Sénégal Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Pour un simple contrôle de permis, le gendarme flingue mortellement un chauffeur
 

Pour un simple contrôle de permis, le gendarme flingue mortellement un chauffeur

 
 
 
 3678 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 12 août 2009 - 19:47

::Koaci.com Dakar::

Les sociologues auront bien raison de dire que la mort devenue banale pour la société. Cette histoire entre un gendarme et un chauffeur en est une illustration. Les populations de Joal (70km de Dakar), ville natale du premier président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor ont, en plein jour, été alerté dan la peur et la stupéfaction de la mort du chauffeur, Sangoné Mbaye. En fait, tout serait parti dÂ’un « simple contrôle de routine » de lÂ’homme de tenue, Gora Guèye, mercredi matin au Port de pêche de Joal, réputé dense pour ses activités de pêche artisanale.

Des informations rapportent que le gendarme a interpellé, sur un ton guerrier le nommé Sangoné Mbaye, lui demandant son permis de conduire et de salubrité, un document autorisant le transport de poisson. Le jeune chauffeur, visiblement surpris, a alors prié au gendarme de patienter, le temps de chercher les documents en question. Las dÂ’attendre, le gendarme a soupçonné une parodie de vérification. Ainsi sÂ’en est suivie une vive altercation entre les deux hommes. Les nerfs de lÂ’homme de tenue ayant chauffé, il se rabat sur son « recours » mortel.
Les témoignages poursuivent que cÂ’est à  ce moment que le contrôleur, comme déchaîné, a sorti son arme de son colt pour tirer sur le chauffeur.

Les spectateurs de la scène macabre, pris dans lÂ’émoi, auraient tenté dÂ’évacuer Sangoné Mbaye vers lÂ’hôpital de Thiès (à  quelques encablures de Joal), mais il rendra lÂ’à¢me en cours de route. Les chauffeurs de la localité ont, alors, cessé leurs activités pour se rendre à  la brigade de gendarmerie de Joal.
En voilà  un autre meurtre de la part des hommes de tenue, après ceux commis par des policiers dans les violons des commissariats de police. Cette affaire ne manquera sûrement pas de déterrer les critiques des citoyens et des organisations des droits de lÂ’homme.

Récemment le chef de lÂ’Etat accusait le régime socialiste de « crimes non élucidés », répondant à  celui de lÂ’ancien vice-président du Conseil constitutionnel, Me Babcar Sèye en 1995. Un meurtre dont les faits ont été amnistiés depuis 2005. Sans compter les actes de torture perpétrés souvent par la police et la gendarmerie, dont les plus récents remontent en 2008, sur de journalistes. Quelle suite sera accordée à  cette affaire Sangoné Mbaye ? Wait and see !


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Loi sur la CEI, pour vous le président de la comission de l'Union Africaine parle t'il au nom de l'Union Africaine?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Bilan de Ouattara, prenez vous au serieux les critiques de Guillaume S...
 
1032
Oui
42%  
 
1382
Non
56%  
 
36
Sans Avis
1%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008