Bénin Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Les députés rejettent le budget, Yayi prend une ordonnance
 

Les députés rejettent le budget, Yayi prend une ordonnance

 
 
 
 3490 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 04 janvier 2010 - 23:15

::Koaci.com Cotonou::Boni Yayi devant la représentation nationle ce 29 Décembre 2009::

Les honorables députés de la cinquième législature ont systématiquement rejeté le budget général de l'Etat exercice 2010 par 45 voix contre, 36 pour et 0 abstention. Dès lors le Président de la République se devait de réagir pour doter le Bénin dÂ’un Budget pour la nouvelle année.

CÂ’est par 45 voix contre, 36 pour et 0 abstention que les parlementaires de la cinquième législature ont refusé de voter le budget de lÂ’Etat exercice 2010. Un vote qui nÂ’a eu de sens de rejet quÂ’avec le soutien dÂ’un certain nombre de députés de la mouvance à  lÂ’opposition. Ce qui montre la désunion qui siège actuellement au sein de la mouvance présidentielle. Mme Rosine Soglo, présidente de la Renaissance du Bénin (Rb), a fait tout ce qui est de son pouvoir pour sauver le budget général de l'Etat exercice 2010. Elle a fait le travail de lobbying nécessaire pour convaincre ses collègues de l'opposition afin que ce budget soit voté. Mais vainement. Aucun de ses efforts n'a abouti. Malgré son vote et celui de Justine Chodaton en faveur du budget, celui-ci a été purement et simplement rejeté par 45 voix contre, 36 pour et 0 abstention. Dans une ordonnance et selon les constituants, le chef de lÂ’Etat donne pouvoir à  lÂ’exécution de ce budget rejeté par la représentation nationale. Pour lui, cette décision de rejet ne me donne pas la possibilité d'envisager l'alternative du douzième provisoire, le projet de budget ayant été déposé dans les délais constitutionnels. Or toute Nation moderne et organisée doit disposer dès le premier jour de l'année budgétaire d'une loi de finances.
«C'est pourquoi, eu égard aux conséquences du rejet de cette loi de finances sur la vie de notre Nation notamment le blocage du fonctionnement des Institutions de la République, la non perception des impôts et taxes au titre de l'année budgétaire, le non respect de nos engagements envers nos partenaires techniques et financiers et la non satisfaction des besoins légitimes de nos populations, je me trouve dans l'obligation, après consultation du Président de l'Assemblée Nationale et du Président de la Cour Constitutionnelle, de recourir aux prérogatives que me confère l'article 68 de notre Constitution du 11 décembre 1990 et de faire exécuter le Budget Général de l'Etat gestion 2010 par ordonnance. Par cette décision, j'estime pouvoir assurer à  notre cher pays, un environnement favorable à  une croissance économique devant permettre d'améliorer les conditions de vie précaires de mes compatriotes». «Je ne récuse pas le droit aux députés de rejeter le projet de loi de finances gestion 2010» a-t-il dit.


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008