Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :   Crise dans la filière hévéa, manipulation des textes à l'approche des prochaines élections, des risques d'affrontements
 

Côte d'Ivoire : Crise dans la filière hévéa, manipulation des textes à l'approche des prochaines élections, des risques d'affrontements

 
 
 
 2219 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 06 décembre 2022 - 10:04



La filière hévéa en Côte d'Ivoire est en crise. Les producteurs sont en grandes difficultés. À l'orée des fêtes de fin d'années, ils se retrouvent avec leur caoutchouc sous la main.


Nous apprenions que face à cette situation qui dure depuis plusieurs années, l'APROMAC qui est la structure en charge de la gestion de cette filière est d'une inertie incompréhensible. Aucune action concrète n'a été menée dans le sens de la résolution de cette crise et de ses corollaires.


Rappelons que l'APROMAC a été reconnue comme Organisation interprofessionnelle (OIA) par le décret n°2020-276 du 26 février 2020. Elle a pour missions la coordination des activités de la filière notamment, la fixation des prix, la définition des normes de qualité, l'instauration des Cotisations Volontaires Obligatoires (CVO), la représentation de la filière auprès de l'Etat et des tiers et la défense des intérêts des acteurs.


 

En Côte d'Ivoire, l'appui à la professionnalisation des acteurs du monde agricole a été matérialisé par la prise de l'ordonnance n°2011-473 du 21 décembre 2011 relative aux Organisations Interprofessionnelles Agricoles (OIA) par le Gouvernement.


Selon ladite ordonnance, l'APROMAC doit être composée de deux collèges, l'une représentant les producteurs avec 60% des voies délibératives et l'autre représentant le collège des transformateurs.


En l'état actuel des choses, l'APROMAC n'est pas conforme aux dispositions de l'ordonnance qui l'encadre et donc est forclose ; en témoigne le rapport de la mission d'état des lieux de la filière hévéa produit par la DOPA en mai 2022.


En effet, selon ce rapport, l'APROMAC présente des irrégularités dans la composition de ses collèges ainsi que des dysfonctionnements qui mettent en doute la crédibilité de cette organisation censée protéger les intérêts des producteurs et de l'ensemble des acteurs de la filière hévéa. Au nombre de ces irrégularités et dysfonctionnements, notons, la non-représentativité du Collège des producteurs qui se traduit par l'absence de registre de membres observé par la mission (Page 14 à 19) et ce en violation des articles 6 et 7 de l'ordonnance, les insuffisances dans le mode de désignation des délégués à l'AG de la FPH-CI, le mode de désignation des délégués de la FPH-CI à l'AG de APROMAC, les insuffisances et contradictions constatées dans ses statuts et règlement intérieur. Tout ceci traduit des problèmes d'organisation, de structuration et de fonctionnement interne de la FPH-CI, l'absence de rapports d'activités des membres statutaires (AUPCN et FPH-CI) au siège de APROMAC comme le recommande l'article 7 de l'Ordonnance (Page 11), et l'absence de communication entre APROMAC et les organisations de base notamment sur certaines activités menées sur le terrain avec ses partenaires (FIRCA, ANADER, CNRA, les sociétés d'encadrement de la filière etc.). Ce déficit de communication a pour conséquence la méconnaissance des activités menées par APROMAC au profit de ses organisations de base (sociétés coopératives et usiniers). (Page 11).


De plus, l'APROMAC fonctionne en violation des textes règlementaires comme le dénonce Koblavi-Dibi Michel qui par ailleurs est vice-président de l'OIA APROMAC dans le courrier référencé 303-10/PCA/KDM/svg/2022 en date du 14/10/2022 et provenant du Président du Conseil d'Administration de la FPH-CI ; on peut lire : "je voudrais vous rappeler qu'en l'état actuel de son fonctionnement, l'APROMAC est en parfaite violation des textes et de la règlementation légale qui l'encadre".


 

Au regard de ces dénonciations internes, les producteurs ne se sentent pas rassurés quant au respect de certaines dispositions de l'ordonnance N°2011-473 du 21 décembre 2011 traduites dans les statuts de l'OIA APROMAC en ses articles 9, 10 et 17.


Ces dispositions garantissent la préservation des intérêts des producteurs de caoutchouc naturel de Côte d'Ivoire et ne sauraient faire l'objet d'une quelconque violation.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Affaire d'arnaque dans le pesage, les activités de Côte d'Ivoire métrologie volontairement suspendues par une "mafia" ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Municipales 2023 au Plateau, Sawegnon peut il avoir des chances face...
 
1097
Oui
32%  
 
2220
Non
65%  
 
111
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Crise dans la filière hévéa, manipulation des textes à l'approche des prochaines élections, des risques d'affrontements
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter