Afrique Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Où sont les soutiens de Dadis ?
 

Où sont les soutiens de Dadis ?

 
 
 
 3925 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 29 septembre 2009 - 17:15

::Koaci.com Dakar:: Moussa Dadis Camara risque de se retrouver bien seul après les horreurs du lundi 28 septembre orchestrées par le CNDD::

De toutes les réactions attendues, suite au carnage guinéen du 28 septembre, celle du Sénégal était la plus guettée. Eh bien, Dakar a (enfin) ouvert la bouche à  travers un communiqué. Et, cÂ’est pour condamner «avec la plus grande fermeté ces actes odieux qui sont de nature à  compromettre la paix, la sécurité et la transition démocratique en Guinée, souhaitées par le Sénégal et la communauté international».

La position du Sénégal ne pouvait en être autrement par rapport à  cette tragédie guinéenne qui, selon le dernier bilan de la Croix rouge locale, fait plus dÂ’une centaine de morts. Au lendemain du putsch du 23 décembre, le Président sénégalais a été le seul, avant le colonel Kaddafi, à  avoir soutenu son «fils», Dadis Camara, déclarant même quÂ’il ne sÂ’agit pas de coup dÂ’Etat. Depuis, ces nombreuses visites et déclarations ont toujours été interprétées comme étant un soutien «sans faille» à  la junte et à  son chef.

Le guide libyen a été le premier parmi ses pairs africains à  se rendre en République de Guinée pour afficher son appui matérialisé par un «don» dÂ’un 4x4 blindé au chef de la junte. Qui plus est, en sa qualité de président en exercice de lÂ’Union africaine depuis février, Kadhafi nÂ’a guère surpris par sa position. Car, cÂ’est dans la veste de roi des rois dÂ’Afrique quÂ’il a déclaré à  Nouakchott que le continent nÂ’a pas besoin de démocratie, soutenant ainsi, le putschiste du 6 août 2008, le Général Ould Abdel Aziz, aujourdÂ’hui président «démocratiquement élu».

A côté, lÂ’Union africaine, la Cedeao et la communauté internationale condamnaient les plus que probables intentions de Dadis de se présenter à  la Présidentielle de janvier 2010, comme elles lÂ’avaient fait au lendemain du coup dÂ’Etat de décembre dernier. Le président du Conseil national pour la démocratie et le développement (Cndd) lui-même a affirmé que Kadhafi et Wade sont avec lui.

Mais aujourdÂ’hui, le massacre du 28 septembre 2009 a laissé un capitaine esseulé par ses soutiens proclamés. Wade nÂ’a pas fait dans le parallélisme des formes en se prononçant personnellement sur la tragédie humaine de lundi. Même si son porte-parole lÂ’a fait à  sa place.

Kadhafi, lui, est plus préoccupé par une Otan des pays du Sud à  laquelle il a appelle au forum Amérique du Sud-Afrique au Vénézuela. Dadis se libère de sa solitude à  travers les médias- même occidentaux- pour plaider non coupable. Alors que la Cedeao nÂ’exclut pas de le traduire, tout comme son armée « qui échappe à  (son) contrôle », devant la Cour pénale internationale (Cpi). Qui pour sauver Dadis ?


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en vue de la présidentielle de 2020 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue...
 
2373
Oui
81%  
 
435
Non
15%  
 
131
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008