Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Crisis Group  appelle lÂ’ONU  à  plus de fermeté
 

Crisis Group appelle lÂ’ONU à  plus de fermeté

 
 
 
 3022 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 23 mai 2010 - 18:22

:: Koaci.com Abidjan::Le chef de l'Etat Laurent Gbagbo (droite) et Guillaume Soro, son premier ministre::

La communauté internationale qui a fait le choix « de la patience et de la prudence » devrait selon Crisis Group fait preuve de plus de fermeté à  lÂ’égard des acteurs de la crise ivoirienne. Selon lÂ’ONG internationale lÂ’organisation des nations unies devra tracer « une ligne rouge à  ne pas franchir »dans lÂ’application des résolutions du processus de sortie de crise actuelle. « La communauté internationale doit être plus prompte à  désigner des responsables de violence et du blocage électoral. Le Conseil de sécurité de lÂ’Onu qui doit réexaminer le mandat de lÂ’Onuci, le 31 mai, doit sérieusement considérer la possibilité dÂ’adopter des sanctions individuelles supplémentaires. Dans le passé, de telles sanctions ont fait la preuve de leur efficacité pour pacifier le climat » a-t-elle indiqué dans son rapport du mois de mai


Dans le document Crisis Group sÂ’inquiète sérieusement des dangers qui guettent la Côte dÂ’ivoire conséquemment à  la non tenue des élections reportées déjà  six fois. Selon Crisis Group la Côte dÂ’ivoire deux mois après la double dissolution du gouvernement et de la commission électorale indépendante (CEI) le pays nage dans un environnement quasiment apocalyptique avec la réapparition du concept de lÂ’ivoirité à  lÂ’origine de la crise militaro politique. « Si les responsables politiques ne se décident pas immédiatement à  accélérer le rythme du processus électoral et à  abandonner les discours incendiaires ; si lÂ’Onu et les autres partenaires étrangers de la Côte dÂ’Ivoire ne mettent pas rapidement en place les mécanismes politiques et sécuritaires à  même de prévenir la violence, le processus de paix ivoirien risque de dérailler avec des conséquences graves pour la Côte dÂ’Ivoire et ses voisins » lit dans le rapport


Selon Crisis, les signes avant coureurs dÂ’éventuelles violences qui pourraient émailler une élection que tout le monde souhaite et redoute à  la fois, sont apparus pendant les manifestations qui sont suivi les manifestations de lÂ’opposition après la double dissolution du gouvernement et de la CEI en février dernier. Crisis Group mentionne dans son rapport que les incident de Gagnoa où des agents des forces de lÂ’ordre ont tiré à  balles réelles sur des manifestants est capable de se reproduire « si un compromis » nÂ’est pas trouvé entre les acteurs du processus électoral ivoirien pour faire avancer la machine. « A Gagnoa, les forces de lÂ’ordre ont tiré à  balles réelles sur des manifestants. De tels incidents pourraient se reproduire, si les responsables politiques ne trouvent pas rapidement un compromis pour remettre en route la machine électorale. Mais plus que ce compromis particulier, ils doivent revenir au climat pacifié et à  lÂ’esprit de concertation qui a prévalu durant les mois qui ont suivi la signature de lÂ’Apo », note t on.


Il a appelé le chef de lÂ’Etat Laurent Gbagbo et les autres acteurs politiques à  « donner un signal clair de leur engagement à  aller rapidement aux élections » cela pour le camp présidentiel à  abandonner « le préalable qui consiste à  revoir complètement la liste des 5,3 millions ». Crisis demande surtout au camp présidentiel à  « se démarquer clairement des organisations miliciennes ». Crisis a invité le premier ministre Guillaume Soro et son gouvernement à  « débloquer le budget nécessaire à  la mise en place de la force mixte », le fameux centre de commandement intégré créé par lÂ’accord de Ouaga qui devrait assurer la sécurité du processus électoral

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Gabon: Remis après son AVC, Ali Bongo vous apparait il désormais apte à bien présider le pays?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: DJ Arafat était il véritablement un exemple pour la jeunesse ivoirienn...
 
721
Oui
22%  
 
2511
Non
75%  
 
98
Sans Avis
3%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008