Guinée Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Pharmacies par terre : un danger pour les citoyens mais très convoité par manque de moyens
 

Pharmacies par terre : un danger pour les citoyens mais très convoité par manque de moyens

 
 
 
 6391 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 01 mars 2010 - 21:47

::Koaci.com Conakry::

Nous sommes sur la route Niger au niveau du marché du même nom, une partie du plus grand centre commercial de la capitale Madina dans la commune de Matam.

Le soleil est au zénith ce lundi 1er Mars 2010, il fait plus de 42 degrés à  lÂ’ombre, à  lÂ’entrée du marché, trois dames sont assises derrière des étales de médicaments de toute sorte non protégés contre les rayons du soleil à  lÂ’attente de client à  des prix défiant toute concurrence.

Après quelques minutes dÂ’observation, une cliente sÂ’approche avec une ordonnance en mains et aussitôt il demande le prix de certains médicaments, la dame ne sachant que faire de lÂ’ordonnance parce quÂ’analphabète, dÂ’un geste de la main, elle fit signe à  un passant de jouer à  lÂ’interprète et ce dernier sÂ’est exécuté, après les négociations la vente est conclu. Juste après, nous nous sommes approchés de la cliente qui accepta volontiers de nous accorder deux minutes de conversation, car pressée de rentrer à  la maison où elle a laissé un malade dans une situation critique. Sur la question de savoir pourquoi, elle est venue acheter des médicaments au marché au lieu dÂ’aller dans les pharmacies, elle avoue: « Je suis venue acheter les produits ici parce que non seulement cÂ’est moins cher mais aussi, on retrouve les mêmes qualités que dans certaines pharmacies. Merci et excusez moi, jÂ’ai un malade qui mÂ’attend à  la maison ». CÂ’est ainsi que la bonne dame disparue dans la foule.

Le temps pour nous, de nous intéresser à  lÂ’une de ces vendeuses, madame Mamadama Sylla. Dans une langue du terroir elle nous explique pourquoi elle pratique ce commerce de médicaments consciente tout de même de nÂ’avoir pas été à  lÂ’école : « Je vends les médicaments parce que de nos jours cÂ’est cette activité qui marche et nous trouvons facilement les produits avec les grossistes et nous nÂ’avons pas eu de problèmes pour le moment avec les autorités du marché car nous payons régulièrement les taxes ».

Si le commerce des médicaments par les non professionnels est une source de revenus pour les vendeuses et un moyen facile dÂ’accès à  ces produits pour les clients, il constitue cependant, un danger pour la santé des populations selon un professeur rencontré sur les lieux : «CÂ’est dangereux, il faudrait que la vente des médicaments soit exclusivement réservée aux professionnels même si cÂ’est vrai au marché les prix sont abordables avec les femmes vendeuses. Les autorités doivent interdire la vente que moi je considère illicite pour préserver la santé de la population qui, à  mon avis nÂ’a pas de prix ».

En attendant que les mesures dÂ’interdiction de vente des médicaments prises par lÂ’ordre national des pharmaciens de Guinée lors de leur tournée de sensibilisation au sein des différents médias de la place, ne soient appliquées par les autorités, le Guinéen moyen lui continue à  sÂ’approvisionner dans ces pharmacies par terre ce, malgré les conséquences.

Ibrahima
Conakry


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: En remerciant des acteurs qui ont pris part à élaboration de la nouvelle Cei, Ouattara-a-t-il clos le débat ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008