Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : 500 mille tonnes de riz en stock, Gaoussou Touré rassure, pas de rupture en vue
 

Côte d'Ivoire : 500 mille tonnes de riz en stock, Gaoussou Touré rassure, pas de rupture en vue

 
 
 
 2304 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 13 mai 2020 - 20:42

Gaoussou Touré


Gaoussou Touré, Ministre de la Promotion de la riziculture, assure la population ivoirienne qu'elle est à l'abri d'une pénurie de riz dans cette période de pandémie à Coronavirus.


Car selon l'ADERIZ, la production du riz est estimée à 1,3 millions de tonnez et le pays à un stock de sécurité qui représente 500 mille tonnes.


"Cette quantité va permettre à la Côte d'Ivoire d'être à l'abri d'une quelconque rupture durant la période de la pandémie à Coronavirus," a déclaré, le ministre Gaoussou Touré au cours d'un débat télévisé sur une chaîne privée ivoirienne.


A la question de savoir pouvoir les consommateurs ivoiriens prėfèrent le riz importé par rapport au riz local, il a indiqué que cette situation est liée aux nombres pléthoriques de variétés de riz produites dans le pays.


"Aujourd'hui, c'est tout à fait normal qu'on préfère le riz importé au riz local pour la simple raison que nous avons plus de 150 variétés de riz au niveau de la Côte d'Ivoire, " s'est justifié, le ministre.


 

"Chaque producteur vient avec de petites quantités. A l'usine, on est obligé de mélanger toutes les variétés qu'on trouve pour produire du riz. Donc c'est un riz tout venant dont la qualité n'est pas appréciée," a ajouté, Gaoussou Touré.


Malgré cette situation, le ministre de la Promotion de la riziculture a assuré ses compatriotes que dans deux ans ils préfèreront le riz local au riz importé.


"Grâce à la recherche, il y a plus de 5 variétés qui ont été associées aujourd'hui et qui permettent de produire du riz d'excellente qualité,"a-t-il précisé.


Dans le cadre de la politique nationale arrêtée par le gouvernement ivoirien pour la promotion de la riziculture, Gaoussou Touré a annoncé que plusieurs actions prévues.


«Ce qui est prévu aujourd'hui, c'est de réhabiliter les barrages qui existent. Ensuite, élaborer et mettre en place des projets totalement intégrés. Il faut entendre par cela, l'irrigation, l'aménagement des bassins et l'exploitation, c'est-à-dire apporter tous les appuis qu'il faut aux producteurs en particulier les intrants (engrais, herbicides, insecticides),"a-t-il mentionné.


Le pays sera divisée en pôle de développement rizicole. Actuellement, comme l'a souligné, le ministre, la Côte d'Ivoire en compte une dizaine et elle va passer à 20 pôles pour couvrir l'ensemble du territoire national, d'ici à 2021. 


 

Avec ces changements, il a révélé que le secteur privé sera maintenant le moteur du développement de la riziculture, car l'objectif du gouvernement est de passer d'une riziculture traditionnelle non rentable et non finançable à une riziculture moderne, performante, compétitive, et surtout rentable et durable.


Il a par ailleurs affirmé que du fait qu'il n'y a pas de maîtrise d'eau, les rendements du pays sont très bas et cette situation fait que tous les projets qui ont été mis en place, ont connu des échecs, parce qu'avec la mécanisation, il faut au moins 2,5 tonnes pour rembourser les prestations de services et les intrants alors que les rendements n'ont pas dépassé 1,2 tonnes.


"Aujourd'hui nous parlons de projets intégrés pour qu'on soit à 5 tonnes minimum par hectares et par campagne," a-t-il ajouté.

Gaoussou Touré reconnaît enfin que la mise en œuvre de cette politique permettra d'adresser les problèmes liés au secteur de la riziculture. Problèmes qui, selon lui, sont en grande partie, exprimés par la dépendance de la production locale du riz à la pluviométrie (80% du riz ivoirien est produit grâce à la pluie). 


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement