COMMUNIQUÉ
10 Avril 2020
 
 4190 Vues
 
  0 Commentaires
 
 
 
 
Association ADN and Co
Côte d'Ivoire Politique
 
Côte d'Ivoire : La riposte au COVID 19 : une approche par le dépistage sélectif et le confinement participatif et inclusif ?
 
 

La riposte au COVID 19 : une approche par le dépistage

sélectif et le confinement participatif et inclusif ?


Des pistes pour une politique publique adaptée


Cette note traduit les réflexions des membres d’une association humaniste

laïque. Elle se veut une contribution à la définition d’une politique nationale

adaptée de lutte contre le Covid-19. Cependant, les propositions faites ici, dans

les grandes lignes, sont adaptables dans d’autres pays africains.


Depuis plusieurs semaines, le monde entier est secoué par une crise sanitaire inouïe

aux conséquences graves et multisectorielles. En effet, parti de son berceau chinois,

le Coronavirus a touché d’abord les pays les plus intégrés dans la mondialisation

avant d’atteindre les périphéries. Si pour l’heure, les chiffres dans ces périphéries

semblent relativement bas, l’ampleur du mal dans les pays riches, la rapide contagion

du virus, sa létalité en constante progression et, par-dessus tout, les faiblesses

structurelles des systèmes sanitaires et plus largement sociaux des pays en

développement – surtout la modicité des moyens comparés à ceux des pays

éprouvés – font craindre le pire. Il devient donc fondamental pour tous de contribuer

à la réflexion et, mieux encore, à l’action pour freiner le Coronavirus. C’est dans ce

cadre que se situe cette contribution à la compréhension des enjeux sociaux mais

aussi aux réponses que nous pouvons apporter à la menace du COVID-19, en tenant

compte des spécificités socioculturelles de notre pays.


Lutter autrement contre le Covid-19 ?


Dès l’apparition des premiers cas, les autorités ivoiriennes ont pris des mesures

visant à ralentir la progression du virus. Ainsi, le 16 mars, le Conseil National de

Sécurité a annoncé une série de décisions dont l’objectif est de limiter les

déplacements, d’imposer les mesures barrières et de faire accepter la distanciation

sociale. Ces décisions se sont corsées jusqu’à l’instauration d’un couvre-feu,

l’interdiction de certains lieux publics et l’isolement du Grand Abidjan. En réalité, les

mesures prises jusque-là sont conformes aux pratiques universelles du moment. A

ce jour, près de la moitié de la population mondiale est confinée. L’histoire des

épidémies et les succès de la Chine qui semble retrouver la normalité plaident en

faveur des responsables ivoiriens. Ceci encourage certains d’entre nous à plaider

pour un confinement total en Côte d’Ivoire. Il convient d’admettre que dans

l’hypothèse d’une augmentation du nombre de cas positifs au Coronavirus, cette

décision s’avèrerait inévitable.


Pourtant, les réalités socio-économiques de notre pays et, plus largement, de notre

continent amènent à approfondir la réflexion ; à sortir des sentiers battus et à

rechercher un cheminement original aboutissant à des solutions innovantes,

adaptées et réalisables. Les propos de Patrice Talon, Président du Bénin, sur la

question du confinement – en gros, il estime que cette solution ne tient pas compte

de nos réalités – et le coût de la mesure dans les pays développés – prise en charge

des loyers, des factures, garanties de prêts pour les entreprises – donnent à réfléchir.

Quand on ajoute à cela le fait que l’écrasante majorité de notre population vit dans et

de l’informel, que des centaines de milliers d’Ivoiriens vivent dans les quartiers

populaires, des zones de forte concentration d’habitats précaires, il y a de réels

motifs d’inquiétude. Ne verront-ils pas le confinement total comme une entrave à leur

liberté de quête de revenus quotidiens et ne seront-ils pas tentés de protéger la

possibilité quotidienne de s’approvisionner en denrées alimentaires ? De telles

incompréhensions peuvent entraîner des émeutes – inquiétude du gouverneur de

Johannesburg – et transformer des mesures jugées salutaires en crise sociopolitique

bien plus grave que la crise sanitaire.


Dans ce contexte-là, il faut travailler à deux objectifs essentiels. D’abord, trouver les

moyens de nous éviter un confinement général. Ensuite, identifier les conditions du

succès d’un confinement total si cela venait à s’imposer.


En l’absence de traitement et de vaccin, le meilleur moyen de nous éviter un

confinement total, c’est de briser la chaîne de contamination. Cela passe

inévitablement par la sensibilisation, ou disons plus largement la communication. S’il

est important de saluer les initiatives en la matière, des efforts complémentaires sont

nécessaires pour rendre le dispositif encore plus efficace. En situation épidémique,

notre politique de communication doit tenir compte des scènes de la vie sociale au

quotidien surtout dans les villes où le risque de propagation du virus est plus élevé.

La communication de crise doit y être marquée par des actions de proximité sociale.


La communication de proximité devrait emprunter la voie de la mobilisation, au niveau

local, des leaders communautaires et religieux, des stars de la musique et du sport

et solliciter l’implication des grandes entreprises au titre de leur responsabilité

sociale. Elle suppose aussi l’usage des réseaux sociaux surtout pour une

communication en direction de la jeunesse. Pour les quartiers populaires, le recours

au tam-tam, aux griots et l’usage des mégaphones avec des messages dans les

langues locales devrait être envisagé. On doit le faire avec des contenus adaptés et

attractifs. Les informations et les messages doivent être clairs, digestes et parfois

agressifs pour amener les populations à connaître la maladie et prendre la mesure du

risque qui lui est associé.


Communiquer sur le Covid-19 à des agendas et à des fins politiques ne sera que

contre-productif. En revanche, voir les leaders politiques, la main dans la main,

s’investir dans la sensibilisation est une nécessité.


Le porte-à-porte doit être aussi exploité. Des agents du ministère de la santé et de

l’hygiène public, des stars de la musique ou du sport, des intellectuels et des leaders

peuvent être invités à s’impliquer utilement. Il est fondamental d’accentuer la

sensibilisation et la pédagogie par des acteurs et des supports plus parlants.

Ces propositions doivent s’accompagner de la lutte permanente contre les fakes

news. Le chapitre des feuilles de neem est révélateur de l’ampleur de la tâche. En

tout état de cause, il faut assurer une communication fluide et transparente pour

informer tout le monde et éviter la propagation des rumeurs.


L’autre option pour éviter le confinement serait un dépistage massif. Les exemples

coréens et allemands en démontrent l’efficacité. Une telle opération dont le coût

unitaire, évalué à environ 135 euros/personne, serait l’idéal mais financièrement

irréalisable dans nos pays qui n’en ont tout simplement pas les moyens. En attendant

les résultats de la recherche sur le vaccin, et compte tenu de nos ressources limitées,

nous pouvons faire l’option d’une approche mixte combinant dépistage sélectif et

confinement participatif. Le dépistage sélectif consiste à tester systématiquement la

frange de la population particulièrement vulnérables au Covid-19, à savoir : le

personnel de santé, les personnes âgées de plus de 60 ans, les personnes ayant

effectué un séjour dans les pays considérés comme étant des foyers épidémiques

durant les 45 derniers jours ainsi que les personnes vivant avec des pathologies

chroniques telles que le diabète, le cancer, l’hypertension artérielle, le VIH-Sida et

autres maladies auto-immune. Le dépistage systématique de ces catégories de

personne, sans aucune stigmatisation, devrait permettre d’anticiper, en cas de

propagation accélérée du Covid-19, toute détérioration de leur état de santé

susceptible de mettre la pression sur le système de santé déjà fragile.


Un tel dispositif n’empêche pas de se préparer au confinement participatif. Pourquoi

participatif ? Parce que nous incluons autant que faire se peut dans le processus, la

frange de la population en marge des flux d’informations mondiaux sur le Covid-19.

Car, avouons-le, ne pas se préparer à l’éventualité d’un confinement, c’est faire

preuve pour le moins de candeur sinon d’irresponsabilité.


Se préparer au confinement, revient à préparer les populations à cette éventualité.

L’isolement d’Abidjan et le couvre-feu sont déjà des pas ; mais commencer à évoquer

l’éventualité du confinement dans les débats publics est aussi un bon moyen de s’y

préparer. Les leaders politiques et sanitaires, dans leurs efforts de sensibilisation,

doivent pouvoir évoquer cette possibilité en la dédramatisant. Un allongement

progressif des horaires de couvre-feu serait une méthode d’entrée dans un

confinement progressif avant une généralisation.


Tout confinement suppose un accompagnement des couches les plus vulnérables

de la population.


Financer le confinement total des populations : pourquoi et comment ?


L’on ne peut évoquer l’option d’un confinement total sans en envisager les enjeux

financiers. Le confinement ne peut être synonyme de faim et de privation pour la

frange de la population la plus vulnérable. Le devoir de solidarité et de protection de

l’Etat doit obligatoirement s’exprimer à travers des mécanismes de soutien aux

familles à revenus modestes confinées. Cela suppose que la subsistance lors du

confinement éventuel des populations à conditions précaires du Grand Abidjan a un

coût. Il faut donc explorer des pistes de son financement.


Selon les dernières données statistiques dont nous disposons, la population du

Grand Abidjan était d'environ 4,7 millions d'habitants en 2015. Pour tenir compte de

l'évolution démographique de ces 5 dernières années et pour les besoins de cette

note, on retiendra le chiffre de 5 millions d'habitants.


Selon les dernières déclarations du Premier Ministre, le taux de pauvreté en Côte

d'ivoire est de l'ordre de 38 %. Les publications des données démographiques en

2015 faisaient apparaître des taux qui varient entre 47 et 51 %. Si l'on table sur le

taux de 38% annoncé par le Premier Ministre et partant de l'hypothèse que le taux

de pauvreté est plus faible à Abidjan que dans le reste de la Côte d'Ivoire, on peut

estimer - par prudence et pour les besoins de la présente note - sur un taux de 35

%. Toujours selon les données disponibles, le seuil de pauvreté est d'environ 770

fcfa par jour. Sur la base des données indiquées ci-dessus, les populations à

conditions précaires peuvent être évaluées à 1,9 millions d'habitants (5 millions ×

38%) que nous arrondissons à 2 millions. Si le seuil de pauvreté est établi à 770 FCFA

au niveau national, on peut raisonnablement estimer qu'il est le double soit 1500

FCFA par jour dans le Grand Abidjan.


Sur cette base, le coût de financement hors prestations sanitaires du confinement de

ces populations pendant 45 jours peut-être évalué à 135 milliards de FCFA (1500

FCFA×2 000 000×45).


A notre avis, une bonne rationalisation de l'opération associée aux économies

d'échelles qu'on peut raisonnablement attendre d'une telle opération d'envergure

peut conduire à baisser ce coût de 15 à 20%, le ramenant entre 110 et 115 milliards

de FCFA. Bien entendu, cette évaluation comprend essentiellement le coût de

subsistance de ces populations (distribution de bons alimentaires ou de vivres, etc…)

à l'exclusion des prestations de santé et d'hygiène incontournables en de telles

circonstances.


Si effectivement le périmètre contaminé est essentiellement Le Gand Abidjan et la

solution incontournable est le confinement, l'allocation d'un budget de 115 milliards

ne paraît pas déraisonnable.


Son financement peut être assuré par quatre sources possibles et non exhaustives :

- L'État, en conformité avec son rôle régalien d'assurer la protection et le soin

des populations. Il pourra le faire en utilisant tous les leviers à disposition,

notamment le budget national, la levée de Fonds, l'effort des organismes de

prévoyance, A cet égard, il convient de vérifier s'il existe des ressources

disponibles dans l'enveloppe de 1700 milliards annoncée par le Président de

la République


- Les aides bilatérales spécifiques.

- Les contributions multilatérales (Nations Unies, bailleurs de fonds

internationaux.

- Les dons en numéraire et en nature faits par les populations.


Dans ce dernier registre, les individus, les organisations caritatives, les collectivités

territoriales, les associations laïques ou religieuses pourraient trouver un espace

d'expression organisé et structuré. Car l’opération ne sera guère possible sans leur

contribution active.


Sur la base de cette esquisse des enjeux financiers, il est important d’insister sur le

point suivant : l'éventuel confinement des populations à conditions précaires n'a de

sens que si elle repose sur une approche sociologique claire et une bonne

organisation logistique.


Les collectivités territoriales, en s’appuyant sur les ONG et les leaders

communautaires, doivent être au coeur de la préparation et de l’action en cas de

confinement. Elles doivent dès maintenant organiser les cadres de solidarité intracommunale

autour des besoins et des contraintes qui pourraient surgir durant la

phase de confinement. Leurs connaissances de l’environnement et leurs maitrises

des administrés sont des atouts pour y parvenir. Par ailleurs, elles pourront être un

levier intéressant de l’action et de la coordination de l’aide publique voire privée.

En effet, plus que jamais, les cadres de solidarités traditionnelles et sociétales doivent

être mobilisés en faveur des populations les plus vulnérables en cas de confinement.


Dès maintenant, chaque habitant de ce pays, chaque ivoirien doit intégrer qu’il sera

amené à aider voire sauver un frère. Les familles à mesure de faire des provisions ne

doivent pas ignorer que certains vivent sans épargne. Les plus jeunes doivent intégrer

qu’ils doivent protéger les plus âgés, plus exposés, en ne prenant pas de risque par

la défiance des consignes données par les autorités sanitaires. Les entreprises

doivent désormais orienter leurs productions vers l’effort de guerre que nous

mènerons contre le COVID. La production de Gels hydro-alcooliques, de masques,

de lits de réanimation, doivent désormais être une priorité pour nos industriels. La

tâche est immense. Les pouvoirs publics ne pourront y répondre tous seuls. Il faut

retrouver dans les valeurs traditionnelles de notre société, les leviers de la victoire

contre le Coronavirus tout en se tenant prêt à modifier certains de nos habitudes, du

moins, le temps du combat.


Il a été clairement évoqué le rôle central des collectivités territoriales, des ONG, des

agences spécialisées de l'ONU etc... dans la mise en oeuvre du confinement des

populations à revenus faibles à Abidjan. Il été également évoqué la nécessité de faire

appel aux bonnes volontés citoyennes pour la mobilisation des dons de toutes

natures. Pour ce faire, on pourrait créer un "Fonds de solidarité Covid19" dont la

vocation serait de mobiliser et de redistribuer ces dons. Étant entendu que pour des

raisons d'efficacité, la gestion de ce Fonds serait paritaire (secteur public - secteur

privé)


Pour finir, nous voudrions insister une fois encore sur le caractère pernicieux de ce

virus : son invisibilité amplifiée par le nombre important de personnes contaminées

parfois asymptomatiques qui contaminent les autres. Anticiper et devancer la

propagation d’un tel virus sur le terrain nous paraît l’option stratégiquement plus

efficace. A cet effet, un plan de riposte adossé à une bonne approche sociale et

culturelle sera une arme, et la chaine d’union et de fraternité, une méthode efficace

contre cet ennemi invisible. Osons la solidarité. Pensons solidarité contre le COVID-

19 pour une nation encore plus forte.


Association ADN and Co


 
 
 
 

A LIRE AUSSI

 
24 Septembre 2020
Côte d'Ivoire : 75e Assemblée Générale des Nations Unies,...
 
PRESIDENCE CI
Côte d'Ivoire : 75e Assemblée Générale des Nations Unies,...
DÉBAT GÉNÉRAL DE LA 75E SESSIONDE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES---...
 
Côte d'Ivoire   720 Vues    0
24 Septembre 2020
Transformation digitale des entreprises : Orange Business...
 
ORANGE CI
Transformation digitale des entreprises : Orange Business...
Comment transformer son entreprise dans le contexte de la nouvelle normalit...
 
Côte d'Ivoire   303 Vues    0
24 Septembre 2020
Côte d'Ivoire : Déclaration des avocats de Pulchérie Gbale...
 
MAITRE DADJE
Côte d'Ivoire : Déclaration des avocats de Pulchérie Gbale...
DECLARATION DU COLLECTIF DES AVOCATS DE DAME PULCHERIE GBALET & AUTRESN...
 
Côte d'Ivoire   894 Vues    3
 
RHDP
Côte d'Ivoire : Déclaration du RHDP suite à la déclaration...
DECLARATION DU RHDP SUITE A LA DECLARATION DES GROUPEMENTS ET PARTIS POLITI...
 
Côte d'Ivoire   6677 Vues    4
 
MAITRE DADJE
Côte d'Ivoire : Arrestation de Justin Koua, communiqué de...
Le Mercredi 16 Septembre 2020, aux environs de 5 heures du matin, le Procur...
 
Côte d'Ivoire   2541 Vues    1
 
PRESIDENCE CI
Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara aux obsèques du Roi du...
Le Chef de l’Etat a pris part aux obsèques du Roi du Djuablin, à Agnibilékr...
 
Côte d'Ivoire   3449 Vues    0
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : La riposte au COVID 19 : une approche par le dépistage sélectif et le confinement participatif et inclusif ?
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Boycott ou pas, la Présidentielle de 2020 est-elle déja pliée pour la victoire du RHDP dès le premier tour ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Annonce qu'il parlera "sous peu" la semaine dernière et silence, cert...
 
3199
Oui
73%  
 
1028
Non
24%  
 
129
Sans avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement
Divertissements
 
  
Vidéo
  
Jeux Koaci
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter