Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : COVID-19, Fonds de soutien au secteur informel, 2679 acteurs ont déjà bénéficié des subventions forfaitaires gratuites d'un montant de 520 millions de FCFA
 

Côte d'Ivoire : COVID-19, Fonds de soutien au secteur informel, 2679 acteurs ont déjà bénéficié des subventions forfaitaires gratuites d'un montant de 520 millions de FCFA

 
 
 
 3191 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 03 juin 2020 - 17:46


Oguié Sain, président du comité de gestion du Fonds d’appui au secteur informel (FASI) a eu une rencontre avec les acteurs du secteur privé au cours de la 5ème réunion hebdomadaire du Comité Paritaire Technique sur la COVID-19 (CPT/COVID-19).


Il s'est prononcé sur les dispositions mises en place par l’Etat pour accompagner le secteur privé dans le cadre du plan de riposte contre la pandémie de la COVID-19. Au cours de cette rencontre, le Président a affirmé que du jeudi 14 au 28 mai 2020, ce sont 2679 acteurs qui ont bénéficié des subventions forfaitaires gratuites pour un montant total de 520 millions FCFA.


« Après une vague de 1260 bénéficiaires et une autre de 1.119, le vendredi 22 mai, une troisième vague de 400 bénéficiaires ont touché leur chèque ce 29 mai, portant ainsi le nombre à 2679.», s'est-il justifié.


Le Directeur général de l’Economie, par ailleurs gestionnaire du FASI a insisté sur la nécessité d’un tel fonds, d’autant plus que «le secteur informel est un pan important de l’activité économique qui représente entre 35 et 45% du PIB, avec plus de 80% de l’emploi. »


Il estime que de tels acteurs ne doivent pas être abandonnés dans le cadre de la crise sanitaire liée à la pandémie de la COVID-19 que traverse le pays.


Le gestionnaire du Fonds d’appui au secteur informel a rappelé que les dispositifs transitoires sont à la fois consensuels et inclusifs et devraient permettre de sélectionner les bénéficiaires de chaque fonds au travers d’une démarche transparente.


La phase transitoire porte sur un montant de 10 milliards FCFA qui représentent 10% de la dotation du fonds. Il a annoncé que, le mode financier retenu est celui de la subvention forfaitaire et les montants attribués ont été fixés à un maximum de 300.000 FCFA par acteur du secteur informel.


 

«A l’intérieur, quelques déclinaisons sectorielles ont été faites avec des étages de 200.000 FCFA et de 300.000 FCFA. Sur cette base là, on est fondé à intéresser un minimum de 33.000 acteurs du secteur informel.», a précisé le président du comité de gestion.


Selon lui, les secteurs d’activités concernés sont, la restauration, les activités de loisir, les activités culturelles artistiques d’une part, et d’autre part, tout ce qui touche à l’artisanat, l’esthétique, la coiffure et aux métiers textiles.


« L’autre grand domaine d’activités retenu est celui du transport y compris le transport fluvial. Le 4ème grand axe est celui du commerce à travers le commerce de détail. Ces secteurs d’activités sont prioritaires parce qu’ils sont concernés par les mesures de fermeture décidées dans le cadre du Plan de riposte sanitaire. Une attention particulièrement est également accordée aux secteurs d’activités impactés par la distanciation sociale et l’isolement du Grand Abidjan. », a-t-il ajouté.


Pour bénéficier de la subvention, il faut être du secteur informel et exercer une activité légale mais qui ne respecte pas les obligations fiscales et sociales. Prouver qu’on est un acteur impacté négativement par la crise à travers une baisse du chiffre d’affaires ou des recettes.


Les intéressés doivent justifier leur paiement de taxes au niveau des collectivités décentralisées, disposer de justificatifs prouvant l’existence de l’activité avant la pandémie et avoir un plan viable de maintien ou de relance de l’activité. 


Ils doivent aussi être inscrits dans une des bases sectorielles. Enfin, la seconde étape est celle de l’opération en ligne.


 

Pour bénéficier, il faut être géographiquement situé, avoir un contact téléphonique ainsi qu’un compte mobile money, car dans la phase transitoire, tous les transferts se font par le biais du mobile money.


« L’objectif final de cette action, c’est la modernisation de l’économie. Et celle-ci suppose le recul de ce qui est informel afin d’arriver à une part beaucoup plus importante de ce secteur dans l’économie nationale. C’est en cela que le Fonds d’appui au secteur informel vient comme une opportunité pour atteindre cet objectif.», a insisté, Oguié Sain et a au passage exhorté les représentants des faîtières à transmettre des données sectorielles fiables au secrétariat exécutif en vue de faciliter la mission du fonds. 


Il a soutenu que dans le cadre de la phase opératoire, seuls les dons sont attribués et les réflexions se poursuivent aussi bien au niveau des comités internationaux que du comité de gestion pour la mise en place d’un guichet de prêt dont les montants octroyés pourraient atteindre 3 millions FCFA.


Le Président du comité de gestion a précisé que l’Etat ne pourrait pas attribuer de tels montants sans un minimum de garanties en termes d’accompagnement, de suivi de localisation et surtout de la qualité de l’activité qui est menée et de sa pertinence pour l’emmener vers le secteur formel.


Les acteurs du secteur privé ont plaidé qu'au nom de la complémentarité des fonds, les entreprises qui ne pourraient pas bénéficier des fonds des PME soient immédiatement prises en compte dans le cadre du FASI.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement