International du Droit de la Mer sur la frontière maritime entre la Côte d’Ivoire et le Ghana.


Au nom du Premier ministre, Jérôme-Patrick Achi, il a exhorté les membres des différentes commissions à un plein engagement dans leurs missions respectives au profit de la Côte d'Ivoire et du Ghana. Le ministre leur a demandé d'œuvrer à faire en sorte que tout au long de ces différents processus, ils puissent travailler dans un esprit de fraternité, de franche collaboration et de préservation des bonnes relations qui lient les deux États.


Il est évident et indéniable, pour préserver la paix et la cohésion sociales entre les deux pays, il est indispensable de connaitre les limites exactes des territoires. Selon le Général Vagondo, ces limites ne doivent pas être un mur à ériger ; mais au contraire, une passerelle qui permettra d’assurer la sécurité, de maintenir la paix et de renforcer la cohésion sociale et la coopération transfrontalière dans tous les domaines dans les zones frontalières, en vue de rendre effective l’intégration des deux Pays.


«En clair, l’enjeu réel de la mise en place de ces Commissions Techniques Mixtes est la préservation de la paix, le développement harmonieux et l’intégration de nos deux Pays ».


Le représentant de Jérôme-Patrick Achi a également exhorté les membres qui sont une vingtaine, à œuvrer à apporter des réponses durables à cet enjeu essentiel et exprimé ses sincères remerciements à l’ensemble des partenaires extérieurs, notamment à la GIZ/PFUA, pour le soutien constant et significatif apporté aux deux Commissions en charge des frontières dans le cadre de la mise en œuvre de leurs plans d’activités.


Le ministre de l'Intérieur a pris l'engagement au nom de Jérôme-Patrick Achi, Président de la Commission Nationale des frontières de la Côte d’Ivoire, que le pays va renforcer son partenariat et va faire en sorte que ladite Commission atteigne pleinement les objectifs du Programme Frontière de l’Union Africaine. Cela, afin que les zones frontalières soient des espaces de sécurité, de paix et de développement socio-économique pour le bien-être des populations qui y vivent et l’effectivité de l’intégration sous-régionale et africaine.


La rencontre d’Abidjan, s’inscrit dans le sillage de la consolidation et du renforcement des relations d’amitié entre le Ghana et la Côte d'Ivoire et des liens séculaires de fraternité qui unissent leurs deux peuples.


 

Diakalidia Konaté, Secrétaire exécutif de la Commission nationale des frontières de Côte d'Ivoire (CNFCI ) a rappelé que la zone frontalière commune est parsemée de royaumes dont les influences traversent les deux territoires de part et d’autre, faisant ainsi fi des lignes frontalières héritées de la colonisation.


Toutefois, comme l'a indiqué, le Secrétaire exécutif, cette situation est parfois à l’origine d’incidents liés à l’absence bien marquée de notre frontière commune, mettant ainsi à mal les relations de bons voisinages et la cohabitation pacifique dans certaines parties de nos zones frontalières.


C’est pourquoi, selon lui, la Côte d’Ivoire et le Ghana, à travers leurs commissions en charge des frontières ont décidé d’entamer le processus de réaffirmation de la frontière terrestre entre les deux pays.


«Pour rappel, nos deux puissances colonisatrices que sont la France et l’Angleterre ont préalablement délimité les territoires des deux pays alors sous leur tutelle. C’est pourquoi, l’exercice qui se présente aux deux Commissions sera pour la majeure partie un processus de réaffirmation de ces limites territoriales héritées de la colonisation et de délimiter celles qui ne le seraient pas encore. Cette réaffirmation est donc nécessaire, car elle permet de mieux connaître les limites territoriales des deux pays. Ce qui offre la garantie d’une paix durable entre les populations frontalières », a expliqué, M. Konaté.


Concernant la décision rendue par le Tribunal International du Droit de la Mer dans le cadre du différend qui a opposé les deux États sur leurs frontières maritimes, la Commission Technique Mixte qui a été mise en place sera chargée de trouver les modalités de sa mise en œuvre.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


« Comme vous pouvez l’observer, ces retrouvailles ivoiro-ghanéennes visent non pas à enclencher des hostilités. Bien au contraire, elles s’assignent pour objectif de consolider la paix entre les deux pays afin de parvenir à une délimitation sans écueil des frontières terrestres et maritimes des deux pays, à assurer une cohabitation pacifique entre les communautés et un développement durable dans nos zones frontalières communes », a-t-il précisé. 


Au cours des discussions d’Abidjan, à l’ordre du jour se trouve aussi la question du renforcement de la coopération transfrontalière en vue d’accélérer et de rendre effective l’intégration entre les deux pays.


Selon Diakalidia Konaté, sur ce sujet, les deux commissions envisagent à terme de faciliter la mobilité des biens et des personnes avec la création de postes frontaliers intégrés communément appelés « one stop border post », dont la première devrait normalement être située à la frontière Noé-Elubo.


 

Le Général Emmanuel KOTIA, Coordonnateur de la Commission des frontières du Ghana a souhaité que le cadre de coopération entre la Côte d'Ivoire et son pays aille au-delà de la délimitation de la frontière.


Il appelle à la construction d’écoles de centres de santé, à l'organisation de patrouilles mixtes et à la lutte contre la pollution des eaux à cause de la pêche.


Martin Kover, chargé d'affaires de l'ambassade d'Allemagne a également émis le vœu qu'il ne soit pas érigé un mur à la frontière mais un climat de confiance. Il a enfin encouragé les actions menées par le Ghana et la Côte d'Ivoire afin de faciliter la circulation à la frontière.


Il faut noter que des délégations venues de la Guinée et de la Sierra Leone ont pris part aux discussions après l'installation officielle des commissions.


Wassimagnon 




 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo qui se fait enrôler sur la liste électorale, provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Le pouvoir se plante-t-il en misant sur Blé Goudé ?
 
2120
Oui
60%  
 
1264
Non
36%  
 
138
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Le Général Vagondo å propos de la délimitation de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana : « ces limites ne doivent pas être un mur à ériger, mais. (…)»
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter