Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : L'UNAECI d'accord pour la réforme du permis de conduire avec elle et dénonce : « le prix du permis de conduire est devenu un outil de campagne »
 

Côte d'Ivoire : L'UNAECI d'accord pour la réforme du permis de conduire avec elle et dénonce : « le prix du permis de conduire est devenu un outil de campagne »

 
 
 
 3706 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 01 octobre 2022 - 10:55

Koko Guillaume vendredi à Abidjan (ph KOACI)



L'Union nationale des auto-écoles de Côte d'Ivoire (UNAECI) présidée par Koko Guillaume a tenu hier une Assemblée générale extraordinaire à Abidjan. L'union a lancé un cri de cœur aux autorités par rapport à la réforme engagée dans le secteur des auto-écoles. Bien qu'ayant souhaité cette réforme, l'UNAECI craint qu'elle se fasse sans les vrais acteurs.


« L'objectif de cette rencontre est de lancer un appel à nos autorités pour dire qu'aujourd'hui toutes les auto-écoles de Côte d'Ivoire disent qu'elles veulent la réforme, mais la réforme avec eux. C'est-à-dire que cette réforme se fait un tout petit peu avec des acteurs qui pratiquent au quotidien ce métier. On se sent un tout petit peu floué. Dès qu'on dit qu'il y a un accident, on se tourne vers les auto-écoles, mais on ne cherche pas à savoir vraiment d'où vient le mal », a déclaré, le Président Koko.


Selon lui, le problème des responsables des auto-écoles est l'arrêté annoncé par les autorités qui va pouvoir assainir et réorganiser l'auto-école et donner un modèle économique pour qu'ils puissent fonctionner normalement.


« Dans la réforme, ce qui gêne, c'est qu'on doit arrêter des formules claires. C'est-à-dire, on nous avait parlé de la séparation du permis, permis A, B, C... mais ça voulait dire qu'il faut qu'il y ait des programmes adaptés. Pour pratiquer ces programmes adaptés, il faut qu'il y ait des équipements », a-t-il ajouté.

Koko Guillaume a révélé que l'UNAECI a rencontré la tutelle pour l'équipement des auto-écoles.


« Le ministre nous a dit qu'il va essayer de voir avec le Fonds de développement du transport routier pour qu'on puisse prendre des mesures afin que nous puissions nous équiper. Sans équipement, on ne peut pas faire d'auto-école. Le problème est que nous nous sentons floués, on se sent laissé pour compte dans cette histoire d'arrêté », a mentionné, le Président.


 

Cliquez pour agrandir l'image  
 

Selon lui, les autorités parlent de l'arrêté de réforme de permis de conduire, mais ne donne pas les moyens aux responsables de ces structures.


« On demande un accompagnement, on ne demande pas qu'on nous prête de l'argent. Il faudrait que des mesures soient prises afin que les auto-écoles soient à mesure de s'équiper et de faire la vraie formation. Parce que c'est facile de dire que s'il y a des accidents, c'est parce que les auto-écoles ne travaillent pas. L'auto-école est formée et c'est l'État qui évalue. On forme avec quoi », a insisté, le Président Koko.


Il a dénoncé le fait que l'UNAECI n'ait pas été associée à la dernière rencontre sur la réforme du permis de conduire alors l'union a fait des propositions lors des précédentes réunion.


« Pendant longtemps, on a dénoncé les coûts forfaitaires du permis de conduire. Le prix du permis de conduire est devenu un outil de campagne, on trouve des permis de conduire cadeau, des permis à 35.000 FCFA, des permis promo, nous avons dénoncé toutes ces actes. On est passé à tous les niveaux pour dire qu'on ne peut pas faire un permis de conduire à 35.000 FCFA et que cela va nous tomber là-dessus dans 10 ans. Aujourd'hui, on subit. « On dit bien conduire, il faut d'abord bien se conduire. Si tu n'as pas de formation. On ne prend pas des ânes pour faire des chevaux de course » », a-t-il déploré.


Pour améliorer les choses, les responsables des auto-écoles demandent à leur tutelle de faire des états généraux. Un atelier à la sortie duquel il faudrait que des mesures prises soient appliquées.


« Il ne faudrait pas qu'on soit dans le Yaka et depuis là, on ne sent rien venir. On va et on ne voit rien venir. Les auto-écoles, vous pouvez les parcourir toutes, menez vos enquêtes, vous verrez qu'il y a des voitures boiteuses, ce n'est pas parce qu'on ne veut pas les avoir. On a bien l'intention d'avoir les véhicules neufs et faire un enseignement de qualité, mais il faut que l'Etat nous accompagne comme il a fait pour les transporteurs. Pourquoi ils ne le font pas pour nous qui formons les gens qui deviennent chauffeurs. Commençons, d'abord par celui qui forme », a soutenu, le Président.


 

Au cours de cette Assemblée générale extraordinaire, l'UNAECI a indiqué que le tarif unitaire pose problème dans la réforme en cours.


« Le tarif unitaire. Le tarif, vous allez d'une auto-école à une autre, on ne vous parle même pas du fond parce que là, on a été formé, ça va aller. Mais on dit la réforme, quand elle doit avoir lieu, on doit commencer à faire le plan national de formation. Le ministre nous a promis des ordinateurs, il devait le faire, il ne l'a pas fait par deux reprises. Mais entre-temps, il faut qu'on forme et on doit commencer par quoi. Bien entendu, par l'équipement des auto-écoles pour qu'on puisse former. C'est un accompagnement, nous sommes privés, on ne demande pas qu'on nous donne de l'argent pour acheter les véhicules, mais c'est dur d'acheter les véhicules, donc il faut des cautions, des garanties, des accompagnements, c'est ça qu'on veut voir. Donc il faudrait qu'il y ait des mesures prises dans ce sens pour qu'on puisse équiper et partir de là, on va avoir de bonnes évaluations et des bons conducteurs », a expliqué Koko Guillaume.


Pour le retrait du permis de conduire, le candidat doit être muni désormais de sa carte CMU. Selon M.Koko, cette mesure va faire fuir les postulants et la CMU complique encore la tâche. Son souhait est que cette mesure soit expliquée aux propriétaires des auto-écoles.


« Il y a des candidats qui ne vont plus s'inscrire parce que cette histoire ne les intéresse pas. Cette histoire de CMU complique encore la tâche qu'on explique mieux. Moi, je pense que dans de telle situation, il a dû avoir un projet pilote, qu'on analyse les résultats de ce projet pilote et, à partir de ces résultats, qu'on puisse avoir des décisions. Peut-être qu'il y a eu un projet pilote, qu'ils ont analysé et pris des décisions, mais cela tombe un peu comme cela sur nous, du jour au lendemain maintenant nos candidats, il faut qu'ils aient la CMU pour pouvoir retirer le permis de conduire, on va aviser », a conclu, le Président de l'UNAECI.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo qui se fait enrôler sur la liste électorale, provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Le pouvoir se plante-t-il en misant sur Blé Goudé ?
 
2120
Oui
60%  
 
1264
Non
36%  
 
138
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : L'UNAECI d'accord pour la réforme du permis de conduire avec elle et dénonce : « le prix du permis de conduire est devenu un outil de campagne »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter