Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Burkina Faso: Début des premiers interrogatoires dans le procès du putsch manqué
 
©Koaci.com - Vendredi 29 juin 2018 - Le procès Search procès du putsch manqué Search putsch manqué de septembre 2015 est entré dans son fond avec le début des premiers Search premiers interrogatoires ce vendredi devant le tribunal militaire de Ouagadougou.

Alors que des avocats de la défense ont introduit des demandes de renvoi ou de sursis à statuer, évoquant entre autre l'incompétence du tribunal ou la saisine d'autres juridictions sur des questions procédurales, le président de la chambre de première instance, Seidou Ouédraogo a rejeté ces requêtes, les jugeant irrecevables ou mal fondées.

Après plusieurs suspensions afin d'examiner ces requêtes, le procès Search procès est entré dans son fond avec l'interrogatoire du sergent chef Lawoko Zerbo.

"Vous savez que l'opinion a déjà son verdict, nos clients seraient des criminels, donc ils attendaient ce début d'audience pour pouvoir s'expliquer", a estimé son avocat Me Issaka Badini.

Pour Me Ambroise Farama, " nous l'avions dit, le dilatoire a beau duré, à un moment donné il faut forcément arrivé au fond et chacun viendra à s'expliquer. Le constat est là, c'est le moment de vérité aujourd'hui".

Poursuivi entre autre autres pour "attentat à la sûreté de l'État" et "meurtre et coups et blessures volontaires", le sergent chef Lawoko Zerbo a, devant la barre, nié les faits à lui reprochés.

Pourtant, a indiqué le parquet, il avait reconnu plusieurs de ces faits, contenus dans le procès Search procès verbal établi après audition, lors de l'instruction.

"L'instruction n'est qu'une étape de la procédure. Ce que j'ai dit lors de l'instruction peut être remis en cause si j'estime que mes propos n'ont pas été retranscris de façon fidèle", a expliqué son avocat.

"Quand vous êtes poursuivi pour des faits aussi graves que ceux d'attentat à la sûreté de l'État ou meurtre, vous attendez l'occasion pour vous expliquer sereinement devant votre juge", a-t-il poursuivi.

Selon lui, c'est seulement devant le juge que vérité devra se manifester et tout le monde gagnera à se fier seulement à ce qui se dira devant la barre car il a juré de dire la vérité sur sa participation à ce dossier du putsch.

Pour Me Ambroise Farama, les avocats ont un droit qui est celui de mentir pour se défendre mais il est impossible pour les 84 accusés d'assuré un mensonge cohérent.

"Donc, quoi qu'il advienne nous sommes sûrs et certains que la vérité triomphera. Certains essayerons de mentir mais ce que nous demandons à la justice c'est d'œuvrer de telle sorte qu'au regard des observations qui vont être faites, des réponses qui vont être données, tirer la conséquence de ce qui a pu se dérouler sur le terrain", a-t-il expliqué.

Le procès Search procès continuera ce samedi avec la poursuite de l'interrogatoire du sergent chef Lawoko.

En tout 84 personnes dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé sont poursuivis dans le cadre du putsch manqué Search putsch manqué de septembre 2015, qui avait brièvement renversé les autorités de la transition mise en place après le chute du régime Blaise Compaoré.

Boa, Ouagadougou
 
 
5155 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 29/06/2018
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login