Côte d'Ivoire Tribune
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Sommet de Copenhague sur lÂ’environnement.
 

Sommet de Copenhague sur lÂ’environnement.

 
 
 
 4191 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 15 décembre 2009 - 18:02

::Koaci.com Koacinaute::Face aux hésitations des grandes puissances.::

M. Mamadou Traoré (Directeur des politiques communautaires de développement durable) révèle : « les experts ont prédit pour lÂ’année 2010 une augmentation du degré de chaleur ! »

Le sommet de Copenhague réunissant des délégués de différents pays ,traverse une crise en raison des positions divergentes entre les pays industrialisés et les pays pauvres pour la plupart africains : Les pays africains reprochant aux nations développées leur manque dÂ’engagement dans la réduction dÂ’émission des gaz à  effet de serre.
Cette hésitation à  soulager la planète terre inquiète les politiques chargés du développement durable. Selon lÂ’un des responsables, chargé de lÂ’intégration africaine M. Mamadou Traoré, les experts sont formels sur le réchauffement du continent africain : « les pays africains subiront encore une chaleur ! »
Directeur des politiques communautaires de développement durable au ministère de lÂ’intégration africaine, M. Mamadou Traoré définissant le rôle et les objectifs dudit ministère, tire la sonnette dÂ’alarme que représente la menace de la pollution mondiale sur la sécurité alimentaire mondiale notamment africaine.


Quel rôle joue le ministère de lÂ’intégration africaine ?

Le ministère de lÂ’intégration africaine est un ministère qui a pris naissance lors de lÂ’installation du premier gouvernement créé à  partir de la crise du 19 septembre 2002 .Il a pour rôle essentiel de conduire les décisions prises par les organisations communautaires telles que la CEDEAO ,lÂ’UA (Union Africaine).Il a pour but de coordonner au compte de lÂ’Etat de Côte dÂ’Ivoire toutes les décisions prises, faire en sorte quÂ’elles soient appliquées dans chaque Etat car nÂ’oubliez pas que chaque jour que nous avançons, le monde se regroupe en communautés économiques .Vous avez vu aujourdÂ’hui la force de lÂ’Union européenne .Nous voulons tendre vers cela .Et vous savez quÂ’un pays ne peut pas se développer seul .Il faut que tous les pays se mettent ensemble .CÂ’est à  ce niveau que les chefs dÂ’Etat ont vu la pertinence de créer des ministères dÂ’intégration africaine afin quÂ’ils puissent être les coordonnateurs de ces grandes politiques africaines et régionales pour aboutir à  des résultats au niveau du développement de chaque Etat .Voici brièvement résumé ce que cÂ’est que le ministère de lÂ’intégration africaine.

Quels sont les objectifs visés par le ministère de lÂ’intégration africaine ?

Les objectifs sont nombreux :
DÂ’abord au niveau économique :le ministère de lÂ’intégration africaine a pour objectif de conduire le processus économique sur le plan régional et africain afin que toutes nos économies soient liées .Et cÂ’est à  ce titre que nous conduisons les APE (accord de partenariat économique) pour permettre à  chaque Etat et à  la communauté dÂ’harmoniser son économie .
Sur le plan politique, le ministère de lÂ’intégration essaie dÂ’apporter un appui politique à  chaque Etat lorsquÂ’il yÂ’a des conflits .Vous avez vu à  un moment donné, lorsque la crise ivoirienne a commencé, nous avons eu lÂ’appui de la CEDEAO pour nous aider.
Au niveau social et culturel, le ministère mène beaucoup dÂ’actions qui permettent à  la Côte dÂ’Ivoire dÂ’être toujours présente et quÂ’elle puisse bénéficier des retombées des politiques régionale et africaine.
Le ministère de lÂ’intégration africaine oeuvre afin que les peuples africains vivent en harmonie en Côte dÂ’Ivoire car vous savez que la richesse de la Côte dÂ’Ivoire vient certes des ivoiriens mais aussi des communautés étrangères que nous accueillons .Ces communautés doivent être à  lÂ’aise et quÂ’elles puissent investir dans notre pays.

Lors dÂ’un récent séminaire à  Yamoussoukro, vous avez abordé le problème de la dégradation de lÂ’écosystème africain qui a une répercutions néfaste sur lÂ’agriculture.
Quels sont les points que vous avez arrêtés ?

Nous avons préparé une conférence sur lÂ’agriculture le mois dernier à  Abudja .Cette conférence sÂ’est penchée sur le financement de lÂ’ECOWAS, la politique agricole commune de la CEDEAO .Des documents ont été élaborés et devant être validés, ont été présentés aux bailleurs de fonds européens pour le financement de lÂ’agriculture africaine. LÂ’agriculture ne peut aujourdÂ’hui se développer sans le climat. Raison pour laquelle des problèmes liés à  la sécurité alimentaire et au changement climatique ont été évoqués.
Bref, cette conférence avait pour but de préparer la conférence internationale sur lÂ’ECOWAS, la conférence des chefs dÂ’Etat sur le sommet de la FAO concernant la sécurité alimentaire et également la conférence actuelle sur le sommet de Copenhague qui porte sur les changements climatiques.

A propos du sommet de Copenhague, pensez vous que les pays africains sont écoutés par les grandes puissances et quelles sont leurs chances de voir leurs préoccupations prises en compte ?

Les pays africains sont en tout cas présents et ont posé leurs préoccupations.
Les pays africains sont les premières victimes des changements climatiques entraînant ainsi des inondations. AujourdÂ’hui, de nombreux pays africains sont les premières victimes dÂ’inondations du fait des changements climatiques
Le paysan africain nÂ’arrive plus à  maîtriser son environnement à  cause du changement climatique .Il nÂ’arrive plus à  maîtriser le temps qui lui permet de produire ; ce qui joue beaucoup sur les produits alimentaires.
Ensuite, du fait que nous sommes des pays chauds, les experts ont prédit pour lÂ’année 2010 une augmentation du degré de chaleur. DÂ’où les pays africains subiront encore cette chaleur avec tous les effets négatifs .Fort de tout cela, nous sommes victimes parce que nÂ’étant pas de grands pollueurs alors que les effets du changement climatique sont les conséquences de la pollution .Et les gros pollueurs sont en Europe.
Et comme nous les pays africains subissons la politique des gros pollueurs, nous avons donc décidé que ces pays industrialisés payent une compensation afin que nous puissions aider nos populations contre les changements climatiques .Voilà  la position défendue par tous les pays africains présents au sommet de Copenhague.
Les pays africains demandent également que les gros pollueurs réduisent leurs taux de pollution afin que nos enfants, nos générations survivent demain. Voilà  lÂ’objectif visé par les pays africains.

Avez-vous lÂ’assurance que ces préoccupations seront prises en compte avant la fin de ce sommet ?

CÂ’est vrai quÂ’il yÂ’a de petites dissensions entre les pays africains et les pays industrialisés :des pays africains victimes des changements climatiques commencent à  donner de la voix .Nous pensons que ,comme les pays du Nord ont décidé dÂ’arrêter une décision finale le 18 décembre et quÂ’ils ont été suffisamment sensibilisés et quÂ’ils prendront des décisions courageuses pour aider les pays africains à  sÂ’en sortir parce que quelque soit alpha ,nous pays africains avons quelque chose à  apporter à  lÂ’Europe .

Si nous nÂ’arrivons pas à  sauvegarder nos ressources naturelles et nos populations ,cÂ’est sûr et certain que ces pays développés ne pourront pas bénéficier des conditions climatiques favorables .Peut être que nous ne serons pas écoutés suffisamment comme nous le voulons parque faibles économiquement .Mais il faut être sûr que quelques préoccupations seront tout de même prises en compte .Nous attendons donc les conclusions de Copenhague mais déjà  au vu de ce que nous constatons ,au vu de la mobilisation autour de ce sommet ,nous pensons que lÂ’Afrique ne sera pas oubliée.
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008