Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Système de l'enseignement supérieur, Adama Diawara annonce plusieurs autres réformes pour 2024
 

Côte d'Ivoire : Système de l'enseignement supérieur, Adama Diawara annonce plusieurs autres réformes pour 2024

 
 
 
 5133 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 26 janvier 2024 - 08:24


Les différentes réformes entreprises par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique depuis quelques années en vue de rendre plus compétitive et plus performante le système de l'enseignement supérieur ivoirien, vont se poursuivre tout au long de l'année 2024. À ce propos, deux reformes sont déjà en gestation.


Le Professeur Adama Diawara a donné l'information à ses collaborateurs dans la soirée du jeudi 25 janvier 2024 à l'occasion d'une cérémonie de présentation de vœux.


Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé que son département ministériel va revisiter les décrets de 1976, et 1977 sur les charges dues et les taux horaires, notamment pour le paiement des heures complémentaires avec toute la méthodologie de calcul des heures complémentaires. « Il y a des choses qu'on va réguler dans le décret », a-t-il ajouté.


De même, sur l'enseignement supérieur privé, un décret est en gestation. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique va revisiter les conditions de création et les conditions d'ouverture qui vont aller de pair avec l'accréditation de l'offre de formation.


« Il y a déjà un schéma qui a été remis. Mais au niveau du cabinet, nous allons plancher là-dessus. Avant que ça ne parte en conseil de gouvernement et ensuite au conseil des ministres, nous allons échanger avec les fondateurs d'établissement. De la même façon, l'évaluation annuelle des établissements privés. Il y a eu une première évaluation, mais la grille d’évaluation sera revisitée. C'est vrai que les segments sont connus. La qualité des infrastructures, la qualité des équipements, la compétence des enseignants, etc. Mais on va revisiter, pour que les barèmes soient les plus objectifs possibles. Ensuite, le nombre de bacheliers affectés dans vos structures sera proportionnel à votre note d'évaluation », a expliqué, le Professeur Adama Diawara.


 

Pour que toutes ces réformes réussissent, il a annoncé la poursuite des investissements, notamment l'achèvement du PADES, le financement de la Banque mondiale, qui a été restructuré. « On va achever le programme d'investissements 2017. On va achever la phase 1 de l'Université de Bondoukou, et surtout commencer la construction des cités universitaires de 500 à 2000 lits sur l'Université Abobo-Adjamé, et Bouaké. De même, la pose de la première de l'université d'Odienné sera pour bientôt », a insisté, le ministre.


Pour toutes ces actions, il compte sur le soutien de tous les acteurs, sur leur accompagnement qui ne lui a jamais fait défaut.


« J'aimerais dire aux syndicats d'enseignants-chercheurs et chercheurs, que tout va se discuter dans le cadre du comité sectoriel de dialogue social. J'attends d'ailleurs que le document sorte et on va s'asseoir et discuter. Ce qui relève de la compétence du ministère, on va le faire. Ce qui ne relève pas de notre compétence, on va le transmettre à la primature. Pareil, pour les étudiants. Tout se fera dans le comité de dialogue permanent avec les structures estudiantines. Pour les fondateurs, cette année 2024, on ne va pas déroger à la règle. Le paiement des frais de scolarité, on va pouvoir tout évacuer », a conclu, le Professeur Diawara.


Les syndicats d’enseignants-chercheurs et chercheurs ont rassuré le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique qu'ils seront toujours là pour le prévenir, afin qu’il puisse anticiper les solutions aux différents problèmes de leur secteur.


En leur nom, le Professeur Yéo Kanabein Oumar a rappelé au ministre que les enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire fondent un grand espoir aux discussions sectorielles et sont impatients de voir l’heureux aboutissement de cet exercice social et citoyen. 


 

«Monsieur le Ministre, aujourd’hui n’est pas un jour de revendications ni de doléances, les syndicats des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire me chargent de vous rappeler que le 31 mai 2022, à votre cabinet, vous receviez votre homologue monsieur Moussa Sanogo alors Ministre du Budget, venu présenter le projet de réforme concernant l'Impôt sur les traitements et salaires (ITS) des fonctionnaires. Cet impôt unique a pour conséquence une diminution du salaire de 10 % des fonctionnaires, au nombre desquels les enseignants-chercheurs. Ce jour-là, après avoir remercié et félicité votre hôte du jour, vous avez apprécié ledit projet à sa juste valeur et proposer que des mesures palliatives soient trouvées pour les personnes qui seront lésées par les nouvelles mesures. Monsieur le Ministre, dès la fin du mois de janvier, chacun d’entre nous : enseignant-chercheur ou chercheur pourra constater le manque à gagner sur son bulletin de salaire. C’est pourquoi, les syndicats des enseignants-chercheurs et chercheurs sont d’accord avec vous et demande que des mesures compensatoires soient prises en la matière. Monsieur le Ministre, mesdames et messieurs, auguste assemblée, aujourd’hui n’est pas un jour de revendications ni de doléances, les syndicats des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire sont venus souhaiter bonne et heureuse année au Professeur Adama DIAWARA, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ainsi qu’à tout le personnel du ministère. Bonne et heureuse année 2024, Monsieur le Ministre ! », a-t-il conclu.


L'année 2023 avait été décrétée par le Président de la République, année de la Jeunesse pour concentrer le maximum de ressources afin d’améliorer les conditions sociales de la jeunesse. Selon Docteur Moussa Diaby, Directeur de l'INP-HB, au cours de cette année, le ministre Adama Diawara était au four et au moulin, entre, actions pour reformer et faire rayonner davantage le système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique, pour assurer une meilleure adéquation formation-emploi, pour instaurer un climat de paix dans les établissements d’enseignements supérieur, pour augmenter les capacités d’accueil de nos établissements et améliorer les conditions de vie de nos étudiants, pour reconnaitre les mérites de ses collaborateurs et renforcer leur engagement à ses côtés.


« Une année 2023, donc très dense, avec des résultats probants et mesurables. Nous sommes donc réunis, Monsieur le Ministre, à l’occasion de cette cérémonie non seulement pour vous exprimer nos vœux les meilleurs, Mais également, pour recevoir vos instructions pour cette nouvelle année, afin d’œuvrer selon votre vision pour des résultats encore meilleurs. Soyez rassuré de notre parfaite adhésion à vous accompagner pour la réussite de vos différentes missions », a conclu, Docteur Moussa Diaby.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Système de l'enseignement supérieur, Adama Diawara annonce plusieurs autres réformes pour 2024
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter