Gabon Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Un journaliste gabonais aux arrets pour défaut de paiement de caution.
 

Un journaliste gabonais aux arrets pour défaut de paiement de caution.

 
 
 
 4366 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 8 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 28 octobre 2010 - 11:35

::Article de la rédaction de Koaci.com au Gabon ::

La prison centrale de Libreville est le milieu que partage depuis quelques jours le directeur de publication du bimensuel gabonais, le Temps, Jean Yves Ntoutoume, qui sÂ’y trouve pour défaut de paiement des dommages et intérêts, sÂ’élevant à  dix millions de francs cfa, à  la suite dÂ’un procès remontent à  2004, et dans lequel son journaliste avait été condamné à  payer cette somme dÂ’argent à  lÂ’ancien trésorier du parti démocratique gabonais, le PDG, la formation au pouvoir, suite à  une plainte pour diffamation de lÂ’ancien argentier de ce parti, Albert Méyé, qui était mis en cause dans un article écrit par un journaliste qui nÂ’est plus en fonction au journal le Temps, Mathieu EbozoÂ’o, article de presse après un braquage à  main armée survenu au siège du PDG, et dans lequel un gardien avait été tué, et plusieurs dizaines de millions de franc cfa,
emportés par les malfrats.

Fait tout même curieux dans cette affaire, ce quÂ’elle est remise au goût du jour, au lendemain de la participation de Jean Yves Ntoutoume, à  une émission télévisée ouverte au débat politique sur les un an de présence au pouvoir dÂ’Ali Bongo Ondimba, bilan jugé selon lui, pas très reluisant, mieux, le confrère cÂ’était attaqué à  de nombreux travers du système, dont des violations de la notion dÂ’éthique du métier de journaliste. Les jours qui suivent ont été, ironie du sort ou hasard de calendrier, marqués par une convocation à  la police judiciaire, avant son transferts, dÂ’abord au parquet, puis à  la prison centrale de Libreville, où sa libération est conditionnée au versement intégrale des dix millions de francs cfa exigés.

La libération immédiate de Jean Yves Ntoutoume, est la demande formulée aux autorités gabonaises par lÂ’ong, Reporter Sans Frontière, qui dit sÂ’appuyer sur le principe généralement accepté de dépénalisation de délits de presse.

Des efforts sont initiés par le groupe de presse, PyramidÂ’Média, auquel appartient le journal le Temps dont Jean Yves Ntoutoume, son directeur de publication, fait office de deuxième personnalité. Selon Norbert Ngoua Mézui, responsable du groupe de presse, PyramidÂ’Média, et directeur de publication du journal NkuÂ’u le Messager, des collectes de fonds sont en cours, et un peu plus de cinq millions de francs cfa sont déjà  disponibles.

CÂ’est à  une véritable traque des journalistes vraisemblablement non caporalisées que lÂ’on semble assister ces derniers mois au Gabon, avec des condamnations records de confrères à  des peines dÂ’emprisonnement, au motif de diffamation. Des cas de figures qui font regretter le départ de feu Bongo-père, où du vivant de lÂ’homme, il était difficile, voir inimaginable dÂ’envisager cette chasse ouverte aux hommes de presse, qui pourrait avoir des répercutions fà¢cheuses sur la liberté dÂ’expression dans le pays.

Delaeu, correspondant de Koaci.com à  Libreville
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vous inquiète-t-elle?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Bilan de Ouattara, prenez vous au serieux les critiques de Guillaume S...
 
1032
Oui
42%  
 
1382
Non
56%  
 
36
Sans Avis
1%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008