Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Reformes politiques: Le parti de l'Elephant dans l'impasse?
 

Reformes politiques: Le parti de l'Elephant dans l'impasse?

 
 
 
 3493 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 15 avril 2009 - 14:29

::Koaci.com Ouagadougou:: Difficile désormais pour le parti de lÂ’Eléphant de Gilbert Noël Ouédraogo de trouver sa place sur l'échiquier politique Burkinabé:: ::


LÂ’alliance pour la démocratie et la fédération/ rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) vient de faire les frais de la relecture de la loi sur le statu de lÂ’opposition.

Arrivé deuxième aux élections législative de mai 2007, le parti de lÂ’éléphant se positionnait comme le premier parti de lÂ’opposition. Mais ayant battu campagne pour le président Compaoré en 2005, il était difficile pour ce parti de se prévaloir de ce statut. Me Gilbert Noël Ouédraogo a fini par y renoncer et entrer au gouvernement où il séjourne toujours avec deux postes ministériels. En son temps, le président de lÂ’assemblée national Roch Marc Christian avait pris une décision en nommant le président de lÂ’ADF/RDA, chef de lÂ’Opposition. Il avait essuyé une volée de bois vert de la part des autres partis de lÂ’opposition qui ne comprennent pas que le chef de lÂ’opposition siège au gouvernement. Le président de lÂ’ADF/RDA a du y renoncer publiquement du fait arguant que le statut de chef de file était une coquille vide dans la mesure où les mesures dÂ’accompagnement afférent au chef de file nÂ’ont jamais été mis en Âœuvre. Il faut dire que cette loi existait depuis mais nÂ’a jamais été effectivement appliqué.

LÂ’assemblée a donc relu cette loi de 2004 et a clarifié le statut de chef de file de lÂ’opposition. . . Selon la nouvelle loi, lÂ’ADF/RDA ne peut plus se prévaloir de statut de chef de file parce quÂ’étant au gouvernement, malgré ses 14 députés.
Célestin Koussoubé, membre du groupe parlementaire de lÂ’ADF/RDA nÂ’a pas caché sa désapprobation et sa surprise de voir lÂ’assemblée examiné une telle loi. Pour lui, le conseil des ministres qui dÂ’habitude adopte les projets et propositions de loi avant leur examen par les députés, ne lÂ’a pas fait. Réponse du président : « le conseil des ministres avait deux mois pour réagir, passer ce délai, lÂ’assemblée peut se saisir du dossier et cÂ’est ce qui a été fait ».
Bien évidemment lÂ’ADF/RDA a voté contre cette loi. Tel nÂ’a pas été le cas du groupe parlementaire ADJ (alternance- démocratie -justice) que préside Me Sankara. A qui devrait échoir le statut de chef de file de lÂ’opposition si la loi était promulguée dans de bref délais. Me Sankara est déjà  candidat déclaré de lÂ’UNIR/PS contre le président Compaoré pour les élections de 2010.
La question que tous les observateurs se posent est de savoir combien de temps encore lÂ’ADF/RDA va-t-il tenir au gouvernement. Le parti du président nÂ’en veut plus. Tout dépend maintenant du président du Faso qui dans la perspective des élections de 2010 pourrait remanier lÂ’équipe gouvernementale.
Le poste de chef de file de lÂ’opposition, une fois la loi promulguée reviendrait à  lÂ’UNIR/PS de Me Sankara, déjà  candidat officiel pour les élections présidentielles.
LÂ’assemblée nationale a également adopté une loi sur le financement des partis et formations ainsi que des campagnes électorales. Cette loi régit le financement hors campagne et pendant les campagnes électorales. Pourront en bénéficier les partis ayant obtenu 3% des suffrages lors des dernières élections. La barre de 5% avait été proposée initialement, mais le taux a été revu à  la baisse pour avoir plus de partis. Si le législateur était resté sur les 5% seuls le parti au pouvoir, le CDP et lÂ’ADF/RDA auraient partager la cagnotte. LÂ’indexation du montant du financement à  0,25 des recettes fiscales nÂ’est pas passée. Le gouvernement nÂ’y tenait pas. Il a obtenu que le texte de la loi se contente « dÂ’une ligne de crédit annuelle ».



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008