Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
 Diamants, Cacao et trafic en tous genres, comment les forces nouvelles pillent le nord
 

Diamants, Cacao et trafic en tous genres, comment les forces nouvelles pillent le nord

 
 
 
 7174 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 20 avril 2009 - 21:36

::Koaci.com Abidjan :: Le diamant comme le cacao et le coton a fait l'objet d'un énomre trafic organisé par certains cadre des forces nouvelles:::

Les faits ne passent pas inaperçus. Les forces nouvelles (FN) depuis le début la crise se livrent à  un pillage systématique des zones sous leur contrôle. Des trafics qui rapportent des milliards aux forces nouvelles chaque année. « Si le montant de chaque droit prélevé sur les particuliers ou les sociétés peut, au maximum, atteindre plusieurs centaines de milliers voire quelques millions de francs CFA, ces taxes sont si nombreuses et si répandues dans le nord de la Côte dÂ’Ivoire que le revenu total quÂ’en retirent les éléments des Forces nouvelles se chiffre certainement en milliards de francs CFA chaque année », indique un récent rapport des enquêteurs de lÂ’ONU qui situe sur lÂ’ampleur de lÂ’enrichissement des forces nouvelles.

Les forces nouvelles ont installé des postes à  « racket » sur toutes les routes. Le montant des taxes varient selon le commerce et la capacité financière du client. Ainsi sur lÂ’axe Ouangolodougou –Korhogo, les forces nouvelles prélèvent sur chaque personne la somme de mille francs CFA. « Les Forces nouvelles à  Ouangolodougou ont aussi fixé le prix de la licence dÂ’exploitation de camions, pour les véhicules qui passent régulièrement dans la zone, à  25 000 francs CFA par mois par camion. Elles prélèvent aussi un droit de 5 000 francs CFA sur chaque camion qui passe le poste de contrôle », indique le document.

Les entreprises exerçant dans la coton culture ont payé le prix fort cette année. « En décembre 2008 par exemple, plusieurs commandants des Forces nouvelles ont formé un comité pour harmoniser les droits à  prélever sur les exportations de coton brut dans le nord-est. Le comité a exigé que chaque société de coton verse 80 millions de francs CFA (environ 160 000 dollars des États-Unis) pour la campagne 2008-2009 ». Des droits semblables ont été exigés aux entreprises en activité dans la production de noix de cajou.

Mais le trafic du diamant et du cacao reste de loin, le secteur qui procure le plus de sous et qui a fait la fortune des cadres des FN. Concernant le diamant, le rapport note que les enquêteurs se sont évertués à  identifier les personnes et les entités qui facilitent le trafic. « Conscient que le commerce des diamants peut alimenter le conflit en Côte dÂ’Ivoire, le Groupe sÂ’est attaché à  identifier les personnes et les entités qui participent au commerce du diamant ivoirien, le facilitent et en bénéficient », a montré le rapport. Même si le rapport ne cite pas les auteurs du trafic au sein des forces nouvelles des noms circulent dans les couloirs de lÂ’organisation. Il sÂ’agirait principalement de Moussa Dosso et Konaté Sidiki le ministre du tourisme et de lÂ’artisanat. Les deux ministres du gouvernement Soro seraient à  la base dÂ’un trafic dans lequel bien dÂ’autres personnalités ne seraient pas étrangers.

Sur le diamant, le groupe note que le trafic sÂ’est accru dans les zones sous contrôle des forces nouvelles avec des sites non déclaré à  Bouna, Téngrela Boundiali. A Séguéla, le Groupe a observé des activités dÂ’extraction de diamants dans les villages de Bobi, Diarabana, Wongue, Teneforo et Forona.

Le cacao rapporte aussi que le diamant peut être plus. « Dans le cas du cacao, elles prélèvent des droits de 300 000 à  1 million de francs CFA sur tout chargement de 40 tonnes. Les Forces nouvelles perçoivent aussi une taxe dÂ’exploitation pouvant atteindre 50 000 francs CFA par camion. Ces taxes viennent sÂ’ajouter aux droits que les sociétés de cacao versent aux groupements de production de cacao au lieu de production. Ainsi, par exemple, tout camion transportant du cacao de Vavoua vers le nord-est de la Côte dÂ’Ivoire doit payer des taxes dÂ’exploitation en plus des droits déjà  versés au groupement de production de Vavoua. En outre, chaque camion qui traverse une grande ville paie une taxe dÂ’un montant de 1 000 à  5 000 francs CFA aux unités des Forces nouvelles. Sur le trajet Man-Korhogo, par exemple, les taxes de passage atteignent 55 000 francs CFA (11 postes de contrôle des Forces nouvelles au total) » ont constaté les enquêteurs onusiens.

Les experts du conseil de sécurité ont fait remarquer que le partage de tous ces gains est à  la base de fortes tensions entre les chefs de guerre. A titre exemple récemment la bagarre qui a éclaté entre les éléments des forces nouvelles à  Ferké la ville natale du premier ministre Guillaume Soro. « Les commandants de zone des Forces nouvelles se disputent lÂ’accès aux droits perçus sur les ressources naturelles. Le Groupe a été informé de divers exemples de désaccord, dont lÂ’un survenu début 2009 entre les commandants de zone de Ouangolodougou-Diawala et de Ferkessédougou ».

Afin de se faire une idée précise des revenus des forces nouvelles, le groupe a rencontré le secrétaire national à  lÂ’économie et aux finances des forces nouvelles, Moussa Dosso. Il lui a été demandé des informations détaillées concernant les revenus et les dépenses des Forces nouvelles pour la période 2004-2008 ainsi que le budget des Forces nouvelles pour 2009. « Au cours de la rencontre, M. Dosso a donné les grandes lignes de la structure financière des Forces nouvelles et est convenu de faire de son mieux pour fournir les informations demandées au Groupe » ont mentionné les enquêteurs dans leur rapport. Il faut maintenant espérer que la bonne volonté affiché du ministre se concrétise.


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vous inquiète-t-elle?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Bilan de Ouattara, prenez vous au serieux les critiques de Guillaume S...
 
1032
Oui
42%  
 
1382
Non
56%  
 
36
Sans Avis
1%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008