Sénégal Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Une histoire dÂ’offrandes sème la terreur !
 

Une histoire dÂ’offrandes sème la terreur !

 
 
 
 4331 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 26 janvier 2010 - 22:32

::Koaci.com Dakar::

Comme dans une série de peur sans fin, les Sénégalais se sont réveillés encore avec une rumeur terrible.

Depuis quelques jours, on prête à  des individus « à  bord dÂ’un véhicule » qui circule dans certaines localités avec des offrandes à  distribuer. Il se dit dans les grandÂ’ places et autres journaux people que leurs cibles piqueraient une crise avant de rendre lÂ’à¢me. Le quotidien LÂ’Observateur a décrit cette fameuse et hallucinante offrande. Il sÂ’agit de la viande, une somme de 10 000 francs CFA et du tissu « percale » avec lequel on ensevelit des musulmans morts. Le journal dit avoir reçu des appels de la part des proches de victimes qui ont insisté sur la « réalité » de cette autre incongruité qui a installé une terrifiante psychose dans lÂ’esprit des Sénégalais. Toute la journée de mardi, ce sont des psychologues, des sociologues qui sont montés au créneau dans es médias pour tenter dÂ’expliquer cette affaire qui nÂ’en est pas encore une puisquÂ’aucun cas nÂ’a été confirmé.

Il y a quelques semaines, cÂ’était un autre véhicule qui ferait le tour de Dakar pour rendre en otage des enfants, dit-on, destinés à  des sacrifices humains. Les parents ne dormaient plus et certains dÂ’entre eux tenaient à  amener de leurs propres mains leurs enfants à  lÂ’école. CÂ’est à  peu près la même chose quand il sÂ’est agi de « rétrécisseurs de sexe » qui ont pendant longtemps imposé la loi de ne plus serrer la main à  quelquÂ’un que lÂ’on ne connaît pas. Une autre affaire qui a fait pas mal de victimes dÂ’autant que le fait de se serrer les mains dans une société comme celle du Sénégal, relève de la tradition. Le bilan était plus ou moins lourd puisquÂ’il y en a eu qui ont perdu la vie pour ce que dÂ’autres qualifient de « futilité ». Un célèbre chateur a affirmé avoir été victime du rétrécissement de sexe avant de lÂ’avoir retrouvé après des soins traditionnels.

Il y a encore deux ans, cÂ’est une affaire de sorcellerie dénommée « Djin Maïmouna », une femme qui semait une hystérie collective dans les écoles et qui avait pour seule cible les jeunes filles des collèges et lycées. Des écoles ont été ennoyées en vacances pendant plusieurs jours pour y voir plus clair.

Cette histoire « dÂ’offrandes de la mort » comme lÂ’a titré aujourdÂ’hui LÂ’Observateur va encore parler dÂ’elle.

 
 
  Par Koaci