Sénégal Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
LÂ’assemblée générale des imams de Guédiawaye interdite par le gouverneur de Dakar
 

LÂ’assemblée générale des imams de Guédiawaye interdite par le gouverneur de Dakar

 
 
 
 4905 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 19 décembre 2008 - 15:19

::ph koaci.com Dakar:: LÂ’assemblée générale des imams de Guédiawaye interdite par le gouverneur de Dakar

Les Imams de Guédiawaye, une banlieue de Dakar, commencent à  faire peur au régime en place. Après une marche contre la surfacturation « injustifiée » de la Société nationale dÂ’électricité du Sénégal (Senelec) il y a deux semaines, ils ont voulu durcir le ton en organisant une nouvelle marche et une assemblée générale ce dimanche. Une façon de généraliser la lutte quÂ’ils mènent contre la cherté des factures dÂ’électricité. Mais, cÂ’était sans compter avec le niet de lÂ’autorité administrative. Le gouverneur de Dakar qui a reçu, à  huis clos, les membres du collectif des résidents des quartiers de Guédiawaye a demandé tout simplement aux Imams de renoncer à  leur assemblée générale car, précise-t-il, elle risque dÂ’occasionner des troubles à  lÂ’ordre public.
Cependant, les imams ont affirmé quÂ’ils ne sont pas des hors la loi. Et, ils attendent la notification écrite de lÂ’interdiction de leur assemblée générale pour y renoncer. Ils ont ajouté quÂ’ils vont user dÂ’autres astuces pour continuer la lutte.
Toutefois, le Collectif dirigé par lÂ’Imam Youssoupha Sarr avait indiqué hier, lors dÂ’une conférence de presse, sa volonté dÂ’amener toutes les populations du Sénégal à  se mobiliser dans un cadre citoyen pour amener la Senelec à  baisser sensiblement le prix de lÂ’électricité
CÂ’est pour quoi, ils refusent toujours de payer lÂ’électricité et demandent aux populations de faire pareil. En réalité, le Collectif des résidents des quartiers de Guédiawaye ne veut plus limiter ce refus de payer les factures à  leur espace. Ils veulent que ce mot dÂ’ordre soit respecté par lÂ’ensemble de la population. Ils appellent les citoyens à  prendre leur responsabilité. «Seuls, nous ne pouvons pas faire reculer la Senelec», concède Imam Sarr. CÂ’est pourquoi, il exhorte les autres localités à  épouser leur combat en refusant les surfacturations de la société distributrice de lÂ’énergie au Sénégal. DÂ’ailleurs, lÂ’Imam révèle quÂ’ils reçoivent beaucoup de témoignages de soutien de la part de citoyens indépendants. Mais, il pense que lÂ’heure nÂ’est plus aux encouragements. «Elle est plutôt à  lÂ’action, la meilleure manière de nous aider, cÂ’est de refuser de payer sa facture.»
Cette volonté des Imams dÂ’étendre leur lutte, sur le plan national, nÂ’est pas une simple déclaration dÂ’intention. DÂ’après des informations glanées au sein du collectif, les Imams savent sur qui compter pour vulgariser leurs initiatives.

LÂ’assemblée générale interdite par le gouverneur était destinée à  organiser une nouvelle marche de protestation en collaboration avec dÂ’autres localités.
Et, après cette marche, les Imams promettaient de franchir une nouvelle étape avec «une autre facette de la lutte», si les autorités ne baissent pas les prix de lÂ’électricité.

On rappelle que la manifestation de ces Imams avait valu le limogeage du directeur général de la Senelec Lat Soukabé Fall lundi dernier.
CÂ’est dire donc, à  travers ce combat mené par les imams, quÂ’une nouvelle forme de syndicalisme commence à  voir le jour au Sénégal.


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008