Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Conseil de sécurité, Voici un extrait du rapport de Choi sur la situation en Côte dÂ’Ivoire
 

Conseil de sécurité, Voici un extrait du rapport de Choi sur la situation en Côte dÂ’Ivoire

 
 
 
 4076 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 29 avril 2009 - 13:32

::Koaci.com Abidjan:: Young-Jin Choi le représentant spécial de Bankimoon en Côte d'ivoire::

Le représentant spécial du secrétaire général des nations unies en Côte dÂ’ivoire a présenté son dernier rapport sur la Côte dÂ’ivoire hier devant le conseil sécurité de lÂ’ONU. Choi croit à  la volonté des acteurs politiques de sortir le pays de la crise dans laquelle elle est plongée depuis septembre 2002. Mais il exprime aussi ses regrets et manifeste son agacement sur lÂ’essoufflement dans la mise en Âœuvre de lÂ’accord de Ouaga (APO) signé le en mars 2005 entre le camp présidentiel et les ex rebelles des forces nouvelles. Extrait.

35. Dans mon dernier rapport, je me suis félicité de lÂ’adoption, le 22 décembre 2008, du quatrième accord complémentaire de lÂ’Accord de Ouagadougou qui fixait le calendrier pour lÂ’achèvement, avant les élections, des principales opérations en vue de la réunification du pays, dont le rétablissement de lÂ’autorité de lÂ’État sur lÂ’ensemble du territoire, le désarmement des ex-combattants, le démantèlement des milices et la réintégration des éléments des Forces nouvelles remplissant les conditions requises dans les forces de défense et de sécurité ivoiriennes.

36. Je regrette que la mise en oeuvre des principaux éléments du quatrième accord complémentaire ait marqué le pas. Si elles étaient menées à  bien, les opérations définies dans cet accord jetteraient les bases dÂ’une paix et dÂ’une stabilité durables en Côte dÂ’Ivoire et créeraient des conditions propices à  la tenue, dans un climat de sécurité, dÂ’élections présidentielles crédibles. JÂ’encourage vivement les signataires de lÂ’Accord de Ouagadougou, sous la direction compétente du Facilitateur, le Président du Burkina Faso, M. Compaoré, de faire preuve de la détermination et de lÂ’engagement nécessaires pour trouver les moyens de surmonter les obstacles qui subsistent lors de cette dernière étape du voyage menant à  la réunification du pays.

37. JÂ’accueille avec satisfaction les initiatives que les Présidents Compaoré et Gbagbo ainsi que le Premier Ministre Soro ont pris ces dernières semaines pour intensifier les consultations avec tous les intéressés, et jÂ’engage toutes les parties prenantes à  se mettre dÂ’accord sur les modalités, notamment lÂ’établissement dÂ’un calendrier réaliste pour la mise en oeuvre des programmes de réunification et de rétablissement de lÂ’autorité de lÂ’État, en particulier en mettant lÂ’accent sur lÂ’intégration des éléments des Forces nouvelles remplissant les conditions requises dans la nouvelle armée, le désarmement, la démobilisation et la réintégration
crédibles des ex-combattants et le démantèlement des milices ainsi que le transfert total et effectif du pouvoir des commandants de zone des Forces nouvelles au corps préfectoral.

38. Par ailleurs, je suis vivement encouragé par les progrès considérables réalisés dans les opérations dÂ’identification et dÂ’inscription sur les listes électorales, et jÂ’engage la Commission électorale indépendante et les opérateurs techniques à  continuer de sÂ’employer à  mener à  bien ces opérations cruciales. Malgré les difficultés redoutables sur les plans technique et logistique, qui ont été en partie surmontées grà¢ce à  lÂ’assistance offerte par lÂ’ONUCI et dÂ’autres partenaires internationaux, les opérations dÂ’identification et dÂ’inscription sur les listes électorales ont permis de recenser 5,9 millions de personnes, ce qui représente un succès important. SÂ’il faut franchir encore des étapes critiques sur la voie devant conduire à  la tenue dÂ’élections crédibles et transparentes avant la fin de 2009, y compris la publication des listes électorales provisoire et définitive, la production et la distribution des cartes dÂ’identité et dÂ’électeur et lÂ’organisation de la campagne électorale, jÂ’estime quÂ’il faut redonner un nouvel élan au processus électoral afin dÂ’accélérer lÂ’achèvement de ces opérations cruciales, et de mettre ainsi en place les éléments techniques indispensables pour permettre la tenue des élections avant la fin de cette année.

39. Il importe maintenant que la Commission électorale indépendante publie sans plus tarder un calendrier réaliste et détaillé pour les élections, assorti dÂ’objectifs dÂ’étapes clairement définis. Je tiens à  souligner à  cet égard combien il importe de fixer des échéances précises pour les cinq principales étapes (établissement de la liste électorale provisoire et de la liste électorale définitive, production des cartes dÂ’identité et dÂ’électeur ainsi que leur distribution, préparation de 11 000 bureaux de vote et campagne électorale officielle) définies par mon Représentant spécial, ces étapes étant essentielles pour assurer la transparence et lÂ’efficacité du processus
électoral et sa bonne planification. Les signataires de lÂ’Accord de Ouagadougou et de ses accords complémentaires doivent, pour leur part, honorer les engagements quÂ’ils ont pris en vue de régler les questions de réunification en suspens, car celles ci seront cruciales pour créer les conditions nécessaires à  la tenue, dans un climat de sécurité, dÂ’élections crédibles et transparentes.

40. Les parties ivoiriennes, notamment les principaux dirigeants de lÂ’opposition et le Facilitateur, doivent mettre à  profit lÂ’élan politique donné par la signature de lÂ’Accord de Ouagadougou et préserver les acquis. Les principaux obstacles ont déjà  été surmontés grà¢ce à  la poursuite du dialogue entre les parties qui ont la maîtrise du processus de paix, ce qui a permis de rétablir la liberté de mouvement, dÂ’améliorer sensiblement les conditions de sécurité sur lÂ’ensemble du territoire et dÂ’enregistrer des progrès remarquables dans les opérations dÂ’identification et dÂ’inscription sur les listes électorales. Je ne doute pas que le Président Gbagbo et le Premier Ministre Soro, ainsi que les autres principales parties prenantes en Côte dÂ’Ivoire, sÂ’efforceront, avec le soutien constant du Facilitateur, dÂ’éviter de plonger le processus de paix dans une impasse prolongée, qui saperait la confiance et représenterait un gaspillage du temps et des ressources que le peuple ivoirien a investis dans la recherche dÂ’une solution à  la crise en Côte dÂ’Ivoire. Dans ce cas, les dirigeants et le peuple ivoiriens peuvent compter sur le soutien constant de lÂ’Organisation des Nations Unies, et en particulier de mon Représentant spécial, quidemeurera à  leurs côtés pour les aider à  surmonter les difficultés dÂ’ordre technique
et logistique.

41. En revanche, si le processus sÂ’essouffle et si les difficultés et obstacles décrits plus haut ne sont pas levés dans le courant de 2009, on court le risque de voir sÂ’installer un statu quo qui durerait beaucoup trop longtemps. Dans lÂ’éventualité où les parties ne parviendraient pas à  régler leurs différends actuels et où lÂ’incertitude subsisterait quant à  une nouvelle date pour les élections, lÂ’avenir du pays en pà¢tirait et le peuple ivoirien continuerait de souffrir inutilement. La Côte dÂ’Ivoire a besoin dÂ’urgence dÂ’élections crédibles et transparentes qui mettront fin aux dispositions transitoires actuelles et conféreront au gouvernement élu la légitimité requise pour tirer parti des progrès réalisés jusquÂ’ici dans le processus de paix et oeuvrer en faveur de la stabilité et du relèvement à  long terme du pays avec le soutien de la
communauté internationale.

42. Malgré la lenteur des progrès accomplis en vue dÂ’organiser des élections et les divergences des parties quant à  la manière de régler les problèmes ayant trait à  la réunification du pays, la Côte dÂ’Ivoire nÂ’a dans lÂ’ensemble pas cessé de déployer des efforts soutenus pour se relever du conflit depuis la signature de lÂ’Accord de Ouagadougou. On assiste à  une reprise économique, le Gouvernement est désormais en mesure de financer la plupart des dépenses liées au processus de paix et les institutions nationales se montrent de plus en plus capables de mettre en oeuvre ledit Accord. À cet égard, si la situation en matière de sécurité continuait de sÂ’améliorer dans les mois à  venir et si les opérations de réunification et les préparatifs en vue de la tenue des élections marquent des progrès, il faudra consulter les parties afin de déterminer les domaines sur lesquels concentrer lÂ’assistance de lÂ’ONUCI. Sur la
base de ces consultations et de lÂ’évaluation du Secrétariat, jÂ’ai lÂ’intention de proposer au Conseil de sécurité dans mes futurs rapports dÂ’éventuels ajustements du rôle et de la configuration de lÂ’ONUCI.

43. En attendant, la Mission continuera de renforcer le climat de paix qui règne dans le pays grà¢ce à  sa présence dissuasive, de surveiller les violations des droits de lÂ’homme et de réaliser les enquêtes nécessaires, en vue dÂ’appuyer les efforts visant à  mettre un terme à  lÂ’impunité et plus particulièrement à  aider à  lutter contre la violence à  lÂ’égard des femmes et des enfants et contre tous les incidents qui compromettent la sécurité du processus électoral. JÂ’invite les parties ivoiriennes à  mettre en place les mesures de confiance requises pour prévenir les violations des droits de lÂ’homme, en particulier la violence au cours des élections qui risquerait de nuire à  la crédibilité des résultats.

44. Pour conclure, je voudrais exprimer ma gratitude à  mon Représentant spécial pour la Côte dÂ’Ivoire, M. Young-jin Choi, et à  lÂ’ensemble du personnel militaire et civil et des fonctionnaires de police de lÂ’ONUCI, qui continuent résolument à  appuyer le processus de paix. Je suis également reconnaissant au Facilitateur du processus de paix en Côte dÂ’Ivoire, le Président du Burkina Faso, M. Blaise Compaoré, et à  son représentant spécial à  Abidjan, M. Boureima, des efforts quÂ’ils déploient inlassablement. Enfin, je remercie tous les pays fournisseurs de contingents et dÂ’effectifs de police, la Communauté économique des États de lÂ’Afrique de lÂ’Ouest, lÂ’Union africaine, les organismes, fonds et programmes des Nations Unies, les organisations humanitaires et les donateurs bilatéraux et multilatéraux, ainsi que les organisations non gouvernementales internationales et locales, de leurs contributions importantes au rétablissement de la paix et de lastabilité en Côte dÂ’Ivoire.


 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Politique
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux,...
 
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux, et me prépare à  vous retrouver très vite»
Politique
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 dét...
 
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 détenus de droit commun et réitère la réforme de la CEI pour 2020, intégralité du discours
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider pour consolider la paix et l'unité du pays
Politique
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider po...
Cameroun il y a 7 mois
 
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées contre Alain Lobognon
Politique
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées c...
Côte d'Ivoire il y a 7 mois
 
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, seuls 7 candidats admis d'office, 3 reçus au 2nd tour et 19 ajournés
Politique
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, s...
Sénégal il y a 7 mois
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Conseil de sécurité, Voici un extrait du rapport de Choi sur la situation en Côte dÂ’Ivoire
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
yadama
Avec des termes diplomatiques, le secrétaire général de l'ONU reconnait que les accords complémentaires de l'APO sont des marchés de dupes. Ils visent à  nous endormir et déplacer les problèmes et priorités pour gagner du temps et continuer de s'enrichir sans se soucier de la population qui souffre chaque jour un peu plus
 
 il y a 10 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Gabon: Remis après son AVC, Ali Bongo vous apparait il désormais apte à bien présider le pays?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: DJ Arafat était il véritablement un exemple pour la jeunesse ivoirienn...
 
721
Oui
22%  
 
2511
Non
75%  
 
98
Sans Avis
3%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008